8 novembre 1918

8 novembre 1918

 

Les dernières nouvelles que nous ayions sur les parlementaires sont celles que je t’ai données dans le téléphone. Ils avaient l’air consterné, nous dit-on à la Présidence. Ils ont même fait mine de se retirer. On ne les a pas retenus et, d’eux-mêmes, ils sont venus demander à réfléchir et à consulter leur gouvernement.

Au ministère de la Guerre, on nous dit qu’il y aura sans doute demain un excellent communiqué, mais que ce sera devenu inutile. Il serait bien important que tout cela aboutisse vite dans un sens ou dans l’autre car déjà, dans certains dépôts, les hommes ne veulent plus rien faire, prétendant que cela n’est plus nécessaire. Des rumeurs comme celles qui ont circulé hier sont mauvaises pour le moral et de nature à le diminuer s’il n’y a pas de résultat ou si le résultat est la continuation des hostilités.

Croirais-tu que le maire de Neuilly a fait afficher ce matin la signature de l’armistice. Tu vois l’effet produit. En ce moment j’entends dire que, dans la population, on coud des drapeaux pour pavoiser dès que la nouvelle sera connue.

On me téléphone pendant que je t’écris que la République vient d’être proclamée à Munich.[1]

Les événements marchent avec une foudroyante rapidité. La nouvelle vient de Clemenceau.

Voici quelles sont les conditions de l’armistice :

1° – Évacuation de la France et de la Belgique en quatre jours.

2° – Abandon du matériel de guerre et des munitions.

3° – Abandon de la rive gauche du Rhin.

4° – Trois têtes de pont sur le Rhin : Mayence, Coblentz, Mannheim.

5° – Retrait des troupes allemandes à trente kilomètres de distance de la rive droite.

6° – Metz et Strasbourg occupés par les troupes alliées.

7° – Occupation d’Essen.

8° – Neutralisation du port de Kiel.

9° – Occupation de Hambourg.

10° – Démantèlement d’Héligoland.

11° – Reddition de tous les sous-marins.

12° – Désarmement de la flotte de guerre et internement des équipages.

13° – Libération des prisonniers de guerre sans réciprocité.

14° – Livraison d’une partie de la flotte de commerce en compensation des                            torpillages.

15° – Libération des prisonniers civils.

On me disait tout à l’heure qu’il y avait une clause concernant la livraison de certains nationaux coupables de crimes. Ceci m’étonnerait, et, en tout cas, ces conditions-là sont, je le crois, authentiques.

As-tu lu dans La Revue de Paris deux articles sur la politique de Benoît XV ? Ils sont signés trois étoiles et sont très durs pour le Vatican. Ils font beaucoup parler en ce moment. Ils sont dus à la plume d’un nommé Canet. Ceci pour que tu le saches si l’on venait à t’en parler. Ces articles sont en général pris assez bien par le clergé français qui, cependant, est assez divisé sur la question. J’ai reçu quelques lettres d’injures d’abonnés catholiques qui ne voient dans les quelques articles critiques que nous avons publiés que les méfaits du protestantisme et de la libre pensée. Cependant, j’ai su que le curé de Saint-Charles-de-Monceau était hier à un dîner où on a fortement bêché la politique du Saint-Père. Il n’a pas pris part à la discussion mais il souriait et ne désapprouvait pas. Du reste, au début de la guerre, presque tous les partis catholiques dans le monde étaient contre l’Entente. Tu retrouverais bien des preuves de cela en feuillettant mes papiers. Je reçois ce matin de Baltimore une lettre d’un brave homme qui me dit que, par expérience, il sait que « partout où il y a un prêtre catholique, il y a un ennemi de notre pays. » Puis il ajoute cette petite anecdote :

« Le dernier paquebot français a ramené ici une brave fille qui est de mes amies, paysanne d’un village de l’Ardèche qui possède son brevet simple, ce qui ne l’empêche pas d’être dénuée d’orthographe. Elle vient de reprendre ses occupations d’assistant professor in the department of romance languages, dans un collège de jeunes filles de ce pays. Elle m’a dit candidement : « Les gens de chez moi qui, avant la guerre et sur le conseil du curé, ont acheté des valeurs allemandes se mordent bien les doigts à présent. Je leur avais bien dit de prendre des valeurs américaines. » Après tout, le curé de Montpezat faisait en petit ce que Caillaux faisait en grand. »

Quirielle devait remettre un article à La Revue des Deux Mondes sur l’effondrement de l’Autriche. Étant allé en causer avec Doumic, ce dernier lui dit : « Il y a dans les Débats des articles qui ont fait scandale. » – ? ? – « Oui, ceux qui paraissent en tête et signés Gauvain. » – ? ? – « J’ai reçu la visite des plus hauts personnages qui s’en sont vivement plaints. » – « Que leur reprochez-vous, demande Quirielle ? Voulez-vous me préciser les points car, d’une façon générale, je suis complètement de l’avis de M. Gauvain. Il serait bien nécessaire que vous me disiez le fond de votre pensée. » Doumic, visiblement embarrassé, ne sait que répondre et ne paraît pas connaître un traître mot de la question. Il ne peut donc arriver à donner le moindre éclaircissement à son collaborateur qui le quitte, se demandant vraiment comment il pourra écrire son article. Mais le lendemain il reçoit une lettre de Doumic qui s’était renseigné entre temps et qui lui mandait : « Il est deux points auxquels il faut veiller et qui doivent être néfastes aux succès de l’Entente, le rattachement des millions d’Allemands d’Autriche à l’Allemagne et ce foyer de corruption qu’il ne faut pas laisser s’établir au centre de l’Europe. »

J’ai lu cette lettre étonnante de la part du directeur de la Revue des Deux Mondes.

À toi.

Et

[1] Le mouvement révolutionnaire s’étend à Hanovre, Brunswick, Cologne, dans la nuit du 7 au 8 novembre 1918 et à Munich, où Kurt Eisner proclame la déchéance de la dynastie bavaroise. Malgré la pression du gouvernement, Guillaume II refuse d’abdiquer.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.