17 mai 1916

17 mai 1916

 

Je n’ai pas grand-chose à te dire aujourd’hui, mon vieux Pierre. J’ai vu cependant un certain nombre de personnes mais n’ai recueilli que peu de choses susceptibles d’être résumées.

Cependant, j’ai vu hier au soir un homme [1] qui présida naguère aux destinées de Saint-Dominique et qui, à l’heure actuelle, vit assez en dehors des conflits du jour. Son avis était que tout changement dans l’ordre des choses serait actuellement folie. Les deux hommes se compensent. Mis à la place de l’un ou de l’autre, les choses ne marcheraient pas. Les qualités de l’un et de l’autre ne sont pas les mêmes, et celui qu’on s’accorde à admettre comme tout à fait supérieur ne saurait sans danger remplacer l’autre. C’était aussi l’opinion d’un autre gros bonnet avec lequel j’ai causé hier matin, et je crois bien avoir fait allusion à cette conversation dans ma lettre d’hier.

Gauvain vient de me téléphoner qu’il a déjeuné avec un certain nombre de journalistes étrangers et français parmi lesquels Dumont-Wilden [2]. Je lui ai demandé s’il y avait été question des impressions dont je te faisais part. Gauvain m’a répondu que les avis étaient partagés mais qu’il avait en effet entendu soulever la question.

L’avis de ces journalistes était qu’on ne modifierait rien à Chantilly, que la séance de la commission de samedi paraissait avoir été décisive à ce point de vue-là. Je t’avais dit, je crois, qu’on attribuait à Tardieu la paternité de l’article du Matin mais qu’il se défendait vivement de toute participation à cette campagne. Au déjeuner, un homme du Temps a maintenu le dire de Tardieu et a raconté que ce dernier, en apprenant que Briand la lui attribuait, se serait précipité chez le président du Conseil où une scène violente aurait eu lieu. Il est bien difficile d’écrire l’histoire.

Comme ma lettre n’est guère intéressante pour toi, je vais copier à ton intention des vers que l’on attribue à Richepin en réponse à l’empereur d’Allemagne qui aurait traité notre poète de voyou. Si quelqu’un déclame dans votre popote, il pourra vous en donner une audition. Le pastiche, si c’est un pastiche, n’est pas mauvais sauf le mot ornière qui a un pied de trop.

Fantôme roi, tête de mort que cale un trône,

Empereur, virole de spectre couronné,

Animal vil et bas, spectre à la face jaune

Prussien ! Je te méprise et je te crache au nez !

 

Le chancre mord ta chair, et le remords, ton âme

À peine à cinquante ans, le siècle te maudit,

Écoute cette voix qui, dans le lointain, clame :

Tu n’es plus bon à rien, meurs donc enfin, pourri !

 

Oui crève, ainsi qu’un chien au bord d’une ornière,

Crève ainsi qu’un crapaud dans le fond d’un fossé,

Que la race des loups s’en retourne en poussière,

Et qu’il ne reste rien de tout son long passé !

 

César, encore un mot qu’il ne faut pas qu’on perde

Retiens-le pour le dire à tes preux, tes amis.

Je ne suis qu’un voyou de notre grand Paris.

Mais je suis un Français, galeux, et je t’em …

 

Jean Richepin.

 

Pour copie

Et

 

[1] Un ancien ministre de la Guerre.

[2] Louis Dumont-Wilden (1875-1963). Belge. Journaliste et écrivain. Il écrit notamment dans la Revue des Deux Mondes.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.