26 octobre 1918

26 octobre 1918

 

On dit beaucoup autour de nous que les affaires turques avancent rapidement et qu’au Comité interallié qui va se réunir à Versailles la semaine prochaine, il en sera question en même temps que des conditions de l’armistice. J’ai su que nos troupes commencent à arriver en Roumanie. Elles rouleraient tranquillement sur les chemins de fer bulgares. Mackensen n’a du reste dans le pays que des troupes assez réduites et je ne vois pas trop que les Allemands soient à même de les renforcer. Il pourra donc y avoir là aussi des événements assez heureux. On dit même que la livraison du matériel de guerre aux Allemands n’a pas été complète et qu’un gros camp entier est resté. Cela ressort assez bien de réclamations et de protestations allemandes que nous avons pu lire dans les journaux.

Je t’ai dit tout à l’heure que j’avais vu Bousquet. Je te narrerai par le menu ce qui a trait à nos affaires, mais, en dehors de cela, il m’a dit que Clemenceau était persuadé de la complète capitulation des Allemands dans un délai de quelques semaines parce que la désagrégation marchait extrêmement vite dans l’Empire. Je crois t’avoir exprimé déjà mes craintes à ce sujet. Je ne sais pas si nous devrons beaucoup nous réjouir de l’accélération de la marche révolutionnaire. L’exemple de la Russie est inquiétant. Si la révolution éclate avant la défaite complète, je ne sais pas trop si elle n’aura pas le caractère bolcheviste pur. C’est la tournure que cela prend en Autriche plus que la paix séparée.

Bousquet me paraissait très heureux de la réussite d’une énorme affaire qu’il poursuit depuis très longtemps. Il est sur le point de signer un contrat avec Marconi [1] en vue de doter le monde de la télégraphie sans fil. Lui (son groupe du moins) et Marconi se sont partagés l’univers. Il me dit qu’au moins il aura doté la France d’une organisation centrale complète qui la fera rayonner partout et la fera échapper à la servitude des compagnies de câbles sous-marins.

As-tu remarqué, comme chaque fois que l’on voyage, on voit dans les trains des quantités de médecins majors alors que, si l’on a la moindre maladie, il est quasi impossible d’en trouver un seul. Cela ne m’étonne plus depuis que j’ai eu d’un de mes camarades trois galons l’exposition de son existence.

Ma sœur [2], qui est à Bordeaux comme tu le sais, m’écrit qu’un de ses médecins me connaît et elle me nomme un brave garçon qui se nomme Coulomb. J’ai reçu cette lettre il y a deux jours et je vois aujourd’hui mon Coulomb venir dans son auto. Je m’étonne, il me répond qu’il est bien en effet à Bordeaux, mais qu’il fait tout de même un service au Val-de-Grâce et dans deux hôpitaux parisiens. On l’a fait partir en juillet au moment de l’exode général parce qu’il s’occupait d’appareillage et, depuis, on ne peut se décider à le faire revenir, mais on lui maintient tout de même son Val-de-Grâce. De sorte qu’il vient deux fois par semaine passer quarante-huit heures puis repart pour Bordeaux où il reste aussi deux fois quarante-huit heures. Tu penses comme les malades doivent être suivis.

Quelque chose qui est bien aussi, c’est la façon dont sont traitées les infirmières militarisées. Je viens de m’occuper de faire évacuer la baronne Delzons sur Saint-Joseph. Elle était à Lhomond où tout est ignoble. On l’a laissée quatre jours sans lui changer ses pansements malgré ses protestations. Et il paraît qu’il n’y a rien à faire ; quand ces malheureuses sont là, il faut qu’elles y restent. Il n’y a pour elles que deux hôpitaux, Lhomond et un autre dans le même genre.

[1] Guglielmo Marconi (1874-1937). Italien. Physicien. Il réalise les premières liaisons, d’abord de courte portée, puis transatlantiques, par ondes hertziennes. Prix Nobel (1909).

[2] Antoinette de Nalèche, sœur d’Étienne de Nalèche, fille de la Charité.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.