6-7 novembre 1918

6-7 novembre 1918

 

Tu as su tous les bruits qui couraient dans Paris puisque tu m’en as téléphoné. J’ai reçu au moins dix coups de téléphone me demandant si l’armistice était réellement signé, comme on le disait qu’il l’avait été à 4h du matin. C’est toujours ma stupéfaction de voir la même nouvelle se répandre avec la rapidité de l’éclair dans les milieux les plus divers. La déclaration du chancelier a bien l’air d’être une préparation. Roger qui sort d’ici me dit qu’on lui a raconté que la flotte de Kiel s’était révoltée. C’est parfaitement vraisemblable. De la Chambre, deux minutes après ton départ, on m’a redit la même chose. Les plénipotentiaires sont arrivés à 11h devant nos lignes du côté d’Hirson. De là, ils ont été conduits en auto au GQG. Un de mes amis, de Bormans, qui est venu me voir tout à l’heure, est rempli de la crainte que Hintze [1] ne soit venu pour assassiner Foch. Gauvain ne voyait pas du tout ce matin l’armistice signé aussi facilement que cela par les délégués allemands. D’après lui, ces conditions imposées sine qua non pourraient être prises par eux, emportées en Allemagne pour y être examinées et on s’en servirait pour tenter un suprême « sursum corda » auprès du peuple. Ou bien on chercherait à discuter les clauses et cela prendrait du temps.

En tout cas, on dit beaucoup qu’il serait dans les intentions de Foch de faire quelque chose de foudroyant en Alsace. Toujours est-il que le service de propagande a reçu l’ordre d’assembler tout ce qui a paru dans la presse en brochures, en gravures sur l’Alsace-Lorraine pour que tout cela puisse y être expédié sans délai.

Par exemple, ce qui ne marche pas bien, ce sont nos rapports avec l’Italie. Je t’ai parlé hier des deux dépêches de Clemenceau à propos de Pula [2] et de la flotte. Mais ce que laissait prévoir Gauvain et que la censure nous a caviardés s’est produit hier. Il y eut une réunion des Yougoslaves au Continental, réunion qui fut très vive. Clemenceau, paraît-il, aurait compris et se montrerait très bien en la circonstance, mais Pichon pique du nez de plus en plus et n’ose parler ferme à l’Italie. Il a du reste à Rome son Barrère qui est plus italien que les Italiens eux-mêmes et soutient tous leurs points de vue. Quand il reçoit des ordres, il ne les exécute pas ou écrit en sens contraire des idées de son gouvernement. Ce pauvre Barrère, qui est très réellement un peu gâteux, peut nous conduire à de très vilaines histoires. Il est environné de thuriféraires, dont Charles-Roux n’est pas le moindre, et tout ce monde fait la plus lamentable politique. D’autre part, le change, en ce moment, est à peu près impossible, alors il faudrait de la fermeté. Ce n’est pas à Pichon qu’on peut demander cela.

L’ambassadeur est dans une telle colère contre nous qu’il ne défait plus la bande de son journal, du nôtre.

Tantôt, Cochin a raconté à Combe, notre informateur, qu’il avait joint Clemenceau très pressé, très affairé, qui lui dit : Je ne puis causer avec vous, je cours chez le président du Conseil lui raconter les choses les plus favorables. Malheureusement le Tigre n’a pas dit quoi, et les imaginations se sont montées.

À toi.

Et

[1] Paul von Hintze est alors ministre des Affaires étrangères d’Allemagne.

[2] Pula, en italien Pola, est une ville de Croatie, en Istrie.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.