28 novembre 1918

28 novembre 1918

 

J’ai eu ce matin un entretien avec quelqu’un qui était spécialement chargé de venir me parler. Je ne veux pas écrire ce qui m’a été dit, je te le répéterai de vive voix, mais je considère les préoccupations dont il m’a été fait part comme graves. Ce ne sont encore que des préoccupations, il ne faut pas que les choses prennent une autre nature.

Ce matin aussi, j’ai connu différentes choses qui concernent notre affaire. C’est assez curieux. Là-dessus aussi je ne veux rien écrire et me réserve jusqu’au moment où je te verrai.

Tu me diras que si j’ai [sic] tout ce que j’ai à écrire je pourrais m’abstenir. Tu aurais peut-être raison. En tout cas, j’ai reçu ce matin Mme Paquin qui m’a apporté un reflet des élégances de la rue de la Paix. Cette femme m’a l’air de ne fréquenter que des ministres : Colliard m’a dit ceci, Clémentel cela, je suis allée voir Klobukowski, etc. Elle est, comme présidente de la couture, chargée de faire une œuvre de poupées pour l’Alsace-Lorraine. Il faut trouver, emballer, expédier et distribuer deux cent mille poupées d’ici Noël ou le 1er janvier. C’est pour cela qu’elle est venue me voir.

Au cours de la conversation, elle a eu un bien joli mot. Je lui demandais combien de temps il fallait pour habiller une poupée (pour une confectionneuse). Vingt-quatre heures ? Oh non, me répondit-elle, la baronne de Laumont [1], qui a une œuvre pour les femmes du monde dans la gêne, ne paye que cinquante centimes par poupée. Ces dames doivent donc en faire plusieurs par jour car cinquante centimes c’est bien peu de chose pour vivre. Comment voudriez-vous qu’elles s’en tirent si elles ne font pas au moins cinq ou six poupées par jour. Vraiment, Mme de Laumont pourrait donner un peu plus, d’autant qu’elle revend ses objets le prix qu’elle veut.

N’est-ce pas admirable d’entendre Mme Paquin mépriser l’œuvre de charité de Mme de Laumont alors qu’elle a été obligée d’avouer devant le tribunal qu’elle ne payait ses petites mains que cinquante centimes par jour [2] et que ses robes le meilleur marché sont tu sais de quel prix !

En Alsace, à Strasbourg, on a des difficultés. Les fonctionnaires allemands ne veulent pas remettre leurs services. Ils prétendent que ce n’est pas dans l’armistice. Il s’ensuit que Maringer vient de télégraphier pour que la mission, qui était composée d’individualités devant être mises à la tête de chaque service, retarde son voyage.

J’ai chez moi en ce moment un petit domestique qui a été victime de l’accident de Saint-Jean-de-Maurienne Des multiples blessures qu’il a reçues, il lui reste un bras atrophié et une cuisse enlevée à moitié. Il prétend qu’il y a eu huit cents victimes et nous donne quelques détails dramatiques. Les freins ayant cassé, ils se sont trouvés lancés sur une pente terrible à une vitesse vertigineuse. Serrés les uns contre les autres, ils se voyaient lancés dans la mort en pleine connaissance. On n’entendit ni un mot ni un cri jusqu’à la catastrophe. Celle-ci est due à l’incurie. Le mécanicien n’avait pas voulu monter sur cette machine qu’il considérait comme avariée. On l’y a contraint et il s’est fait signer un papier comme quoi sa responsabilité était entièrement dégagée. C’est vraiment abominable.

À toi.

Et

 

[1] Marie-Henriette de Sassey (1855-1930). Épouse Aymar Benoist de Laumont (1842-1915), baron de Laumont, chef d’escadron de cavalerie.

[2] Cf. lettre des 22-23-24 août 1918.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.