30 octobre 1918

30 octobre 1918

 

Discussion passionnée ce matin à la salle de rédaction. Éclats de voix. Infernal potin. Il est bien difficile de garder son sang-froid au milieu de ces contradictions. Heureusement que Gauvain garde sa ligne bien droite à l’abri des influences dans la tour d’ivoire de son quatrième étage de l’avenue Rapp [1]. Mais pour celui qui est aux prises avec le dehors, ce n’est pas drôle [2]. Le plus comique de tout cela, c’est que les plus bruyants et les plus affirmatifs ne sont pas ceux dont la spécialité est la politique extérieure. Les économistes se révèlent diplomates et les différents critiques historiens.

Je ne sais pas si c’est vrai, mais on prétend qu’il y a eu hier beaucoup de tiraillements entre alliés [3] et que la réunion du Comité interallié pourrait bien durer plus qu’on ne l’avait supposé. On dit cependant que, pour le côté italien, Sonnino avait déjà un projet italien d’armistice qui ne serait pas sensiblement différent des conditions que l’on exigerait. C’est déjà quelque chose. La hâte que l’Autriche met à obtenir la suspension d’armes ne laisse pas sans doute que d’embarrasser un peu.

Le faubourg Saint-Honoré avait manifesté à Gauvain son désir de le voir. Notre ami y est allé hier. Je te le dis confidentiellement. Le président s’est montré très satisfait de l’article d’avant-hier et il en a grandement félicité Gauvain qu’il estime être dans le vrai en jetant un peu d’eau fraîche sur l’emballement général. Les documents qu’il possède, et naturellement de source confidentielle, ne paraissent pas indiquer que l’Allemagne soit prête à la capitulation. Au cours de la conversation, il blâme le ministère des Affaires étrangères de pousser dans cette voie. – Mais le ministère des Affaires étrangères c’est… – Certainement, et c’est un grand tort.

Heurteau, qui était là ce matin et qui voit beaucoup le général Delanne, est naturellement d’avis qu’il faut de suite faire la paix avec l’Autriche. D’après Delanne, grand ami de Foch, l’Allemagne serait au bout de son rouleau et sa puissance militaire serait finie. Ce ne serait donc plus qu’une affaire de jours ou de semaines pour que la capitulation soit complète. Le jour où on traversera l’Autriche pour aller coller à l’Allemagne un autre front, ce sera fini.

Évidemment, c’est l’opinion de Foch et, avec lui, d’un grand nombre de nos officiers généraux. J’ai reçu ce matin une lettre de Mondésir dont je te copie le passage suivant : « J’ai ici des combats extrêmement durs à soutenir en forêt contre des troupes d’élite au-delà du fameux défilé de G […]. Mais les Boches ont commis la faute d’amener là des Lorrains […] trente-huit ont déserté en deux jours. Ils nous disent des choses à faire dresser les cheveux sur la tête de Caillaux à propos du relâchement de la discipline à l’intérieur, dans les trains et bientôt dans les camps près du front […]. Bon signe […]. Cela craque. »

D’autre part, on raconte qu’un officier prisonnier se serait adressé à un officier français et, lui désignant un groupe de prisonniers, il dit : « Voici les dernières réserves de Guillaume et je n’ai pas besoin de vous dire avec quel plaisir les autres viendront les rejoindre. » [4]

Donc, partout, comme tu le vois, les Boches sont à bout, ils se rendent par paquets, la guerre est finie…

Quant à la Turquie, on lui a fait savoir déjà quelles seraient les conditions de l’armistice [5]. Deux négociations auraient été engagées, l’une à Berne et l’autre à Moudros avec les Anglais. C’est celle de Berne qui a abouti, les Turcs attendent, avant de répondre, le résultat de celle de Moudros espérant que, peut-être, il y aurait quelque divergence en leur faveur.

Je viens de lire Le Temps et je constate qu’il a fait dans son article d’hier et ce soir fameusement machine en arrière à la suite de Gauvain.

À toi.

Et

[1] Auguste Gauvain habite 30, avenue Rapp, Paris, VIIe.

[2] « En attendant, les journaux ergotent sur le cas autrichien. Les Débats, sous la plume de Gauvain, continuent à se montrer stupidement anti-autrichiens. On a cependant, Dieu sait !, assez intérêt à ne pas laisser les Allemands d’Autriche s’agglomérer aux Allemands du Nord. » François de Wendel, Journal, 30 octobre 1918.

[3] Les gouvernements anglais et américain adhèrent au projet d’armistice de Foch.

[4] C’est le désarroi à Berlin. Le cabinet estime que l’abdication du Kaiser est la seule issue et lui envoie, à Spa, un émissaire chargé de l’obtenir.

[5] L’armistice avec la Turquie est signé en rade de Moudros par l’amiral Calthorpe et prévoit le libre passage des Détroits aux nations alliées, la reddition des forts des Dardanelles et du Bosphore et la libération des prisonniers.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.