25 octobre 1918

25 octobre 1918

 

Notre Bidou arrive d’Italie [1]. Il a parcouru presque tout le front et a vu des choses très intéressantes qu’il nous racontera. Tout le monde lui demande s’il y aura bientôt quelque chose en train. Il se montre réservé. Comme on le presse, il déclare qu’il y a une date qu’il peut nous donner, c’est le 10 octobre et nous sommes le 25. Il est certain que tout est prêt, les hommes sont à pied d’œuvre, mais chaque jour l’état-major consulte le baromètre. Du reste, Bidou ajoute que le Piave n’est pas une blague et que Diaz a peur qu’il lui arrive le même coup qu’aux Autrichiens. Il faudra franchir le fleuve et tout de suite gagner huit à dix kilomètres de façon à ne pas risquer d’être rejeté dedans. Ce n’est donc pas une petite affaire. L’impression recueillie par Bidou est que le troupier italien est excellent, c’est le commandement qui est inférieur. Aux questions indiscrètes qu’on lui posait, Bidou eut cette boutade : Tiendriez-vous donc absolument à ce qu’ils fussent battus ?

Après la conversation générale, Bidou m’a pris à part et m’a dit ce qu’il savait de l’attaque, je ne l’écris pas.

Déjeuné chez Jonnart avec Étienne, Maginot et le maire d’Alger [2]. On a beaucoup parlé colonies. Le pauvre Étienne est arrivé en marchant comme un paralytique. Son médecin lui avait collé des bandages qui lui comprimaient les jambes et le faisaient souffrir comme un damné. Je lui ai donné le simple conseil de les enlever, ce qu’il a fait dans le cabinet de toilette de Jonnart, et il est revenu tout à fait soulagé. Son médecin devait être en train de définitivement l’estropier.

On blâme un petit peu Loucheur de sa faiblesse dans l’affaire de lord Murray. Il a cédé devant l’interpellation d’Outrey. Maginot dit que ce dernier a quelques sales histoires. Il a été à même, étant ministre des Colonies, de mettre le nez dans les dossiers, et ce n’est pas joli.

Le gouverneur donne quelques détails intéressants sur sa mission grecque et sur Venizélos qui est à Paris. On exprime des craintes sur les discussions futures entre Grèce et Italie. Étienne répond que le pire, c’est que l’on a pris des engagements envers l’Italie et que nous serons fort embarrassés lorsque viendra l’heure du règlement. Bidou m’avait justement dit que, malgré leurs craintes, les Italiens ne veulent cependant pas manquer d’avoir leur victoire précisément en vue du règlement final. Chacun ayant eu la sienne, il faut bien que l’Italie puisse elle aussi en porter une, sans cela on ne manquerait pas de l’évincer d’un certain nombre de ses ambitions.

Déjà, il paraît que nos voisins, si on écoute Ugo Ojetti[3] qui est justement chargé du service de propagande et qui s’acquitte de sa tâche de la façon la plus habile, commence à découvrir que Fiume ne pourrait être attribuée ni aux Slaves ni à l’Autriche. Alors, déduisons…

Jonnart est toujours préoccupé de son idée de préparation de la paix. Il a tout à fait raison et je crois qu’il serait un élément pondérateur. En plus il aurait, je pense, le plus grand désir de quitter l’Algérie et de revenir à Paris avec une mission de cette nature. Je lui ai parlé de Pernot qui jouit auprès de Clémentel du plus grand crédit et que je pourrais lui présenter. C’est entendu. Par l’entremise de Pernot, on pourra peut-être empêcher Clémentel de faire quelques bêtises.

Il est effrayant de penser que Maginot a été ministre. Il est aussi court d’esprit qu’il est long de jambes. Je l’écoutais parler sur le ton le plus majestueux et il ne s’élevait pas beaucoup au-dessus de notre pauvre ami Pépin-Lehalleur, mais avec plus d’autorité et de prétention.

Le maire d’Alger, un monsieur de Galland, est assez comique comme ton et son de voix, mais il est fort instruit et un fidèle des Débats, ce qui tout de suite me paraît donner à un individu une certaine supériorité intellectuelle.

À la fin de la journée, j’ai causé avec le bon père Strauss, le sénateur philanthrope. Il est inquiet de voir l’emballement de tout un chacun et voudrait voir le gouvernement modérer un peu cette allure de la presse au lieu de l’encourager. Il déplore lui aussi l’imprévoyance du gouvernement et l’indifférence de Clemenceau pour toutes les questions qui ne sont pas uniquement celles de la guerre. Il estime que maintenant il faudrait à la tête, non pas un gamin de Paris, mais, au contraire, les gens les plus déliés, des diplomates avisés. Tous nos alliés travaillent, nous seuls ne faisons rien. Je vois dans les paroles de Strauss qu’il doit se faire un travail au Sénat en vue de déplacer le Tigre lorsque le moment sera opportun.

À toi.

Et

 

Tu as su à quoi faisait allusion Basly [4] à la Chambre en parlant de jeunes filles qui ne porteraient pas de fruits. On donne comme certain que les Allemands ont enlevé les ovaires à 60 % des jeunes filles dans les Flandres.

[1] C’est la troisième bataille du Piave. Le général Armando Diaz attaque les Autrichiens et remporte la victoire de Vittorio Veneto. L’offensive italienne, aidée d’éléments français et britanniques, a lieu sur le Grappa et le Piave. Elle progresse rapidement. Le passage du Piave est forcé dans la soirée du 26 octobre 1918.

[2] Charles de Galland (1851-1923). Homme politique. Conseiller municipal d’Alger (1908-1910) puis maire d’Alger depuis (1910-19).

[3] Ugo Ojetti (1871-1946). Italien. Journaliste. Homme de lettres.

[4] Émile Basly (1854-1928). Ouvrier mineur, président du syndicat des mineurs du Pas-de-Calais. Homme politique. Conseiller général du Pas-de-Calais. Maire de Lens (1900-1928). Député d’extrême-gauche du Pas-de-Calais (1891-1918). Il ne quitte pas ses concitoyens pendant la durée de l’occupation allemande. Il est cité de façon très élogieuse à l’ordre de la Nation le 24 octobre 1918.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.