27 octobre 1918

27 octobre 1918

 

Le déjeuner a été assez intéressant, Bidou et Pernot revenant tous deux d’Italie et se communiquant leurs impressions, l’un corrigeant l’autre et réciproquement sur certains points. De plus, Pernot, qui est comme tu le sais au Comité interallié, a pu nous donner quelques détails savoureux sur les demandes italiennes en toute espèce de matière depuis l’acier jusqu’aux hommes.

L’histoire de la note Clemenceau a eu des conséquences amusantes. Pernot dit que cette note, qui était de l’inspiration directe du Tigre et rédigée par Mandel puisqu’elle n’était pas en français, aurait très bien pu être évitée.

Orlando avait dit à Clemenceau : Je vais prononcer un discours qui ne vous fera pas plaisir, Monsieur le président. Clemenceau n’avait pas bougé, il aurait pu, à ce moment-là, dire à l’Italien : Méfiez-vous, si vous vous amusez à jouer ce jeu-là, à mon tour je me fâcherai. Mais il ne protesta nullement et Orlando lâcha son paquet de mensonges. Du reste, il était entendu dans toute l’Italie que, lorsque nous voulions faire marcher les alliés transalpins, nous leur refusions le matériel voulu et lorsque eux voulaient marcher, Foch le leur interdisait. M. Pernot raconte à ce propos comment il a démenti à Rome ces renseignements officiellement donnés à la Consulta.

Quoi qu’il en soit, la note une fois parue, branle-bas général. On donne des ordres à la frontière pour que tous les journaux, autres que ceux de langue italienne, soient interceptés et les voyageurs se sont vus prié de laisser leurs journaux à la frontière, même ceux qu’ils avaient dans leurs poches. L’ambassade de France elle-même n’a pas reçu ses courriers. Comme Pernot dînait chez Barrère, il le questionna sur cette interruption contraire à tout droit. « Je vais en faire un incident, s’écria notre ambassadeur, et cela ne se passera pas comme cela. » Vérification faite, la correspondance de Barrère mentionne simplement que tout s’est passé suivant l’usage, sans autre plainte.

Au ministère de la Guerre, on a dit à Fernand de Brinon que les choses étaient finies avec la Turquie et qu’on l’apprendrait d’ici à peu de jours.

Il est bien certain que la nomination de Flandin [1] à Tunis est la rançon de l’affaire Malvy. C’est Flandin, paraît-il, qui a mis tout en œuvre, et, à ce point de vue-là, l’article de L’Humanité que tu m’as signalé n’était pas sans un fond de vérité, si j’en crois des partisans convaincus de Flandin. Ils disent très hautement et revendiquent même son rôle important dans le procès de l’ancien ministre de l’Intérieur.

Je viens d’envoyer à Pichon un extrait du journal que je t’ai signalé déjà et dont la subvention vient encore d’être augmentée par notre ineffable service de propagande, les parlementaires de Madrid. Il a publié l’article le plus offensant contre Dato, contre le roi qu’il traite de Bourbon à la lippe pendante, de chose couverte de plumes, de croix, de galons et d’armes. Du reste, je t’envoie copie du factum. Tu te rappelles que, déjà, je t’avais envoyé une caricature grossière d’une femme nue ayant, plantée dans son postérieur énorme, une queue de cochon enrubannée.

Et Dieu sait ce que nous content ces ordures !

Je vais voir ce que dira notre pauvre Pichon.

C’est une agréable manière de préparer la solution de toutes les questions si difficiles qu’il va falloir régler.

Ton

Et

[1] Étienne Flandin (1853-1920). Magistrat. Homme politique. Député républicain de l’Yonne (1893-1898 ; 1902-1909). Sénateur des Établissements français de l’Inde (1909-1920). Il est nommé le 26 octobre 1918 résident général de France en Tunisie en mission temporaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.