30 novembre 1918

30 novembre 1918

 

Au déjeuner, le principal convive manquait. Il partait à 2 ou 3h pour les pays libérés, ainsi que les journaux l’annoncent ce matin. En tout cas, nous avons parlé de notre affaire et je t’en raconterai le détail.

Le déjeuner a été assez gai et intéressant. On y a raconté notamment comment certains membres de la presse ont récolté leurs croix de guerre. C’est édifiant. Colrat a réellement beaucoup d’esprit, et même de l’esprit politique. Je crois qu’il sera une très bonne recrue. J’ai appris là, d’une façon certaine, que Bidou a traité avec le Nouveau Temps qui est toujours en projet. Il aurait réservé « avec beaucoup de mal » comme il l’a dit, sa critique des Débats. On lui a fait, je crois, un pont d’or, et notre Bidou s’est laissé tenter. Il ne m’en a pas dit un mot, ce qui n’est pas extrêmement chic de sa part, d’autant que ce journal doit paraître le soir.

On dit que le Oui se transforme, je t’en avais parlé. Lillaz aurait trouvé des capitaux américains. Ceci m’ouvre des horizons car Chaumeix m’avait parlé de m’amener des Américains il y a cela un ou deux mois. Il est probable qu’il n’était pas plus capable de diriger ce pactole sur nous qu’il ne l’avait été autrefois avec Colrat. Mais comme il connaît les Lillaz, il aura entendu parler de cela. Du reste, dans le monde littéraire, on prétend qu’il serait rédacteur en chef de la nouvelle organisation.

Au Syndicat de la presse, rien de bien intéressant à noter. On nomme Clemenceau président honoraire. L’élection a été faite avant que je n’arrivasse. On a parlé de l’unanimité, mais cette unanimité devait être extrêmement réduite.

En sortant de là, je suis allé chez H.B. [1]. Je lui ai exposé les modifications demandées par qui tu sais. J’ai trouvé un homme très impressionné par les mesures gouvernementales prises par le gouvernement. Il attendait notre article avec impatience. Il lui a donné complète satisfaction. Mais alors il entre avec violence dans la discussion de ce qui se fait. Il s’élève contre les requins des ministères de l’Armement et autres. Il flétrit les agissements de Thomas qu’il ne paraît pas considérer comme intègre, loin de là. Il fait cependant une différence entre lui et Loucheur (?) à l’avantage de ce dernier. Mais il dit qu’il doit de dégager de tout ce monde-là sans cela tout est fichu. L’exécution des contrats de guerre est une chose qui excite ses colères. L’affaire de Roanne [2] l’émeut autant qu’elle a ému Liesse. Néanmoins, il maintient ses dispositions à notre égard et dans les conditions nouvelles.

À toi.

Et

[1] Non identifié.

[2] L’affaire de Roanne. Cf. lettres des 17 mars 1917, 21 mars 1917 et 17 avril 1917.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.