11 mai 1916

11 mai 1916

 

Mon cher Pierre,

 

L’article du Matin, succédant à celui du Petit Parisien, n’a pas manqué, comme je te le faisais prévoir, d’exciter vivement les milieux politiques. Ce ne furent hier au Quai d’Orsay que coups de téléphone, visites de parlementaires. Si c’est ainsi que l’on pose les questions, disaient les uns, nous aussi nous avons des candidats. – Comment, s’écriait Renaudelvoici dix mois que nous demandons une mesure de ce genre et, alors qu’il y a des commissions parlementaires, c’est dans la presse qu’on porte la discussion ! – Israël[1], directeur de L’Événement, affirme lui aussi avoir un candidat. On rend Briand responsable de l’article et du reste. Comment en serait-il autrement quand on a une censure à sa disposition ?

Toujours est-il que ce soir une note paraît, et que tu auras lue, défendant l’homme attaqué par les articles ci-dessus [2].

Ce ne sont pas de bien fameux moyens de gouvernement. Évidemment, Briand a voulu remuer l’eau, faire un peu de foire pour prendre le poisson. Quoi qu’il en soit, la personnalité visée en demeurera atteinte et les appétits seront éveillés.

J’ai eu aujourd’hui, par un de nos amis qui habite La Rochelle où il a une situation importante, des précisions sur la catastrophe de La Palisse sur laquelle on n’a presque rien laissé passer. Garde ces détails pour toi car ils sont impressionnants. Il y a eu trois cents morts et environ mille blessés. Le sinistre a englobé six ou sept usines. Tout un quartier de La Rochelle a été endommagé et l’explosion avait eu lieu à cinq kilomètres de là !

On fabriquait dans deux de ces usines des gaz asphyxiants et les matières qu’on y employait étaient des matières à combustion lente. On attribue d’une façon à peu près certaine le désastre à une entreprise criminelle et dont tu devines l’origine. Il a fallu qu’un détonateur ou plusieurs détonateurs fussent placés en bon endroit de façon à provoquer l’explosion. Tu vois si cela a réussi. Quand voudra-t-on se préoccuper de ces naturalisés si douteux qui circulent partout ? Ils sont tabous par la grâce de tous les Malvyet consorts.

Vraiment, ces gens de la Rue François-Ier  sont extraordinaires ! J’ai eu encore un détail qui vient de m’être raconté par la victime elle-même qui donne une fameuse idée de la légèreté de cet organisme. Le malheur, c’est que le pauvre Chaumeix se fait là encore un ennemi purement gratuit car la faute ne lui incombe pas et tu vas voir comment.

Le monsieur auquel je fais allusion est un homme de très haute culture, russisant à fond et ayant une situation sociale et intellectuelle importante tant à Paris qu’à Pétrograd. Chaumeix lui téléphone pour lui demander s’il ne lui conviendrait pas d’aller à Marseille recevoir les Russes, qu’on en serait heureux et que les Russes, trouvant à leur arrivée des hommes comme lui, en seraient favorablement impressionnés. Qu’il vienne donc voir le colonel Dupuis qui désirerait en causer avec lui. On lui demandait donc un service et notre ami, pour qui un déplacement de ce genre était une corvée assez lourde, n’a pas cru par devoir s’y dérober. Il a donc accepté d’aller voir Dupuis. Arrivé Rue François-Ier, il est reçu par ce M. Laloy déjà nommé qui lui dit : – Ah ! c’est vous, Monsieur, qui voulez aller à Marseille pour recevoir les Russes. Mais je ne crois pas que ce soit possible car nous avons déjà pris des dispositions. – Hein ?, répond M. S., mais je ne demande rien et de plus je ne désire avoir affaire qu’avec le colonel Dupuis qui a demandé à me voir. Après quelques difficultés, le nommé Laloy se décide à l’introduire chez Dupuis. Cette pauvre vieille baderne s’emberlificote dans des phrases : – Nous regrettons beaucoup de ne pouvoir vous donner satisfaction, il y a une question de frais, etc.

  1. a été furieux et lui a répondu : – Mais, monsieur, vous comprenez que je n’ai aucune intention de me rendre à Marseille ; on est venu me trouver de votre part pour me le demander comme service. Je suis au contraire enchanté que vous n’ayez pas besoin de moi mais beaucoup moins que vous m’ayez dérangé.

Lis donc l’article du Figaro de ce matin où Latzarus [3] (un pensionnaire de la maison) découvre qu’il fait froid en Russie et s’émerveille que les soldats fassent l’exercice dans la neige. Il en tire des prévisions sûres pour le succès des Russes sur les philosophes du Kaiser. Tout de même, les troupiers boches sont mieux que des philosophes. Tu te rends compte de la qualité des envoyés. C’est vraiment un peu effarant. Quant à la Maison de la Presse, ils ont dit : – C’est un garçon de bien du talent – Cela suffit. Généralement, le comble du génie c’est d’être un talent bien parisien.

Et aussitôt on envoie ce talent épater les Scandinaves, les Moscovites ou les Sarmates. Le tout est de savoir s’ils comprennent à leur tour le talent bien parisien.

Ton affectionné

Et

 

[1] Alexandre Israël (1868-1937). Homme politique. Député radical de l’Aube (1919-1924). Journaliste, directeur de L’Evénément. Rédacteur en chef du Petit Troyen.

[2] Il s’agit du général Joffre.

[3] Louis Lazarus (1878-1942). Journaliste au Figaro. Écrivain.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.