29 octobre 1918

29 octobre 1918

 

Voici ce qui se dit sur la discussion des conditions de l’armistice qui a commencé à Versailles aujourd’hui. On demanderait l’évacuation de toute la rive gauche du Rhin depuis Bâle jusqu’à Maestricht ; le maintien sur place de tout le matériel de guerre qui serait gardé par les troupes. Il ne serait pas question de la rive droite autrement peut-être que par des têtes de pont. En revanche, si ces conditions ne semblent pas par trop dures, celles qui seront demandées sur mer par les Anglais seraient sévères. Occupation d’Héligoland, ouverture du canal de Kiel, remisage des sous-marins allemands dans des ports neutres, enfin, une complète paralysie.

Les conditions, une fois décidées, ne seraient pas publiées. On ferait comme pour la Bulgarie car on ne voudrait pas les exposer à la discussion publique. Nous n’avons donc plus qu’à attendre. L’opinion des milieux gouvernementaux est que les Allemands n’accepteront pas tout de suite, ils refuseront avec fracas mais se soumettront plus tard. À ce propos, Bidou, que je suis allé voir ce matin au sortir du tub, me dit que le public a grand tort de voir les Allemands si démolis que cela. Ils ont fait, d’après lui, et font encore un beau travail militaire. Il est certain que l’armée allemande subit une crise, mais elle peut parfaitement la surmonter et faire encore beaucoup de mal. Il ne faut pas oublier qu’on a mis dix jours pour les replacer sur cette ligne de l’Escaut à laquelle fait allusion le communiqué d’aujourd’hui.

À la Chambre, on raconte que Clemenceau désire garder le Parlement jusqu’après la conclusion de la paix. On lui prête ce mot : « Les Chambres actuelles ont été à la peine, il faut qu’elles soient à l’honneur. » Le vieux malin !

Un de mes anciens collègues, Paul de Bormans qui est venu me voir ce matin, m’a apporté les potins du Quai d’Orsay. Margerie va beaucoup mieux et on compte qu’il reprendra son service d’ici à une quinzaine de jours. « Mais, lui dis-je, Berthelot ne laissera jamais revenir Margerie à la direction politique. » Il paraît que ce n’est pas à craindre. Berthelot est pour le moment tout à fait démonétisé auprès de Pichon et de Clemenceau. Comme il est très bavard, il aurait eu des mots sur l’impétuosité du président du Conseil et ces mots répétés auraient fait mauvais effet, aussi Berthelot parle-t-il de sa joie de voir revenir son cher ami Margerie pour lequel il a tant d’affection.

Un bon mot d’un général italien. Il a été dit à un officier de liaison nommé Dinet par un général italien. Après Caporetto, tu sais avec quelle rapidité les Français sont arrivés à Milan. Le général, dont j’ai oublié le nom, félicitait Dinet de cette promptitude à les secourir et ajoutait : Vous allez arriver au moins cinq cent mille. Dinet lui dit que ce serait sans doute beaucoup de monde. Alors le général reprend : C’est que, voyez-vous, s’il n’y avait que les Autrichiens cela irait bien, quoi que ce soient de fougueux soldats, mais, je dois vous l’avouer, lorsque je vois les Allemands ça me paralyse.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.