22 novembre 1918

22 novembre 1918

 

Hier, en terminant, je te disais que je devais déjeuner avec Chailley-Bert qui m’avait persécuté pour que j’accepte cette invitation. Il voulait me parler de la politique intérieure. Nous nous trouvions donc attablés chez Lucas ce matin avec le voisinage d’une bien jolie personne, mille fois plus agréable à regarder que mon amphitryon. Chailley est préoccupé de l’avenir. Il voudrait que les Débats, dont il me fait un éloge immodéré, se missent à la tête d’un mouvement politique. D’abord il faudrait arriver à changer le mode d’élection. Il a grandement raison, mais le moyen ? La proportionnelle, c’est impossible. Le projet de loi a été repoussé par le Sénat, ce serait donc de longs mois sinon des années de balades du projet entre les deux Chambres et, si l’on veut faire les élections, il vaut mieux les faire vite. Devant cette objection, Chailley me dit que, sans poursuivre la proportionnelle dès maintenant, on pourrait tâcher d’obtenir tout bonnement le scrutin de liste, mais, d’après lui, il faut supprimer l’arrondissement. Serait-il avantagé par le système ? … Nous parlons de la politique ouvrière, des dangers qui nous menacent socialement, de la discussion des conditions de paix pour lesquelles rien ne paraît avoir été fait. Chailley passe en revue les hommes avec lesquels on pourrait arranger quelque chose. Nous en trouvons bien peu. Nous nous demandons si Loucheur ne serait pas un gaillard possible pour un mouvement de ce genre. Chailley saute sur l’idée et veut demander à Loucheur de venir déjeuner avec lui et moi. Il croit que le ministère de l’Armement sera heureux de déjeuner et de causer avec le directeur des Débats… Il me dit qu’il avait jeté les bases d’un comité déjà avec Étienne Lamy, Imbart de La Tour, Liesse, Millerand. Ce comité, naturellement, s’est assoupi pour ne plus se réveiller. Je n’ai pu m’empêcher de lui dire que je ne comprenais pas très bien la composition de ce comité. Deux catholiques militants et un ancien ministre qui a totalement perdu son autorité sur la Chambre.

J’ai cru comprendre que Chailley, que je connais du reste depuis vingt ans, me croit un profond esprit politique à travers le prisme des Débats. Pauvre homme, il se connaît en individus.

Je vais attendre l’invitation à Loucheur. Ce sera toujours drôle.

Maurice Vernes [1], un terrible raseur, m’a adressé trois pages destinées à la publication qui sont une violente protestation contre le scrutin d’arrondissement lequel ramènera cette Chambre incapable, etc., etc. Comme j’ai déjà pris position, je ne puis m’appuyer cette longue diatribe et j’ai répondu à Maurice Vernes par les raisons développées à Chailley. Il sera furieux mais tant pis. Tous ces braves gens comptent beaucoup sur un renouvellement de la Chambre. Sont-ils bien sûr d’avoir raison ?

Lettre aussi d’Aubry-Vitet [2] qui en veut à Gauvain d’avoir dit que, si les Allemands veulent une république unique, ils sont libres de la faire. Aubry-Vitet, qui ne sait pas même nous donner du papier à un prix abordable, voudrait que, puisque nous sommes vainqueurs, nous imposions à l’Allemagne les petites républiques. Je me demande comment il ferait. Il trouve que Gauvain se contredit en proclamant la nécessité d’occuper l’Autriche-Hongrie et de ne pas la laisser libre de faire ses petites parodies. Il ne se rend pas compte que, s’il nous est possible d’aller à Vienne, il nous serait très difficile d’envahir et de tenir toute l’Allemagne. Ce profond penseur a découvert que l’Empire ne serait pas plus dangereux pour nous que la République allemande une et indivisible. Je persiste à croire tout de même qu’une république aura du mal à fournir un exemple de centralisation aussi fort que celui que nous venons d’avoir. Si les deux doivent être aussi forts, que diable cela peut-il nous faire alors que ce soit une république ou un empereur. Dans le fond, tous nos conservateurs regrettent leur Guillaume II. Ils s’étaient habitués à l’admirer et à le citer comme exemple. Pour eux, sa chute est une faillite de leurs idées et ils ne veulent pas se l’avouer.

Il a encore fallu répondre à ce coco-là.

Une longue heure de conversation avec le brave Ledoux [3]. Il fait partie de la mission que l’on envoie auprès de l’amiral Amet à Constantinople. Le chef de la mission est un charmant garçon, mon ancien collègue Fouques-Duparc [4]. Il aura avec lui des gens comme Sallandrouze-Lamornaix, Steeg, Abonneau [5] (frère du général [6]), etc. Fouques-Duparc portera le titre de conseiller politique. Je ne détermine pas très bien quelles sont ses instructions, si toutefois on lui en a donné. On va se trouver en face d’une forte partie, les Anglais. Notre pauvre La Boulinière a sauté comme tu le vois et c’est Sallandrouze qui le remplace.

Pour le moment, à Constantinople, nous occupons simplement les gares et le port, mais il semblerait qu’on veuille étendre cette occupation de façon à mieux tenir les Turcs.

Ces messieurs partent lundi pour Tarente, et, dans quelques jours, s’embarqueront à Marseille tous les ingénieurs, agents des chemins de fer ou autres affaires française en Orient. Parmi ceux-ci seront nos hommes à nous.

On croit Enver et Talaat réfugiés en Allemagne, mais on ne sait au juste où.

As-tu entendu dire qu’il y aurait une certaine effervescence à Saint-Étienne, je n’en sais rien, mais une question que l’on m’a posée aujourd’hui a attiré mon attention et je vais m’informer.

Bonsoir mon vieux.

Et

 

Les journaux disent ce matin qu’Enver et Talaat sont à Berlin.

 

 

[1] Maurice Vernes (1845-1923). Théologien et historien. Fondateur de la Revue d’histoire des religions (1880). Directeur de la Ve section de l’École pratique des hautes études.

[2] Eugène Aubry-Vitet (1845-1930). Archiviste-paléographe et écrivain, il épouse Melle Darblay, des papeteries Darblay, ce qui explique l’allusion au prix du papier.

[3] Il s’agit probablement de Louis-Marie-Alphonse Ledoulx (1859-19), drogman, bon connaisseur des affaires d’Orient car il a été essentiellement en poste à Constantinople.

[4] Albert Fouques-Duparc (1863-1932). Diplomate. Il a dû être en poste à la direction politique en même temps que Nalèche. Ministre plénipotentiaire en 1918, il est envoyé en mission en Orient à Constantinople du 25 novembre 1918 au 23 juin 1919.

[5] Aristide Abonneau (1862-1928). Frère du général Pierre Abonneau (1854-1922). Journaliste. Président du syndicat de la presse bordelaise. Directeur de la Dette ottomane.

[6] Pierre Abonneau (1854-1922). Frère d’Aristide Abonneau (1862-1928). Général de division.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.