25 novembre 1918

25 novembre 1918

 

Je ne sais pas quand notre gouvernement se décidera à laisser passer les versions exactes de ce qui est à Berlin. Je ne sais si c’est réellement un bien de cacher la vérité. Berlin est en réalité aux mains d’un soviet, comité ouvriers et soldats, qui prétend tout contrôler et remplace le Reichstag. Partout où la censure rencontre ce mot soviet, elle l’efface impitoyablement. Nous l’avions vu pour nous il y a quelque jours, mais L’Humanité se gêne moins.

Toujours est-il que, d’après les dépêches arrivées au Quai d’Orsay, il y a lutte entre le gouvernement socialiste et le comité ouvriers-soldats. Les premiers voudraient arriver à une république bourgeoise, les seconds veulent au contraire le chambard immédiat. Pour cela, il faut faire les élections. Le gouvernement verrait son intérêt à profiter des anciens rouages et faire de suite appel au pays. Le comité, au contraire, qui n’est pas prêt à ce point de vue-là, essaie de retarder la consultation le plus possible. De tout cela, naturellement, pas un mot dans la presse.

La campagne contre Wilson continue aux États-Unis assez forte. Le président inquiète. Voici ce que m’écrit Lechartier à ce sujet :

On commence vraiment à s’inquiéter un peu ici d’un pouvoir qui s’augmente toujours et s’impatiente du contrôle. Au moment des trois fameuses questions à l’Allemagne, le désappointement a été grand. On les a interprétées comme une avance faite à nos socialistes et au Labour Party anglais qui avaient demandé qu’on n’écartât surtout aucune proposition sans examen. De là à voir un désir de prendre influence dans tous les partis ouvriers d’Europe et pour les arbitrer ou les guider à l’occasion dans les difficultés d’après-guerre, il n’y avait qu’un pas. Les républicains l’ont franchi et sont allés plus loin. J’ai eu occasion d’avoir une conversation il y a quelques jours avec l’écrivain Owen Johnson [1]. Je l’ai trouvé bien persuadé que le président, déjà maître de la guerre, s’aperçoit lui-même seigneur de la paix régnant sur toutes les démocraties de l’Europe et du monde. C’est sans doute aller beaucoup trop loin. Mais, même en restant très en arrière, l’avenir de ce côté peut donner quelque inquiétude.

En même temps que cette lettre de Lechartier, j’en recevais une autre d’un abonné qui est du même avis et sonne un peu le glas du règne Wilson. La roche Tarpéienne est près du Capitole, dit-il. Il s’élève contre la place que prend l’entourage du président, et, pour me le prouver, m’envoie un ticket retiré d’une sorte de carnet de chemin de fer. Sur ce ticket il y a Mac Adoo[2], general director, etc. Mon abonné se demande pourquoi le gendre de Wilson n’y place pas aussi son propre portrait.

Pour nous, nous n’avons qu’à regarder les événements et surtout à ne pas nous mêler de ces querelles intérieures. Pour moi, tu connais mon opinion sur Wilson. C’est grâce à son élection que nous avons eu l’unanimité américaine. Laissons les partis se débrouiller entre eux.

Il paraît se confirmer de plus en plus que Clemenceau et Pichon veulent conduire les négociations eux-mêmes et à ce titre ils sont, dit-on, un peu embêtés de la venue de Wilson et de la durée de son séjour qui sera plus long qu’une simple visite protocolaire. On croit qu’il voudra se mêler de tout et l’on redoute ses interventions. De plus, il est certain que Wilson entraînera des manifestations enthousiastes du populaire, lesquelles seront sans doute fort exagérées par les partis avancés, cela détournera un peu de gloire, et les vivats de la foule sont une musique qui caresse agréablement les oreilles de nos grands hommes du moment.

Le plus ennuyeux serait si l’on pouvait établir une différence trop sensible entre la chaleur des différentes réceptions de chefs d’État.

J’ai eu tout à l’heure l’écho d’un déjeuner où était Eugène Motte. Celui-ci s’est plaint très vivement du traitement infligé aux populations libérées. Ni vivres, ni monnaie, ni rien. Je continue à craindre de graves incidents. J’ai su par un habitant que Foch leur avait déclaré : Ce qu’il vous faut ce sont des camions, soyez tranquille, vous allez en avoir tant que vous voudrez, je les prends à l’Allemagne. Mais les jours se passent et la promesse ne se réalise pas.

À toi.

Et

 

            26 matin

Je vois que beaucoup des choses que je te dis sur l’Allemagne sont dans les journaux de ce matin. On s’est décidé.

[1] Owen Johnson (1878-1952). Américain. Écrivain. Journaliste, correspondant de guerre pour le New York Times et le Collier’s Magazin.

[2] William Gibbs Mac Adoo (1863-1941). Américain. Avocat. Homme politique. Secrétaire d’État au Trésor (1913-1918). Il épouse en 1914 Eleanor Randolph Wilson (1889-1967), 3e fille du président Wilson.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.