13 mai 1916

13 mai 1916

 

Mon cher Pierre,

 

Notre dîner [1] a eu lieu hier à l’hôtel Meurice, hélas sans toi. Une douzaine de convives parmi lesquels, pour la première fois depuis la guerre, notre André Chaumeix. Ô signe des temps  ! La conversation a roulé naturellement sur le sujet qui préoccupe tout le monde à l’heure actuelle, les articles du Petit Parisien et du Matin, la note officielle qui a suivi, etc. Chaumeix nous a expliqué que l’article avait été soumis au général directeur du cabinet de Roques, que ce fonctionnaire l’avait corrigé et renvoyé directement au Matin. Il aurait même dit : – Mais c’est une chose que tout le monde connaît, on peut le laisser passer.

Quoi qu’il en soit, à l’heure présente, la commission de l’Armée est réunie et Briand et Roques sont en train de s’y expliquer. Je vais te dire quels étaient les bruits en circulation ce matin et le résultat d’une démarche personnelle faite par moi.

Les potins de couloirs étaient les suivants. On ne touchera ni à Joffre ni à Castelnau. Ce ne sont pas les chefs qui sont en contradiction, mais les camarillas de chacun. On fera un exemple et on va sabrer plusieurs des gens de Chantilly, entre autres Buat [2], Pellé [3] et le colonel Bayle [4].

Buat est un très bon militaire mais dont la présence au cabinet de Millerand n’a pas été très heureuse pour le ministre. Ce dernier, qui manque de liant, aurait eu besoin de quelqu’un pour arrondir les angles et Buat était raide et méprisant. Il a cependant une valeur incontestable.  est remarquablement intelligent, s’acquitte très bien de sa besogne et je crois que son éloignement sera malheureux. Malheureusement, il est depuis longtemps à l’index dans la confrérie Berthelot et l’on ne cherche qu’une occasion de le faire sauter. Quant au colonel Bayle, je ne le connais pas ; j’en ai entendu dire beaucoup de mal et un peu de bien.

On prétend également que les deux articles sont dus à la plume de Tardieu qui, comme tu le sais, a abandonné la guerre, étant député, et a repris sa chronique au Temps. Tardieu mène une campagne violente contre le ministère et contre le général à qui il doit tout. (Il est donc bien naturel qu’il le démolisse).

Cependant, un de mes collaborateurs m’a téléphoné qu’il venait d’avoir une longue conversation avec ce brillant journaliste et qu’il avait reçu de sa bouche le démenti le plus formel.

Je suis allé ce matin [voir] M. Jean Dupuy (sénateur) pour lui exposer le trouble dans lequel je me trouvais et, étant donné que son journal avait le premier fait paraître un article sur Verdun, lui demander quel était le fond de la campagne et lui exposer mes craintes au point de vue de l’opinion. Il m’a répondu qu’il était absent (ce qui était vrai, il se soignait en Suisse) et que, s’il avait été là, l’article n’aurait pas paru. Ce récit était fait depuis trois ou quatre semaines, la censure l’avait interdit lorsque a paru dans La Revue des Deux Mondes l’article de Bidou. Le Petit Parisien a protesté et la censure a autorisé la publication. Alors est venu l’article du Matin avec les précisions et les noms des exécutants.

Jean Dupuy ne croit pas que l’on touche à Joffre ou à Castelnau. Il pense que les choses resteront en l’état car qui tu sais tient énormément à Joffre. Dès qu’il aura pu recueillir des informations, il m’en fera part pour m’éclairer car il n’est rentré qu’hier.

Pour moi, il fait de moins en moins de doute que c’est un coup monté. On veut se débarrasser de beaucoup de choses gênantes au Grand Quartier général. Et comme personne ne se sent le poil suffisant pour prendre une décision, on louvoie et on prend de petits moyens indignes.

La Rue François-Ier continue ses exploits. Elle envoie en Espagne, pour succéder à Baudrillart [5], l’éditeur Fasquelle [6] qui a eu cette édifiante histoire d’automobile vendue au début de la guerre, et Gabrielle Réval [7], l’auteur des Sévriennes… en Espagne ! !

Quant à Chaumeix, il m’a beaucoup demandé hier qui avait documenté Bidou pour son article de la Revue. Naturellement je n’en savais rien.

Au revoir, mon vieux Pierre. Tâche de te débrouiller avec toutes ces histoires et crois-moi toujours bien à toi.

Et

 

[1] Le dîner mensuel de rédaction du Journal des Débats.

[2] Edmond Buat (1868-1923). Militaire. En 1914, appelé par Millerand, ministre de la Guerre, comme directeur de son cabinet, il prend une part considérable à la mobilisation industrielle. Au début de 1916, il est général de brigade à titre temporaire bien qu’il ait été écarté du Grand Quartier général par des intrigues politiques.

[3] Maurice Pellé (1863-1924). Militaire. Général. Deuxième aide major général (21 août 1914-22 novembre 1914) puis premier aide major général du théâtre des opérations du Nord et du Nord-Est (22 novembre 1914-22 mars 1915). Major général des armées françaises (22 mars 1915-11 décembre 1915 puis 19 avril-17 décembre 1916) puis des armées du Nord et du Nord-Est (19 avril 1916-20 octobre 1919). Major général pour le théâtre des opérations extérieures (11 décembre 1915-19 avril 1916).

[4] Colonel Bayle. Lieutenant-colonel du 138e régiment d’infanterie pendant la campagne d’Italie en 1918.

[5] Mgr Baudrillart revient à Paris le 24 mai 1916.

[6] Eugène Fasquelle (1863-1952). Éditeur. Associé de Georges Charpentier en 1891, puis propriétaire à part entière de la maison d’édition en 1896.

[7] Gabrielle Réval (1870-1938). Pseudonyme de Gabrielle Logerot, Mme Fernand Fleuret. Écrivain féministe. Auteur de plusieurs romans à succès dont Les Sévriennes. Fondatrice du prix Fémina avec Séverine et Anna de Noailles.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.