28 octobre 1918

28 octobre 1918

 

Quand tu m’as téléphoné ces extraordinaires nouvelles, je m’apprêtais justement à te dire que la discussion interalliée allait commencer demain mardi, qu’elle se poursuivrait sans doute mercredi et que vraisemblablement nous aurions les conditions de l’armistice jeudi. House a pleins pouvoirs pour décider, cela ira donc assez vite puisqu’on ne sera pas obligé d’attendre le va-et-vient de Washington à Paris.

À notre réunion de ce soir, j’ai trouvé tous les « bons journaux » très surexcités. Pour Simond, Berthoulat, Meyer, la guerre est absolument finie, la capitulation va être complète et immédiate. D’ici à un mois, l’armistice sera signé. Puis il ne faut pas essayer de dire à ces messieurs qu’il pourrait aussi se faire que les Allemands résistent encore quelque temps, qu’ils ont une force suffisante pour nous embêter encore un certain temps. Non, non, non, les Allemands sont perdus, nettoyés, le rideau tombe.

J’essaie de leur dire que la tendance qui me paraît devoir prévaloir au comité de demain sera de trouver des termes relativement assez modérés pour présenter une chose extrêmement dure. Mais on y mettra les formes afin de ne pas rendre la capitulation impossible. Pour eux, ces termes ne signifient rien et Wilson a fait une note stupide et maladroite. Les termes ne signifient rien, une seule chose suffit, l’énumération des conditions.

Je reviens avec Simond. Je subis un immense éloge de Clemenceau. C’est lui qui a gagné toutes les batailles, et comme j’émets quelques craintes sur sa façon de gouverner et son dédain complet pour toutes les questions économiques que je considère comme si graves, je m’aperçois que cela n’a aucune importance et que le pays peut s’en aller à vau-l’eau sans que cela n’y fasse ni chaud ni froid.

J’ai eu ce soir une longue conversation avec Dietz qui garde la chambre et m’avait prié de venir le voir quelques instants. Il m’a fait part de ses inquiétudes pour l’avenir, et la question qui lui inspire le plus de crainte est l’effondrement complet de l’Autriche-Hongrie. Il connaît les Slaves et leur incapacité de se gouverner. Il se demande avec effroi ce que vont devenir toutes ces populations émancipées. Le manque d’hommes de gouvernement fait redouter dans ces pays amorphes des séries de révolutions. En Bohême, les Tchèques sont plus intelligents, mais que seront toutes ces populations yougoslaves ? Et la Pologne ? Les siècles sont là pour nous prouver qu’elle est incapable de se gouverner. N’est-ce pas à l’anarchie – une anarchie analogue à celle qui existe en Russie – que l’on va ? Quels diplomates aurons-nous ? Que fera le peuple lorsqu’il sera privé des énormes salaires qu’il gagne en ce moment ? En un mot, notre ami Dietz voit l’avenir très en sombre.

Une question à notre Syndicat avait été la cause de la convocation d’un certain nombre de journaux autres que ceux du comité, et j’ai eu le rare plaisir de voir le sieur Mouthon qui fait fonction de rédacteur en chef du Journal. Tu as rarement vu un homme avec un physique plus répugnant. Il ressemble un peu à quelque prêtre lubrique (il a du reste été dans les ordres et il en reste toujours quelque chose). Tu te rappelles les histoires du personnage avec la Grande Chartreuse, et, plus récemment, son rôle en Suisse. Je ne féliciterai pas notre Bidou d’avoir cet individu comme chef de file.

La comtesse de Barral [1] m’envoie une lettre de Gasparri qui la plonge dans l’enthousiasme et elle voudrait que cette lettre fût répandue le plus possible. Il faut vraiment que nos fervents catholiques aient je ne sais quoi sur les yeux, des lunettes d’une couleur spéciale. Gasparri remercie au nom du Saint-Père les deux cents dames françaises qui ont adressé au pape le livre d’or. Tu ne te figures pas ce que cette lettre est nulle, maladroite et même peu polie.

Benoît XV y remercie des cadeaux d’ornements que ces dames lui ont faits en vue de servir à une messe qui serait dite pour les morts, mais aux remerciements il joint un passage qui est grotesque s’il n’est pas insolent. Le pape ne pourra dire cette messe tant que la paix [ne] sera faite. Il renvoie donc ces dames à la fin des hostilités. Elles sont ravies ! Grand bien leur fasse.

Bonsoir, mon vieux, je tombe de sommeil.

Et

[1] Geneviève Pelet de Beaufranchet (1882-1965). Veuve du comte Octave de Barral (1877-1915) mort pour la France, membre de l’Action française et proche de Charles Maurras.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.