23 octobre 1918

23 octobre 1918

 

Dans un de mes précédents papiers, je te disais, d’après notre homme de Château-Thierry, que les soldats étaient maintenant très ardents et qu’ils ne voulaient pas d’armistice en ce moment. J’ai eu aujourd’hui un tout autre son de cloche. Ces bruits d’armistice ont donné à nos poilus l’idée que la guerre était sur le point de finir et qu’il n’était vraiment pas la peine de se faire casser la g. à la dernière minute. Ils étaient grandement encouragés dans ces idées par tous nos imbéciles de journaux qui ont mis en grosses lettres dans leurs manchettes : La capitulation, l’armistice, etc. De plus, on prête à Clemenceau des propos tout à fait stupides qu’il n’a peut-être pas tenus mais qui sont bien vraisemblables dans sa bouche. « Dans quinze jours, tout sera fini. » Des paroles de cette nature se répandent extrêmement vite. Cette politique de « casquette sur l’oreille », comme dit Gauvain, est funeste.

Bénès, notre récipiendaire d’hier au soir avec qui la place qu’il occupait m’a obligé de causer longtemps, estime que nous avons encore pour quelques mois, un certain nombre de mois. Tous les renseignements qu’il reçoit de là-bas paraissent l’indiquer. Il m’explique que les Empires centraux ont encore des ossatures qui tiennent. En Allemagne, c’est l’organisation militaire ; en Autriche, c’est une solide bureaucratie. Il n’est même pas à souhaiter que la révolution éclate de suite, le pays serait livré au bolchevisme. Il vaudrait mieux attendre une avance sérieuse des Alliés en territoire autrichien parce qu’alors les armées occupant des points fortement pourraient maintenir et garantir l’ordre. Il est certain que le bolchevisme grandit en Autriche de la façon la plus inquiétante. Les campagnes sont tenues par des bandes de déserteurs et il y a des scènes, me dit-on, à la Mérimée.

Quelqu’un me disait ce matin que les conditions demandées de suite à l’Allemagne pour la signature d’un armistice ne pourraient être acceptées par l’Allemagne [1]. On allait de suite aux exigences les plus fortes, tellement que l’on n’en pourrait exiger de plus sévères pour la paix. Si, comme je te le disais en commençant, la proposition d’armistice a fait naître des espoirs de paix dangereux chez nos poilus, elle n’a pas non plus fait bon effet sur les troupes allemandes. Un de nos collaborateurs, Gilles, qui est capitaine d’artillerie et qui est venu nous voir ce matin, nous disait que les prisonniers nouvellement faits étaient, eux aussi, persuadés du retour dans leurs foyers, et cela ne leur donne pas beaucoup de cœur à l’ouvrage.

J’ai eu ce soir une longue conversation avec Vauréal au sujet des affaires qui nous préoccupent. Il m’a paru très favorable à la proposition Brinon, mais il voudrait beaucoup que l’on essaie de réunir à cette dernière le groupe Bousquet si cela pouvait s’arranger. Il croit que la présence des deux pourrait être une très bonne chose pour les anciens. En tout cas, il a été convenu que j’allais écrire pour avoir un rendez-vous, ce qui n’engagera à rien du reste. Il s’est servi d’un certain nombre d’arguments qui sont les tiens. J’ai eu tantôt une preuve de ce que tu me disais à propos des reportages. J’ai reçu une dépêche d’un garçon très distingué que tu connais et qui s’est complètement formé chez nous, comme tant d’autres du reste. Il s’agit de Maurice Muret. Tu sais que je n’avais plus de place pour lui depuis la guerre et il est resté en Suisse où il a rendu à la France de très grands services. Il m’a télégraphié pour me demander conseil. Le Matin lui offre de faire de grands reportages en pays neutres. Il me dit être enclin à refuser mais voudrait savoir mon avis, celui de Caix, celui de Liesse et d’Hallays. Il est certain qu’il aurait mieux valu qu’il fût employé par nous.

Enfin nous verrons.

Ton

Et

[1] Les Américains répondent à la troisième note allemande. Les conditions de l’armistice doivent être telles « qu’une reprise des hostilités par l’Allemagne soit impossible » ; les conditions de la paix ne pourront être négociées qu’avec « les représentants du peuple allemand » et non « ceux qui ont été jusqu’ici ses maîtres ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.