3 décembre 1918

3 décembre 1918

            Il y a eu dans la signature de l’armistice un très fâcheux oubli dont on craint les conséquences et qui pourrait nous susciter bien des ennuis. Tu as vu qu’on a très prudemment établi des zones autour des grandes villes du Rhin. Mais on a oublié de le faire pour Strasbourg en comprenant Kehl dans l’armistice. On n’a pas réfléchi que Kehl est, de l’autre côté du Rhin, un faubourg de la ville, qu’il y a un va-et-vient constant d’une rive à l’autre et que les fortifications de Strasbourg passent par Kehl.

            Je te disais hier, je crois, que les soixante mille Allemands de Strasbourg étaient gênants, mais tu ne sais peut-être pas que nous fournissons aux industries boches les matières premières. Il y eut deux réunions des autorités avec les industriels. L’une avec les Français et l’autre avec les Boches. Et on n’a naturellemnt pas parlé le même langage aux deux compagnies. Si les Alsaciens savaient cela, il paraît qu’ils iraient tordre le cou aux Boches.

            Mon collaborateur Combe a eu une conversation hier avec Trépont, l’ancien préfet du Nord. Tu te souviens que je t’ai dit déjà qui était Trépont [1], ce qu’il avait fait et la façon dont il avait été récompensé. Combe lui exprime ses regrets de la mesure que l’on a prise contre lui et Trépont lui raconte de quelle façon et pourquoi on l’a remercié. Il avait promené Clemenceau à Cassel et, au cours du voyage, il n’y a pas de marques d’estime que le président du Conseil ne lui ait témoignées. Rien ne faisait donc prévoir que l’on dût prendre une mesure de rigueur, lorsqu’il est subitement appelé chez Pams qui est très embarrassé « comme un domestique qui fait une désagréable commission ». On lui signifie que sa place est donnée à un autre et on cherche à lui faire signer une demande de mise en congé. Il refuse en laissant au ministre les responsabilités d’une exécution. Voilà ce qui s’est passé. Lorsque la région du Nord a été libérée, naturellement les banques ont vu là un beau champ d’activité. Mandel a voulu lui imposer un banquier à lui et Trépont refusa de l’accueillir, estimant que les banques du Nord suffiraient à une besogne qui, du reste, leur était due. De ce jour-là, Mandel résolut de se défaire de Trépont. Ce dernier, du reste, est en disponibilité et se réserve, le moment venu, de sortir le dossier. Il me semble qu’il s’amasse de gros orages sur la tête de l’éminence grise.

            Le comte Orlowski [2] m’invite à dîner demain avec le général Mannerheim [3], le régent de Finlande. Cela promet d’être intéressant. Je crois bien que c’est Roger [4] qui nous racontait la maladresse commise avec lui. Je crains que ce manque de doigté continue car j’ai su confidentiellement que l’on faisait beaucoup de façons pour le recevoir. Il dit beaucoup que son acceptation de la régence dépendra du succès de son voyage aux pays de l’Entente. Je crois que son désir est de trouver ici contre les bolcheviks des facilités de ravitaillement. Quoi qu’il en soit, je verrai tout cela demain et te dirai ce qui aura fait l’objet de notre entretien.

            Je continue à recevoir de Lille, de Roubaix, des Ardennes et même de la Ferté-Milon des lettres navrantes. Cependant, je dois dire qu’une dame, revenant de Lille hier au soir, m’a donné une note un peu moins sombre. Depuis trois ou quatre jours, il serait arrivé du ravitaillement, mais la lettre de Roubaix dont nous faisions état ce soir était datée du 29. S’il y a du mieux, il n’y a pas longtemps.

            Tu verras un beau blanc ce soir. Gauvain avait dit quelques fortes vérités sur le vieux forban.

À toi.

Et


[1] Cf. lettres des 7 août 1916, 26 septembre 1918, 3 octobre 1918 et 23 novembre 1918.

[2] Xavier Orlowski (1862-1926). Comte. Diplomate.

[3] Carl Gustav Mannerheim (1867-1951). Finlandais. Baron. Général. Commandant en chef des forces finlandaises de cavalerie. Homme politique, il devient le 12 décembre 1918 régent de Finlande.

[4] Roger Luzarche d’Azay.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.