29 novembre 1918

29 novembre 1918

 

Les gens de la presse conservatrice répètent à qui veut l’entendre en ce moment que c’est Pétain (ce défaitiste) qui a mis obstacle à la nomination de Castelnau par pure jalousie. Aussi, d’après eux, Foch a-t-il pris Castelnau à côté de lui à Strasbourg en laissant Pétain de côté, ce qui était une sorte de manifestation de l’estime dans laquelle il tenait le général. Or, nous savons que si Pétain ne prend pas part aux entrées solennelles, c’est pour une raison grave et sur sa demande formelle. Il a voulu rester au Quartier général parce qu’il y sentait sa présence absolument nécessaire. Je te prie de te reporter à mon papier d’hier et tu comprendras. Mais quelles abominables gens que tous ces bavards, et quel mal ils font.

Clemenceau nous fait dire qu’il est malade. Je crois bien que c’est une maladie diplomatique et qu’il a voulu couper aux réjouissances de l’Hôtel de Ville. En tout cas, il est certain qu’il a obtenu des succès extraordinaires. Le populaire courait après sa voiture et lui faisait de délirantes ovations. Dietz nous disait ce matin qu’on devrait rétablir en son honneur les coutumes romaines. Il monterait au Panthéon en traînant le Kaiser enchaîné. L’idée n’est pas mauvaise.

Un patriote égyptien, qui est un Arabe très bien et intelligent et qui a publié d’assez jolies poésies arabes, Boutros-Ghali [1], fils de Boutros, le ministre assassiné, est venu me voir pour me demander conseil sur une décision qu’il est à la veille de prendre. Il a reçu par l’entremise de l’ambassade d’Angleterre une dépêche du président du Comité national égyptien qui lui demande d’accepter une mission de délégué auprès du cabinet de Londres en vue d’exposer certaines demandes, certaines revendications du peuple égyptien. Il s’agirait, je crois, d’une amélioration du statut indigène conformément aux principes du droit des peuples. L’ambassade avait ajouté une petite note à la dépêche mentionnant que la famille de Boutros serait opposée à l’acceptation. Mais, comme le dit mon jeune homme, cet avis a pu être un peu arraché à ma famille. Ceci prouve que là aussi on s’agite. J’étais assez embarrassé pour lui répondre. Son nom l’oblige à marcher dans toute manifestation populaire de liberté, il ne veut pas non plus, d’autre part, avoir l’air de se placer en face de l’Entente. Je lui ai demandé quarante-huit heures de réflexion, mais je crois bien que je n’écrirai rien. On ne sait pas comment, dans X années, pourrait être interprétée ma lettre. Je vais lui demander de revenir me voir et je lui dirai ce que je croirai devoir lui dire. Je ne suis pas au courant de la politique égyptienne de ces dernières années, il me serait difficile de me prononcer, mais je l’engagerai à la plus grande prudence et surtout de bien examiner si les membres de son comité ne sont pas déjà compromis, par cela même compromettants.

Ton collègue Edme Sommier sort d’ici. Il est démangé par la tarentule politique. Il a des projets sur Seine-et-Marne et, à ce titre, il est venu faire appel à mes lumières.

C’est demain qu’on fixera le dividende du Suez. Il sera de quelques francs moins bas que le précédent.

À toi.

Et

[1] Wacyf Boutros-Ghali. Égyptien. Fils de Boutros, le ministre assassiné. Écrivain. Il publie de jolies poésies arabes, entre autres Le jardin des fleurs.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.