21 novembre 1918

21 novembre 1918

 

J’ai été témoin aujourd’hui d’un triste accident et peu s’en est fallu que je n’en fusse moi-même victime. Je rentrais aux Débats fort tard, vers 3h, car j’avais eu une longue conversation avec qui tu sais, et comme je m’apprêtais à m’engager sur le Pont-Neuf, j’eus l’impression que mon chapeau était effleuré par quelque chose de formidable. Le temps de relever la tête et je voyais un avion s’effondrer à dix mètres de moi sur le parapet du quai. Aucun bruit n’avait signalé la chute. Les branches des arbres volèrent de tous côtés, les vitres d’un kiosque s’éparpillèrent et l’on ne vit plus, à cheval sur le mur, qu’un amas informe surmonté d’une magnifique cocarde tricolore. Je courus et, en arrivant près de ces débris, je ne perçus ni un râle ni une plainte. Nous avons cherché à dégager les aviateurs dont rien ne signalait la présence lorsque les pompiers arrivèrent et nous fûmes écartés. Mais, chose curieuse, avant même de chercher à savoir s’il y avait des victimes sous cet amas de ferrailles et de toiles, la foule se précipita sur les ailes et, en un clin d’œil, déchiqueta les ailes pour emporter un souvenir. Drôle de mentalité.

Tu as vu l’accident de Mangin. J’ai entendu beaucoup de gens, surtout militaires, non pas s’en réjouir mais déclarer que c’était bien le doigt de Dieu. Pétain n’avait cessé depuis dix jours de demander un cheval calme et on lui trouva cette bonne monture de bois. Mangin, au contraire, voulut monter un cheval à effet. Il l’a trouvé, mais il n’est pas resté dessus. Ce petit détail donne bien une idée des deux hommes. J’ai vu ce matin justement un témoin oculaire de l’entrée à Metz. Le nouveau maréchal fut admirable, simple, tranquille, ayant l’œil sur sa troupe, reconnaissant chacun et remarquant sûrement si une courroie était mal placée. Ce même témoin me disait de quels regards d’adoration les soldats contemplaient leur chef. Il a voulu se rendre compte des sentiments vrais et, passant près d’une sentinelle isolée, mon homme lui dit : « Le général Pétain est nommé maréchal. » Chic alors, répondit le poilu, pour sûr qu’il ne l’a pas volé.

Bien que les honneurs religieux n’aient pas été prévus, Pétain se rendit néanmoins à l’invitation du chapitre. Le plus haut gradé parmi les prêtres lui adressa quelques paroles et Pétain y répondit avec sa simplicité coutumière. Lorsqu’il se retirait, le Te Deum éclata. Il n’y avait que deux attitudes à prendre, ou s’en aller très vite ou attendre. C’est à cette dernière que Pétain s’arrêta. Il fit face et écouta le chant religieux et ce fut, paraît-il, d’un grand effet.

Mon témoin me dit que les habitants de Metz ne paraissent pas avoir souffert tant que cela de la faim. La ville donne l’aspect très vivant, les tramways circulent et il y a des vivres. Arrivé avant les troupes, il s’installa chez Moitrier où on lui donna, pour lui et à ses compagnons, un menu extraordinaire pour quinze francs sans le vin. Les chambres de l’hôtel étaient fort bien chauffées. Le soir de la fête, ce fut une bamboche extraordinaire et les Messines, paraît-il, se montrèrent particulièrement hospitalières du haut en bas de l’échelle sociale.

Mon monsieur rapporte l’impression que, d’ici à peu de temps, nous aurons avec les habitants beaucoup de difficultés car ils ne lui ont pas fait l’impression d’être très commodes.

En dehors de l’accident de Mangin, il y en eut un autre qui attrista la cérémonie. Un avion – encore – tomba sur la foule, il y eut trois ou quatre tués.

On ferait vraiment bien de ne pas abuser de ce genre d’exhibition.

Tu sais qu’on parle beaucoup de la venue de tous les chefs d’État. On s’est préoccupé de loger tous ces potentats. Les monarques qui ne passeront à Paris que quelques jours seront logés au ministère des Affaires étrangères qui en a l’habitude. Mais la question se posait assez difficile pour Wilson qui restera un certain temps et qui amènera avec lui toute une suite. On ne devinerait jamais où on compte le mettre. Je te le dis encore en toute confidence si tu ne le sais déjà, c’est dans l’hôtel du prince Murat [1] rue de Monceau. Leurs Altesses resteraient à la campagne et le président des États-Unis s’installerait dans ce logis princier. Est-ce Tardieu qui a négocié cela ? Ça en a tout l’air.

Tu vas voir comme tout, chez nous, est bien organisé, c’est mon refrain presque quotidien, mais chaque jour on voit de tels exemples de cette incohérence qu’on en parle malgré soi. Je reçois ce matin la visite du comte Humbert de Marcieu, le fils de ma voisine [2]. Il est le mari d’une Beaufort [3], fille du duc [4], et possède une très grosse fortune située en Lorraine et composée de mines, terres, bois, etc. Ce brave homme voudrait aller voir ce que tout cela est devenu. Il s’est adressé à Dieu et au diable pour obtenir l’autorisation de se rendre à Thionville. On l’a baladé d’administration en administration. On finit par lui dire que c’est à la préfecture de police qu’il doit adresser sa demande. Il s’y précipite. Il y est fort bien reçu et on lui dit que c’est là qu’en effet sa demande doit être déposée. On la lui fait faire, il la remet et, en la prenant, le gros fonctionnaire lui dit : Maintenant il faut attendre quelques jours car nous ne savons pas à qui nous devons faire parvenir votre lettre !

En désespoir de cause, le pauvre Marcieu est venu me trouver. Après plusieurs coups de téléphone à droite et à gauche, j’apprends de Marin que Clemenceau a refusé carrément tout permis, même aux députés. Que restait-il donc à faire aux impétrants ? Tout simplement prendre leur billet pour Nancy, et, de là, on circule en Lorraine tout comme on veut.

J’arrête mon bavardage. Il est minuit.

Ton

Et

 

Je déjeune demain avec ce phénomène de Chailley [5] qui m’a persécuté pour me parler de la politique intérieure d’après-guerre. Je te tiendrai au courant.

[1] Joachim (1856-1932), 5e prince Murat. Son hôtel particulier est situé 28, rue de Monceau, Paris, VIIIe. Il possède aussi deux châteaux, l’un en Seine-et-Oise, l’autre dans l’Oise.

[2] Humbert de Marcieu (1858-1947) est le fils de Gaston de Marcieu (1829-1888), marquis de Marcieu, et d’Isabelle de Chanaleilles (1833-1925). Cette dernière, veuve, possède et occupe toujours l’hôtel de Chanaleilles, 2, rue de Chanaleilles, Paris, VIIe, où habite Étienne de Nalèche.

[3] Humbert de Marcieu épouse Ghislaine-Marie-Charlotte-Pauline de Beauffort (1869-1941), fille d’Henri-Martin-Ghislain de Beauffort (1840-1919) et de Marie-Chantal-Pauline Vogt d’Hunolstein (1847-1913).

[4] Nalèche se trompe. Le beau-père d’Humbert de Marcieu n’est pas le duc de Beaufort. La famille Beauffort est originaire du Pas-de-Calais et a reçu le titre de marquis le 8 novembre 1735. La « fortune » située en Lorraine dont parle Nalèche pourrait venir de la belle-mère d’Humbert de Marcieu.

[5] Joseph Chailley-Bert (1854-1928). Gendre de Paul Bert. Journaliste. Rédacteur au Journal des Débats. Homme politique. Député Union démocratique (1906) puis gauche radicale de la Vendée (1910).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.