23 novembre 1918

23 novembre 1918

 

Il y a une situation particulièrement grave en ce moment et qui pourrait, à bref délai, nous amener quelque vilaine affaire. Grâce à l’incohérence de nos pouvoirs publics, on n’arrive pas à ravitailler les pays libérés du Nord dont les malheureux habitants vivent sous un régime dix fois pire que celui qui était établi sous l’autorité allemande. Si on ne porte remède, d’ici à quelques jours il y aura des émeutes. Tu sais que c’est Dunkerque qui est le port qui alimente Lille. Voici un exemple entre mille de l’absurdité de notre organisation. Deux trains chargés de vivres partent de Dunkerque. Ils arrivent à Lille et, ne trouvant personne pour être déchargés, ils font tranquillement machine en arrière et retournent à Dunkerque pendant que dans la grande ville on payait cinq francs un petit morceau de pain et quarante-cinq francs la livre de beurre. Beaucoup de Lillois commencent à demander qu’on leur rende les Allemands.

Tout cela, c’est la faute de Clemenceau. Je t’ai raconté en son temps le renvoi de Trépont. Cet homme avait administré pendant dix ans le département à la satisfaction générale, avait été déporté, menacé de mort, il revient, on le récompense en le renvoyant et en le remplaçant par un homme qui n’est au courant de rien. Ces fantaisies-là pourront nous coûter cher car on peut tout prévoir.

Pendant ce temps-là, on reçoit les rois, on entre pompeusement dans les villes [1], on mobilise des trains pour cela et on oublie que les estomacs des populations ne se contentent pas pour s’alimenter de vivats et de bravos.

Nous en verrons bien d’autres, même en Alsace. Le filet que tu pourras lire ce soir m’a été suggéré justement par une lettre que l’ai reçue d’Alsace et qui, après m’avoir exposé la question traitée dans le journal, dit : « C’est monstrueux : la raison est que ces malheureux sont confiés à des gardes-chiourme plus ou moins gradés qui tiennent à leurs fonctions de tout repos. Mais les gens qui laissent se prolonger une pareille situation ne méritent guère moins que le poteau, car aux jours de Mulhouse, ils nous préparent un lendemain qui sera un Saverne. »

Mon correspondant m’annonce qu’on se prépare à Strasbourg à recevoir la France [2]. On travaille aux chars, aux costumes. Le maréchal Foch recevra, dit-on, une épée en or décorée de brillants offerte par les dames de Strasbourg et un magnifique cheval blanc provenant d’un haras d’Alsace. Une fenêtre se loue déjà cinq cents francs.

La nomination de Castelnau comme maréchal devait paraître aujourd’hui. Il n’en a rien été. Aux dernières nouvelles, on prétend l’ajourner jusqu’après Strasbourg. Ce n’est pas très bon signe. J’ai su qu’il y avait des oppositions dans le cabinet. La principale viendrait de Klotz inquiet du bâton donné à un vieux clérical aristocrate comme notre général. Le ministre des Finances exigerait comme compensation et contrepoids la nomination de … Sarrail. J’aime à croire que c’est là une des fausses nouvelles que distillent les bureaux de la Guerre. Clemenceau n’avait pas beaucoup de goût pour Sarrail qu’il a vigoureusement sacqué. Quoi qu’il en soit, Castelnau n’a pas encore ses sept étoiles.

À l’instant, Hyde me téléphone et me dit qu’il est allé à Bruxelles, qu’il a vu l’entrée du roi [3], que c’est une des plus belles choses qu’il soit donné de contempler. Il a fait une conférence au théâtre de Lille avec projection des films américains et que le succès a été grand. Je lui demande discrètement ce qui se passe au point de vue ravitaillement. Il me confirme ce que je t’ai dit plus haut. Lui a bien mangé, me dit-il, mais la population, c’est autre chose. De plus, la question des bons à rembourser est une source de difficultés car on a spéculé, et il s’agit de rembourser sans cependant donner de primes aux spéculateurs ou les punir. Il ajoute une phrase qui est terrible pour nous dans la bouche d’un étranger. Je ne te la répète pas comme venant de lui, mais tu la devines facilement, et elle a été formulée par nos propres compatriotes même parlementaires.

Je causais de cela avec un colonel de Lacroix-Laval [4] qui est venu me voir et nous déplorions que des dépôts de camions étaient au grand complet et que leurs véhicules restaient sans emploi. Il me dit qu’à Lyon il y a un dépôt qui possédait pendant la guerre deux mille camions. À l’heure actuelle, il y a environ un millier qui sortent juste une fois par mois pour voir si tout fonctionne bien et s’ils sont prêts à partir. Pendant cela, faute de transports, on crève de faim dans le Nord.

À toi.

Et

[1] Le roi des Belges, Albert Ier, et la reine des Belges entrent triomphalement à Bruxelles. Le général Pershing entre à Luxembourg.

[2] Les Français entrent triomphalement à Strasbourg.

[3] Albert Ier, roi de Belgique.

[4] Ferdinand Boussin de Lacroix-Laval (1858-1942). Lieutenant-colonel.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.