24 octobre 1918

24 octobre 1918

 

Voici le passage de la lettre dont je t’ai parlé tout à l’heure mais qui, somme toute, ne s’applique pas du tout à la note que nous avions légèrement lue et que les Débats ont publiée comme Le Temps. Il s’agissait dans ces quelques lignes du droit des amiraux de parler de l’armistice comme les généraux. Ce que je te disais n’en est pas moins vrai.

« Les journaux du trust (et à Londres sauf deux il n’y en a pas d’autres) continuent leur campagne pour que la Grande-Bretagne pose ses conditions de paix qui ne sont et ne seront pas celles de Wilson. Je ne vois rien là qui puisse déplaire aux Allemands. Deux choses irritent surtout les Anglais : 1° le rôle que joue Wilson sur la scène de la guerre ; 2° le fameux deuxième des quatorze points Wilson sur la « liberté absolue de la navigation sur les mers en dehors des eaux territoriales. » Cela les touche directement et ils n’en veulent pas entendre parler. Une série d’articles que publie le Times sur la construction des navires aux États-Unis est venue fort à propos (et pas du tout par hazard) jeter de l’huile sur le feu et attiser la jalousie nationale. Puis on reprend le fameux refrain des « sacrifices plus grands que ceux d’aucun des Alliés » qu’a faits la Grande-Bretagne. Le refrain que chante la propagande fait son effet et chez les neutres et chez nous.

Les Alliés, dans le fond, ne sont d’accord sur rien. On arrivera autour du tapis vert sans avoir voulu s’entendre ni approfondir les questions. Ce sera une cacophonie qui, si l’on n’y prend garde, peut aboutir à des déchirements. L’Humanité seule a fait entendre la même note que nous. Les buts de guerre ! nous rétorquent les énergumènes, mais il y a longtemps qu’on les connaît, que nous les avons définis, pour notre part du moins, il n’y a donc plus besoin de les répéter. La réalité est qu’on se réserve de demander de plus en plus suivant les événements et qu’on serait désolé de s’engager dès aujourd’hui. La meilleure preuve en est dans tous les papiers que je reçois et qui émanent de comités et de sous-comités partageant la peau de tous les ours encore en vie.

En admettant même que nos propres buts de guerre soient patents, sommes-nous d’accord avec nos alliés ? Tout prouve que non.

J’ai vu Boyer, aujourd’hui directeur des Langues orientales. Il fut enthousiaste de la Révolution russe et je l’avais trouvé fort optimiste, même lorsque cela commençait à mal tourner. Il est d’avis qu’on est injuste avec les Bulgares, que nous aurions grand intérêt à nous les ménager. Je lui réponds que les Bulgares me semblent plutôt bien partagés et que les conditions de l’armistice ont été plutôt douces parce que l’on avait en vue la Turquie et qu’il était nécessaire de montrer à celle-ci que l’Entente n’était pas aussi méchante qu’on pouvait le croire. Boyer se demande qui a pu envoyer cette note au Temps, se plaignant de la trop grande indulgence des Alliés. Il en accuse Vesnitch et sa haine contre tout ce qui est bulgare.

Boyer se demande si on va enfin faire quelque chose en Russie. Ce qui est en train en Sibérie paraît mené avec la plus grande mollesse. Il croit qu’on a pensé un moment à mener une action contre Constantinople, le discours de Franchet d’Espérey en avait donné l’idée à tout le monde. Mais le gouvernement a fait, dans les quarante-huit heures, télégraphier au général qu’on le désavouait formellement et qu’il fallait qu’il démente lui-même ses propos. C’est l’Angleterre qui a exprimé sa volonté d’aller à Constantinople et nous, nous attendrions le moment favorable pour une expédition en Russie. Ne t’ai-je pas dit que, si les détroits s’ouvraient, on organiserait de suite une expédition en Ukraine ?

Confidentielle.

Gauvain a reçu aujourd’hui une lettre datée de Genève et signée de Rechid Safet. Ce Rechid est un petit monsieur assez dangereux qui était le secrétaire de Djavid bey. Je l’ai bien connu au moment du séjour du ministre à Paris. J’ai même déjeuné avec lui. Il écrit à Gauvain une lettre débordante d’amitié, et notre collaborateur ne l’a vu que très peu et seulement à l’époque dont je te parle. Rechid lui dit combien il serait heureux de correspondre avc lui, que, du reste, il pouvait le faire sans crainte car le ministère des Affaires étrangères ne trouverait pas cela mauvais, etc. Gauvain m’a demandé quelques détails sur ce serpent. Je vais les lui donner. On pourrait ne rien répondre, c’est tout ce que mériterait le personnage, néanmoins, je crois qu’il vaudra mieux lui dire tout au moins qu’on est heureux d’avoir des nouvelles de sa santé.

Strictement pour toi.

On parle sérieusement en Suisse, et je sais un détail qui le prouve. On a tout à coup découvert au Quai que Ledoux existait et on vient de l’envoyer en Suisse. C’est donc qu’il a quelqu’un à voir et il faut que ce soit une personnalité qualifiée pour qu’on ait choisi notre ancien premier drogman dont la coterie ne voulait pas entendre parler.

À toi.

Et


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.