15 mai 1916

15 mai 1916

 

Mon vieux Pierre,

 

J’ai reçu la visite ce matin de notre ex-collaborateur R. de Th. [1]. Il est aujourd’hui, et depuis longtemps, dans un état-major de l’Est. Évidemment, les articles Petit Parisien et Matin ont fait leur effet dans son quartier comme dans le vôtre. À ce sujet je n’ai rien de nouveau, la journée du dimanche a été vide d’informations politiques. Comme nous parlions avec Th. de la disette en Allemagne au sujet de laquelle on fait tant de battage, il m’a répondu qu’il ne fallait pas y ajouter une foi absolue, mais, qu’appelé à interroger les prisonniers, il avait acquis la certitude qu’on était maintenant assez mal nourri dans l’armée. Notamment, un officier aviateur pincé dans nos lignes leur a dit qu’il avait trois cents et quelques marks de traitement et que toute la somme était absorbée par la nourriture.

Dans la matinée, également, je voyais un garçon qui est tout à fait à la source des informations et qui sait juger les choses. Comme je lui demandais si les Allemands en ce moment ne cherchaient pas à répandre le plus possible les nouvelles les plus alarmantes sur leurs misères, il m’a répondu : – Il n’y a pas l’ombre d’un doute. Ils cherchent en ce moment à impressionner les États-Unis. D’autre part, nous sommes en France très mal informés sur ce qui se passe en Allemagne, et cette pénurie d’informations vient de ce que nous n’avions à ce point de vue-là aucune organisation avant la guerre. Nous en ressentons maintenant les effets. Il est bien certain, néanmoins, qu’il y a un changement mais il ne faut pas s’en exagérer l’importance pas plus que des manifestations populaires qui sont enflées à plaisir et qui ne peuvent rien avoir de déterminant, quant à présent du moins, les masses populaires ne comptant guère.

[manque la page 2]

 

Il a même eu à ce propos une discussion où Gauvain a particulièrement brillé. Croirais-tu que Viviani nous a demandé si Imperiali [2] ne serait pas, pour remplacer Tittoni [3], un excellent choix. Imperiali ! Si tu recherchais dans mes lettres [4], tu trouverais une petite anecdote te montrant Imperiali n’admettant dans la situation du moment que deux hommes, Giolitti [5] ou Tittoni. Encore, ajoutait-il, c’est Giolitti qui conviendrait le mieux. Imperiali ! qui, à Constantinople, s’opposait à l’influence française avec une énergie féroce et voulait remplacer toute parcelle de notre hégémonie par un petit morceau italien. Imperiali ! qui disait que la France, cette nation corrompue, ne méritait plus l’existence. Enfin, voilà comme nos gouvernants sont informés.

Quant à la Pologne, Milewski [6] nous a dit que lui et tous les Polonais étaient atterrés. C’est la résultante de la politique russe. Il nous a expliqué pourquoi on pouvait tirer un grand nombre d’hommes. Si les Allemands se contentent des engagements volontaires, ils auront très peu de monde. Si, au contraire, ils établissent la conscription, ce sera énorme car les Russes n’ont pris, selon leurs lois de recrutement, que très peu de Polonais, l’empire pouvant fournir des millions d’hommes sans prélever grand-chose par village ou district. En droit, souviens-toi de l’expression « donner et retenir ne vaut ». Ce fut la devise du gouvernement russe. Nous voici en tout cas avec une sale affaire sur les bras et de nature à prolonger la guerre en donnant aux Allemands de quoi garnir leurs postes d’Allemagne et remplir les cadres vides.

De plus, tous les popes ou à peu près ont filé, les prêtres catholiques seuls sont restés, ce qui créera une grosse complication pour l’avenir.

Tu liras ce soir une petite note dans notre dernière heure. Elle est conçue de façon à ne pas être trop alarmiste mais elle est certainement inférieure à la réalité des inquiétudes.

Tout cela prouve, vois-tu, combien la politique des Alliés est inférieure. Alter ego, qui est venu aujourd’hui, nous a raconté le grand courroux de son patron en chef [7] contre Gauvain, auteur de l’article d’hier. Il n’aurait caviardé que peu de chose hier (car c’est à lui-même qu’on a soumis le factum), mais il a laissé entendre que dans l’avenir il sévirait… Amen !

À toi, mon vieux.

Et

 

[1] Il s’agit très certainement de Raoul de Thomasson (1862-1939). Militaire. Commandant puis colonel. Attaché militaire. Collaborateur du Journal des Débats, il a été chargé d’établir la censure politique à Bordeaux. Directeur du service de la presse au ministère de la Guerre en 1914. C’est un expert reconnu. Il est aussi grammairien. Beau-frère de Robert de Caix dont il épouse la sœur Hélène de Caix.

[2] Guglielmo Imperiali di Francavilla (1858-1944). Italien. Marquis. Diplomate. Ambassadeur d’Italie à Londres (1910).

[3] Tommaso Tittoni (1855-1931) est alors ambassadeur d’Italie en France.

[4] Cf. lettre du 21 novembre 1915.

[5] Giovanni Giolitti (1842-1928). Italien. Inspecteur général des Finances. Homme politique. Député de la gauche constitutionnelle dans le Piémont (1882). Ministre des Finances (1889-1890). Président du Conseil (1892). Ministre de l’Intérieur (1901-1903). Président du Conseil (1903-1905 ; 1906-1909 ; 1911-1914).

[6] Konvin Milewski. Polonais.

[7] Philippe Berthelot.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.