24 novembre 1918

24 novembre 1918

 

Pas grand-chose à mettre sur le papier que tu ne saches déjà. Cependant, Fernand de Brinon nous a amusés en nous faisant le tableau de l’antichambre de Clemenceau où Berthoulat vient à l’ordre chaque matin et tâche de s’embusquer pour se précipiter au moment de la sortie de Foch et lui présenter son manteau qu’il l’aide à passer. Après cette opération, il peut se précipiter à la Bourse et, négligemment, dire : Le maréchal me disait tout à l’heure… Il paraît que Foch, en entrant chez le président du Conseil [1], a coutume de laisser sur le billard, qui est le milieu de la salle d’attente (c’est l’ancienne salle de billard du temps où les ministres n’étaient pas de simples passants), manteau et képi. C’est le sport des gens qui attendent leur tour d’audience de coiffer le couvre-chef du généralissime. Jusqu’à la troisième génération, ce geste fera vivre le souvenir de l’ancêtre qui aura mis sur sa tête le képi de l’illustre maréchal.

Je ne crois pas t’avoir dit que j’avais eu, il y a quelques jours, la visite du bon Pénelon. Tu penses dans quel état d’exultation il se trouve. Malgré tout, il se préoccupe de la démobilisation. Il n’approuve guère les permissions de vingt jours et il aurait voulu en montrer les périls au président de la République. Comme nous tous, il craint que le permissionnaire se refuse à rentrer. Il remarque la lassitude des militaires qui sont maintenant au repos. Il fait popote avec un autre général, et leurs états-majors représentent bien une trentaine d’officiers. Il les entend parler et beaucoup de ces messieurs qui sont ingénieurs, chefs d’industrie, etc., se lamentent d’être obligés de rester là à ne rien faire alors que leur temps pourrait être employé à faire besogne utile. S’il en est ainsi des officiers, que dire des hommes !

[1] Georges Clemenceau.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.