19-20 novembre 1918

19-20 novembre 1918

 

Les journaux du soir ont annoncé la création d’un nouveau sous-secrétaire d’État des Transports, et la scène qui eut lieu à cette occasion fut comique. Cels, que la guerre rendait sans emploi puisque son sous-secrétariat était celui des sous-marins, trouvait mauvais de redevenir simple député et de perdre la moitié de ses émoluments, demanda à ses collègues du cabinet s’il n’y avait pas quelque part besoin d’un demi-maroquin. Les ministres se consultaient et ne voyaient rien à offrir lorsque Clemenceau dit : Voyons, Claveille, vous allez recevoir cent cinquante mille wagons, il me semble que vous pourriez vous donner un coadjuteur. Soulagement universel. Cels est devenu ou plutôt resté sous-secrétaire d’État.

Et voilà comment se gouverne un grand pays.

Les choix alsaciens continuent à ne pas être très fameux. Les militaires du GQG, avec qui je déjeunais hier, n’approuvent guère la nomination du général Bourgeois [1]. Il y avait joliment mieux à faire, disent-ils, qu’à prendre ce géographe. Je crains bien que le robinet des erreurs ne soit pas encore fermé.

Du reste, dans tous les services gouvernementaux, c’est l’image la plus complète du désordre. Nos agents d’Orient ont reçu du ministère l’invitation au départ. Ils sont allés au Quai d’Orsay voir les personnages compétents. Ils ont trouvé là des services où rien n’est prévu, où on se renvoie de l’un à l’autre, chacun comptant sur son voisin. La paix est arrivée certainement beaucoup trop tôt.

Reçu la visite de notre ancien correspondant de Berlin, William Martin [2], le principal rédacteur du Journal de Genève. Il revient d’Amérique et il a appris la signature de l’armistice à bord. Déjà on avait donné le vendredi la nouvelle et il y avait eu prématurément une explosion de joie à New York. Il nous en donne les détails. Les manifestations ont été calmes pendant une heure environ, puis cela a dégénéré en foire avec cortèges grotesques, confetti, etc. La chose la plus curieuse, nous dit-il, ce fut la pluie de papier. Les gens montaient dans les maisons aux fenêtres des gratte-ciel et jetaient par les fenêtres tous les papiers qu’ils pouvaient trouver. On a vu même des banques jeter feuille par feuille les anciens registres. On sut plus tard que la nouvelle était fausse, mais la fête était commencée, elle continua.

Ce ne fut donc qu’en mer que l’on connut la véritable signature. Dans le bateau plein comme un œuf se trouvait Tardieu qui rentrait. Martin nous dit qu’il ne put guère causer sérieusement avec notre haut-commissaire. Celui-ci ne fut occupé, pendant les neuf jours que dura la traversée, qu’à organiser des parties à bord, des bals, des musiques, des représentations. Il fut même le promoteur d’un bal masqué dans lequel il figura déguisé en cuisinier. Le matin de l’armistice, le capitaine en prévint Tardieu et lui dit qu’il lui donnerait la parole à table. Le speech fut lamentable, prétend Martin qui ajoute même que notre éminent compatriote est assez faible chaque fois qu’il s’agit de prendre la parole. Il l’a entendu plusieurs fois aux États-Unis et, à chacune, il a emporté une mauvaise impression. J’en ai été étonné car Tardieu à la Chambre n’avait pas été si mauvais que cela.

J’aurais bien des choses à te dire encore ce soir, mais je suis obligé d’arrêter mon pensum.

Ton

Et

 

Professionnellement nous avons fait un sale ratage [3] ce soir. J’en ai perdu le fil de mes idées.

[1] Robert Bourgeois (1857-1945). Militaire. Géographe. Général. Directeur du Service géographique de l’Armée. Directeur de l’artillerie et du train des équipages militaires (1918).

[2] William Martin. Journaliste. C’est probablement un homonyme du diplomate cité dans les autres lettres.

[3] Un ratage, en argot de journaliste, se dit de toute information omise involontairement.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.