4-5 décembre 1918

            4-5 décembre 1918

            Ma journée d’hier s’est terminée par le dîner avec le général baron de Mannerheim. J’étais invité, comme je te l’ai dit [1], par le comte Orlowski, petit-fils de la duchesse de Dino [2]. À ce titre, il y avait naturellement [3] Jean de Castellane [4] et sa femme [5]. Je n’avais pas vu cette dernière depuis longtemps, j’ai failli ne pas la reconnaître. Elle est devenue énorme, ne teint plus ses cheveux et, par conséquent, toute blanche, paraît être la mère du petit Jean mince et fluet. Il y avait en plus comme convives, Barante, le major de Kippenbery, un ministre finlandais et Joseph Reinach et Vesnitch.

            Mannerheim est un homme magnifique, plus grand que moi, mince et bien découplé, des yeux bleu gris. Il s’exprime admirablement en français. Il est dans le fond très russe et, certainement, il ne faut pas politiquement se fier à tout ce qu’il dit, mais on a tort de le rejeter, son désir d’obtenir l’estampille de la France et de l’Angleterre. C’est cela qu’il cherche ici et déclare ne pouvoir accepter la régence s’il ne se sent pas soutenu à Paris et à Londres. Il veut lutter contre les bolchevistes et estime que, si nous voulons faire quelque chose et rétablir l’ordre en Russie, nous avons grand intérêt à nous appuyer sur la Finlande. Le Temps a fait hier un article très violent contre lui, je crois que c’est une gaffe. On doit être prudent mais ne pas le décourager. Le général a été très intéressant sur sa carrière militaire, ses campagnes comme général russe puis en Finlande où, parti pour le Nord et n’ayant que des paysans sous ses ordres, il enleva dans la nuit quatre garnisons, fit quatre mille cinq cents prisonniers dont les armes et les quelques canons armèrent sa troupe. Un mois ou deux après, il avait dix mille prisonniers.

            Il nous dit qu’il n’eut jamais affaire aux Allemands.

            Orlowski fit avec éloquence une grande tirade sur la fatalité qui ferait une alliée de l’Allemagne d’une grande Russie reconstituée. J’ai entendu ceci développé déjà par Milewski avec lequel Orlowski est très lié. C’est même cet Orlowski qui, jadis, m’a présenté notre ami. Vesnitch, interrogé sur la Russie et en vue de savoir si elle serait utile dans les Balkans et si les Balkans auraient intérêt à la restauration, a fort bien parlé avec beaucoup de mesure et exprimé la reconnaissance des Serbes pour la Russie. Il avait dit au début : « D’abord, il n’y a plus de Balkans, c’est une expression qui doit être supprimée. » Autant que son langage diplomatique permet de le penser, il regrette l’empire russe.

            On a parlé un peu de tout et cela n’a pas été ennuyeux. Mannerheim, sur la demande de Franklin-Bouillon, avait promis une interview au Petit Journal qu’on devait lui prendre ce matin, j’en ai enlevé une pour nous. Tu la liras ce soir. Elle ne manque pas d’intérêt.

            As-tu lu L’Humanité ? Elle blague un peu notre ami Deschamps et ses velléités ministérielles. Je ne t’ai pas dit, je crois, qu’il m’avait invité à dîner chez Melle Br. Je l’ai félicité. Il m’a dit que c’était chose faite, la flèche de L’Humanité sera-t-elle empoisonnée ? J’ai refusé le dîner mais peut-être en es-tu ? Tu me diras les têtes.

            Ce matin, on me donne des nouvelles dont je ne puis garantir l’authenticité. On commencerait à s’irriter des lenteurs de l’exécution des clauses de l’armistice. Comme canons, les Allemands remettraient des 75 en disant que c’était tout bénéfice pour nous puisque nous estimions notre canon comme très supérieur au 77. À cette réponse jésuitique, nos officiers ont fait la réponse qui convenait. Idem pour le matériel de chemin de fer. Un officier d’état-major, ami de Ripault, a été rappelé subitement à Saint-Quentin. Il aurait déclaré en partant qu’on allait voir du nouveau.

À toi.

Et

            Un mot d’une tante de La Rochefoucauld, le jeune époux. « C’est un La Rochefoucauld qui s’est felsifié [6].” »


[1] Cf. lettre du 3 décembre 1918.

[2] Dorothée de Courlande (1793-1862). Duchesse de Dino. Elle épouse en 1809 Edmond de Talleyrand-Périgord (1787-1872), duc de Dino, neveu de Talleyrand.

[3] Le comte Xavier Orlowski est le cousin issu-de-germains de Jean de Castellane.

[4] Jean de Castellane (1868-1965). Officier de cavalerie. Arrière-petit-fils de la duchesse de Dino. Frère cadet de Boniface de Castellane. Membre de l’Union.

[5] Mme Jean de Castellane (1862-1948). Née Dorothée de Talleyrand-Périgord. En 1881, elle épouse Charles-Egon de Furstenberg, sans postérité, puis en 1898, Jean de Castellane, sans postérité.

[6] Edmée de Fels (1895-1991) épouse le 26 décembre 1917 le comte Jean de La Rochefoucauld (1887-1970), qui deviendra le treizième duc de La Rochefoucauld.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.