14 mai 1916

14 mai 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Reçu ta bonne lettre ce matin. J’y vois qu’on vous a saisi Le Matin. C’est une mesure qui n’a dû être prise que dans la zone des armées car ici il a tranquillement circulé. Le mal est fait maintenant, ainsi que tu le dis. Les hommes visés par l’article sont forcément atteints et ceux qui l’ont laissé passer donnent l’impression de faiblesse et de flottement.

Quoi qu’il en soit, Briand et Roques [1] ont comparu hier devant la commission de l’Armée. Le président du Conseil a parlé pendant une heure et demie au moins, noyant le poisson avec la plus grande habileté, répondant à tous les arguments, de sorte que l’on croit à l’ajournement de l’interpellation. Malgré tout, je ne serais pas étonné que l’on jetât en pâture quelques-uns des personnages de l’entourage de façon à laisser croire que des changements se sont produits. Il y a quelqu’un au Grand Quartier qui gêne [2] depuis longtemps les amis que tu connais. Je parierais dix contre un que ce général sautera ou tout au moins sera très menacé pendant quelque temps si l’on n’arrive pas à avoir sa peau.

Les journaux sont remplis de la disette en Allemagne. On croirait, à les lire et surtout Le Matin, que la famine existe. Je suis convaincu que les Allemands font tout pour renforcer ces bruits. Leurs souffrances seraient si utiles dans les négociations avec les États-Unis, si utiles aussi pour endormir nos dirigeants dans une confiance idiote. Ici, l’on n’a déjà que trop de tendances à attendre tout des événements. Déjà, en 1914, Théry [3] avait fait un mal énorme avec ses stupides statistiques qui démontraient péremptoirement l’affamement de l’Allemagne pour quatre mois après. Il y a deux ans de cela ! Théry a fait un mal énorme car il était l’économiste (l’économiste !) officiel et, sur la foi de sa science, on a trouvé inutile de préparer quoi que ce soit. Ceci dit, il est bien certain néanmoins qu’il y a de l’affaissement. C’est du reste le moment le plus critique, mai et juin, après cela l’herbe poussera et le reste aussi et l’Allemagne vivra mal mais vivra.

Dans le public, les bruits les plus fâcheux commencent à circuler sur la Russie. Viviani et Thomas y seraient allés pour lutter contre certaines influences pacifistes dans la cour, l’impératrice serait l’âme de ces tentatives, etc. Dans ces bruits, comme dans toute chose, il y a un fond de vrai et beaucoup de stupidités. Tant que l’empereur sera là, je crois que rien ne flanchera. Mais il est un point inquiétant, je t’en ai fait part déjà, c’est que, un jour ou l’autre, les Allemands recruteront des Polonais. Nous nous trouvons dans cette question en face de l’obstination bureaucratique moscovite, et la presse française a reçu ordre de ne pas parler de la question polonaise. Il est certain que c’est très délicat, mais je crois néanmoins qu’il serait assez bon que l’opinion française puisse s’exprimer. Avec des directions, on pourrait y arriver sans froisser l’amour-propre du gouvernement. On prétend que c’est R. [4], du Temps, qui est l’agent ou plutôt le promoteur de la consigne. Tu sais quelle confiance il faut avoir en cet Israélite hollandais.

Les grèves Poutilov, avec l’intronisation de Rubinstein qui tient plusieurs journaux russes en même temps que l’industrie, n’est pas non plus quelque chose de très agréable pour nous.

Au revoir, mon vieux Pierre.

Ton affectionné

Et

 

[1] Pierre Roques est ministre de la Guerre dans le premier cabinet Briand où il remplace Gallieni le 16 mars 1916.

[2] Il s’agit du général Joffre.

[3] Edmond Théry (1855-1925). Colonel. Conseiller économique du gouvernement. Journaliste. Fondateur et directeur de l’Economiste européen et rédacteur au Figaro.

[4] Il s’agit de Roels, directeur des services étrangers du Temps. Cf. lettre du 25 janvier 1917.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.