31 octobre 1918

31 octobre 1918

 

Tu connais en détails cette journée si remplie depuis la visite de Venizélos, le déjeuner Loucheur, les événements politiques de la soirée. Il ne me reste donc bien peu de choses à dire qui ait un intérêt quelconque.

Corneau, généralement bien informé, avait dit hier, et je m’en étais fait l’écho, que Mangin était parti avec Buat pour Vérone. Ce n’est pas exact, Mangin est encore ici, et un de mes amis a vu Buat hier. Malgré tout, la rumeur publique ou plutôt la rumeur des antichambres ministériels est que Mangin sera chargé de commander les troupes d’occupation de l’Autriche. On le disait tout d’abord en disgrâce puis au Val-de-Grâce ; il est au repos, et je crois que ses troupes l’ont bien gagné. Que fera-t-on de lui ensuite, je ne sais, mais il est fort douteux que ce soit une armée de coloniaux que l’on charge d’une opération du genre de celle qui est préméditée. Si c’est Mangin qui est désigné, certainement il ne partira pas avec son armée d’ici.

J’ai entendu pas mal bêcher le Dr Bucher aujourd’hui, et c’était naturellement par des Alsaciens. On dit que Bucher, dont l’attitude très alsacienne avait tant fait dans le pays, était un grand homme sur la scène locale dans laquelle il travaillait, mais s’est trouvé très dépassé par l’énorme situation qu’on lui a donnée. Je t’avais raconté naguère sa visite à Clemenceau et l’offre qui lui avait été faite par le Tigre de rester à Paris. Il a eu le bon sens de refuser, sentant qu’il serait noyé dans la capitale. Malheureusement il a accepté une mission à Berne, et, dans cette ville où il est en contact avec des agents ennemis de premier ordre, son jugement est souvent en défaut. Ses moyens habituels d’information lui manquent et sa clairvoyance n’est pas parfaite.

Un des Alsaciens me dit qu’il savait aussi, à l’occasion, lorsqu’il était à Strasbourg, être… poli avec les Allemands. La décoration qu’il reçut du gouvernement français avait été soumise à Bulach avant d’être octroyée. Celui-ci aurait donné son adhésion, sachant bien que la chose ne serait pas prise par l’Alsace avec beaucoup de bienveillance et que cette distinction ne manquerait pas d’exciter les railleries d’une foule de gens plus décorables mais qui n’auraient jamais consenti à en passer par l’agrément du gouvernement de Sa Majesté Impériale et Royale.

C’est encore un bonhomme que les grandes dames ont perdu, ce pauvre Bucher. Il a le tort de croire aux dites grandes dames.

Ses compatriotes sont sévères pour sa moralité. Il est certain qu’il a eu la légèreté d’abandonner ses papiers au moment de l’invasion. Les Allemands ont mis la main dessus et ils ont publié un certain nombre de lettres dans un petit volume admirablement imprimé. On peut y lire les rancœurs de ce pauvre Albert se plaignant de la vie précaire que l’on fait au journal alsacien et du peu de dévouement de ses compatriotes. Tu penses quel parti l’ennemi a tiré de tout cela. Il y a même dans ce livre une lettre de moi qui date déjà de bien des années, où il est question de la diffusion des Débats en Alsace.

[pas de suite]

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.