19 octobre 1918

19 octobre 1918

 

Je t’ai dit que ce matin j’avais vu Pichon. Après avoir obtenu de lui qu’il s’occupe de Milewski, je lui ai parlé du projet qu’on avait prêté au gouvernement de créer un petit comité d’études préparatoires à la paix. Clemenceau ne lui en a jamais parlé. Il sait que la chose a été dite, que Jonnart a eu un entretien avec le président du Conseil, mais aucune résolution n’a encore été prise.

Il serait tout à fait d’avis qu’un homme comme Jonnart fût mis à la tête d’un comité de cette nature, et comme je lui parle des idées de Clémentel, il les blâme tout à fait. Mais pour Jonnart il y a une difficulté, c’est que l’on ne trouve personne pour l’Algérie. Je lui objecte que la besogne la plus importante est faite maintenant et que l’ère des difficultés semble passée. La présence de Jonnart serait donc moins importante pourvu que son successeur ne s’empressât pas à défaire ce qu’il avait fait.

Il ajoute : Voyez comme tout est difficile quand il s’agit de pourvoir à un poste. Pour l’Espagne, j’avais voulu Lacaze que j’aime beaucoup, que je connais depuis longtemps, je me suis heurté à des oppositions…

– Leygues ?

– Leygues et d’autres du côté parlementaire. Comme si un poste d’ambassadeur avait quelque chose à voir avec les discussions de la Chambre. Nous avons choisi Alapetite, j’estime que c’est un bon choix, sous certains rapports meilleur peut-être que Lacaze, mais ce n’est cependant pas la même chose.

Comme après cela nous parlions des difficultés qui ne manqueront pas de surgir entre nous et l’Angleterre, il m’a dit qu’il avait toutes les peines du monde à trouver quelqu’un pour siéger à Londres au Comité de propagande.

Je venais en effet de lui expliquer ce que c’était que lord Lytton qu’il ne paraissait guère connaître et le rôle que cet agent aurait à tenir, et il se désolait que nous ne puissions opposer là-bas un homme d’envergure même dans ce comité. Je lui ai demandé si, au cas où je lui indiquerais un nom ou deux, il voudrait bien les prendre en considération. Il m’a répondu : de grand cœur.

Je dois avouer que depuis ce matin je me creuse la cervelle, je passe mentalement en revue les personnalités que je connais et je les élimine une à une, il manque toujours quelque chose. Si tu as une idée toi-même, tu me la diras.

Je n’ai pas pu m’empêcher de dire à Pichon que depuis quinze ans on a éliminé avec soin tous les hommes qui justement auraient pu tenir ces rôles-là. Il en a convenu.

J’ai reçu aussi la visite de Xavier Charmes désireux de me parler du projet de loi du gouvernement. Les compagnies viennent de rédiger une lettre qui a été signée par toutes, mais sur les termes de laquelle toutes n’avaient pas été consultées. Il ne la trouve pas adroite et voudrait que, si nous la commentons, nous n’insistions pas sur certains points. Klotz nous disant que les compagnies avaient deux langages, l’un pour les doctrinaires, l’autre pour l’autorité, n’avait pas complètement tort car j’ai cru comprendre que les deux langages n’étaient pas tenus par les mêmes compagnies. Le Nord, le PLM, et je crois le Midi, ne voient là qu’une question d’argent, les deux premières n’ayant pas la garantie, tandis que les autres envisagent l’avenir et le danger de la combinaison. Dans la réponse au gouvernement, Xavier Charmes trouve qu’on met les compagnies en mauvaise posture devant leur personnel en demandant à ce qu’on ne leur remette pas une situation très aggravée par toutes les augmentations que l’État aura données.

Le Comité de l’Asie française a tenu une réunion avant-hier qui fut assez vive. Gauvain s’y trouvait et je crois qu’il n’a pas mâché ses mots. Picot y assistait aussi et faisait ses adieux car il retourne en Syrie. C’est de la dernière imbécillité. Il pourrait fort bien être assassiné car tu sais que l’abandon de ses papiers a été la cause de la pendaison de centaines et de centaines de braves Syriens qui s’étaient fiés à lui, et son nom n’est guère populaire. Franklin-Bouillon qui présidait a eu un mot très malheureux. Il a commencé par remercier Picot de son dévouement à la cause française, etc., etc., mais il a dit : car un représentant de la France, malgré ses défauts… Picot n’a pas accusé le coup qui n’était peut-être du reste qu’une simple gaffe.

Je racontais ce matin à Gauvain mes difficultés à cause de la phrase de son article qui a soulevé tant d’alarmes. Gauvain a gémi sur la légèreté des gens qui ne veulent pas comprendre et il m’a dit qu’il avait reçu de Bompard une lettre à ce propos. Il lui aurait adressé une réponse dont, m’a-t-il affirmé, il ne se vantera pas. Je m’en rapporte à lui.

Ton

Et


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.