18 novembre 1918

18 novembre 1918

 

Il paraît que notre Tigre qui avait déclaré que la fin de la guerre serait aussi la fin de la présidence, a pris goût au pouvoir et désire le conserver le plus longtemps possible. Moralité : Le sieur Mandel, qui avait commis pas mal de petites infamies pour se présenter dans la Gironde, sentant qu’il avait bien peu de chance d’être choisi par le suffrage universel, abandonnerait ses projets et préférerait rester éminence grise. Les fonctionnaires des départements convoités vont pouvoir respirer !

À propos de Mandel, on m’a raconté sur lui une histoire qui est absolument vraie et qui ne donne pas une grande idée de la délicatesse du personnage. Un certain Weil, qui était à Constantinople, avait été chargé par l’autre Mandell, celui-là je crois avec deux l, de lui faire différents achats, entre autres des achats de tapis. Comme il arrive souvent, on fit passer l’envoi par la valise. La guerre éclata et Weil revint de Constantinople. Il apprit avec étonnement que l’envoi n’était jamais parvenu à destination. Apprenant que le paquet était venu par la valise, le Mandell en question va au ministère et réclame son colis. On cherche sur les registres et on voit que le ballot a été livré au chef du cabinet et que ce dernier est en possession depuis fort longtemps. Mandell 1 écrit à Mandell 2 qu’il a dû y avoir erreur et qu’il veuille bien lui rendre ses tapis. Pas de réponse. Alors, lettre recommandée sans succès. Deuxième lettre recommandée, même silence. Enfin, menaces de remettre l’affaire entre les mains d’un avoué. Alors le sous-Tigre se décide à restituer le bien qu’il s’était approprié.

Jolie anecdote qu’on vient de me raconter sur Maud’huy. Le général qui est messin avait fait vœu de ne plus entrer dans le théâtre de Metz que le jour où il pourrait le faire avec vingt trompettes. Récemment, Pétain le fait appeler et lui dit : « Vous êtes gouverneur de Metz. » Joie exubérante de Maud’huy qui va pouvoir entrer dans le théâtre avec ses vingt trompettes [1].

Les choix continuent à ne pas être heureux pour l’Alsace. Il fallait nommer un recteur à Strasbourg. Tout le monde avait pensé qu’on prendrait un grand Alsacien pour ce poste. Il y a plusieurs universitaires tout à fait désignés. Pas du tout, on vient de choisir un recteur du Midi des plus médiocres qui n’a pas fait beaucoup autre chose que d’être un bon habitué du Grand Orient. C’est un nommé Coulet [2].

Toujours le favoritisme. Je viens d’apprendre que, sans prévenir aucun journal, on a fait partir avec la flotte pour les Dardanelles le rédacteur du Temps, Lefranc [3]. De même pour la remise de la flotte allemande, c’est à midi 3/4 qu’on nous prévient d’envoyer quelqu’un en Angleterre, départ ce soir. Je pense que Le Temps a dû être prévenu plus tôt. J’essaie de faire partir Demaison, je crains bien qu’il ne renâcle au dernier moment.

À toi.

Et

[1] Les troupes françaises entrent triomphalement à Metz où le général Pétain est nommé maréchal de France.

[2] Jules Coulet (1870-1952). Normalien. Professeur à la faculté des lettres de Montpellier. Recteur de l’académie de Grenoble. Il est nommé directeur général de l’Instruction publique et des Beaux-Arts en Alsace-Lorraine.

[3] Lefranc. Journaliste. Rédacteur au Temps.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.