5 novembre 1918

5 novembre 1918

 

Notre ami Pernot s’était bien gardé de nous dire que le Comité interallié de Versailles avait procédé par cascades. Les organisateurs eux-mêmes devaient y avoir une certaine responsabilité.

Le premier jour, on avait omis de convier les Belges aux délibérations. Il a fallu réparer l’erreur et les convoquer pour la séance suivante. Puis on s’est aperçu qu’on ne pouvait guère traiter les affaires serbes sans les Serbes et on a convoqué Vesnitch, puis ensuite Venizélos et enfin Bénès. La convocation de ce dernier est une grosse chose.

Je ne sais pourquoi on nous a fait tout espèce d’histoires pour la publication des conditions de l’armistice apportées [1] par le Journal de Genève à 11 h ce matin. Interdiction absolue pour nous de publier avant 4 h. Je m’en suis tiré avec une seconde édition, la première n’ayant eu que très peu de numéros.

Les conditions de l’armistice bulgare ont eu une drôle d’histoire, si l’on en croit Marin. Voici ce que raconte le bouillant député de Meurthe-et-Moselle.

Il reçoit un jour la visite d’un émissaire bulgare, ce qui ne veut pas dire d’un Bulgare, mais bien un intermédiaire de troisième ou quatrième ordre. Cet homme lui raconte que les Bulgares ne désirent plus que la paix et seraient disposés à capituler. Marin se dit qu’il est de son devoir de le conduire à Clemenceau. Il en parle à Berthelot et on va chez le président du Conseil. Ce dernier était dans un jour de casquette sur l’oreille, il répond par quelques mots sentis voulant dire : les Bulgares, je m’en f., qu’ils s’en aillent au diable. Rien avec eux, etc.

Berthelot et Marin se retirent et, en causant entre eux, se disent : Que pourrait-on bien demander aux Bulgares au cas où ils viendraient à solliciter la paix ? Ces deux messieurs prennent du papier et, au hazard, écrivent des conditions imaginaires et très dures.

Quelques jours après, la dépêche de Franchet d’Espérey ! Clemenceau se dit : Mais on n’a rien préparé, que répondre au général ? Si au moins on avait le temps d’étudier quelque chose ! Alors intervient Berthelot qui dit : Mais nous avons déjà préparé des conditions et les voici. Et il sort le papier perpétré avec Marin dans un moment où ils considéraient ce qu’ils écrivaient comme impossible. Clemenceau saute là-dessus et fait télégraphier cela à Franchet. Étonnement, les Bulgares avalent tout. Maintenant je dois te dire que Marin est assez imaginatif.

On attribue une sortie vigoureuse de Clemenceau à l’égard des nouvelles républiques au comité des Alliés. Il aurait vu dans les transformations des États monarchiques en Républiques indépendantes le moyen de sauver la caisse. Pas de ça, aurait dit le Tigre, il ne manquerait plus que de changer sa constitution pour échapper au paiement. Il m’est absolument égal que ce soit des rois, des empereurs ou des républiques, ils ont participé à la casse, il faut qu’ils paient.

C’est vendredi le fameux rendez-vous. J’aurai donc du nouveau à te raconter au dîner le soir.

Ton

Et

[1] Les conditions de l’armistice sont la démobilisation de l’armée austro-hongroise, la livraison du matériel de guerre et la libération des prisonniers, l’évacuation des territoires promis à l’Italie par le traité de Londres, le droit pour les Alliés de pénétrer en territoire austro-hongrois pour attaquer l’Allemagne. Les hostilités doivent cesser vingt-quatre heures après la signature.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.