12 mai 1916

12 mai 1916

 

Mon cher Pierre,

 

L’affaire du Matin [1] et la note officielle commencent à prendre d’assez grandes proportions. Ce que je te disais hier de Renaudel était bien exact car tu as dû lire dans les journaux de ce matin la lettre qu’il adresse à Pedoya [2]. D’autre part, une démarche des radicaux et radicaux-socialistes, avec Maginot en tête, a mis le président du Conseil en demeure d’avoir fait le nécessaire le jour de la rentrée des Chambres, sans cela il se verrait interpellé et la question serait poussée à fond. Tu comprends quelle est la question. Nous devons donc nous attendre à des événements. Pourvu encore que ceux qui résistent ne nous lancent pas dans quelque aventure afin de pouvoir opposer la non opportunité de changement. C’est une idée, une crainte plutôt, qui m’était venue hier au soir après t’avoir écrit.

En téléphonant avec Chaumeix ce matin, je lui disais à peu près ce que je t’ai écrit hier et j’imputais à Briand l’inspiration de l’article tirant argument de ce que la censure, qui est à sa disposition complète, n’avait pas mis son veto. « Ma première idée, m’a-t-il répondu, avait été la vôtre et j’ai bien pensé que l’article avait été inspiré. Mais après avoir vu les gens et causé avec eux j’ai changé d’opinion. Somme toute, il n’y a eu là qu’une extraordinaire faute de la censure, un ensemble de circonstances comme nous en avons vu quelquefois, mais aucune pensée machiavélique ». – « Alors, la seule réponse à faire dans ces cas-là, ai-je repris, c’était de frapper officiellement les censeurs pour faute dans le service et ne pas communiquer cette note idiote qui précise et aggrave ». – « On ne pouvait pas frapper la censure car c’est tout un ensemble, un enchaînement de choses que je vous dirai ». – Voilà. Juge.

Je ne sais pas ce qu’il y a eu tantôt, mais toute la flottille d’avions du Bourget est partie. Est-ce une alerte simple ou bien est-ce une défense, nous n’avons pu le savoir. Le temps est assez propice à une balade de Zeppelins, peut-être y en eut-il de signalés.

Bidou rentre aujourd’hui de son voyage avec Feyler. Je ne l’ai pas encore vu, mais une carte postale de lui me dit qu’il a pu se rendre compte des choses les plus intéressantes. Nous en aurons sans doute les échos sous peu.

Toujours les belles choses de la Rue François-Ier. Le service de propagande a eu l’excellente idée d’envoyer un éditeur français s’installer à Zurich pour faire pièce à toutes les œuvres boches qui travaillent dans la ville. On a fait choix d’un éditeur très honorablement connu boulevard Saint-Germain, Crès [3], mais qui n’est pas du tout un de nos meilleurs. On le subventionne grassement et Crès part pour Zurich. Arrivé là, il cherche à monter son affaire et s’aperçoit tout à coup qu’il ne peut rien, qu’il est annihilé car il ne sait pas l’allemand ! Piteusement, il replie bagage et rentre à Paris. Ces choses-là nous font le plus grand bien.

Ton vieil affectionné

Et

 

[1] Cf. lettre du 10 mai 1916.

[2] Gustave Pedoya (1838-1938). Saint-Cyrien. Militaire. Général de division. Homme politique. Député radical de l’Ariège (1909-1919). Président de la commission de l’Armée de la Chambre des députés, il visite toutes les usines travaillant pour la défense, notamment en France, en Grande-Bretagne et en Italie. Il se rend dans les tranchées.

[3] Georges Crès (1875-1935). Éditeur 116, boulevard Saint-Germain, Paris, VIe.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.