18 octobre 1918

18 octobre 1918

 

J’ai eu ce matin la visite de Jonnart avec lequel j’ai causé environ pendant une heure. Je lui ai demandé ce qu’il y avait de vrai dans ce que l’on m’avait annoncé de la constitution d’une sorte de petit comité qui s’occuperait des questions que ferait naître la paix, et qui l’aurait comme président.

Mais Clemenceau ne m’en a jamais parlé. Voilà ce qui s’est passé. Il y a un certain temps, à mon retour d’Algérie, très préoccupé de toutes les questions qu’on ne paraît pas étudier et qui peuvent nous prendre au dépourvu, je suis allé dire à Clemenceau qu’il serait peut-être temps de s’en occuper, qu’on pourrait consulter, rassembler des documents, en un mot préparer toute une besogne qui sera nécessaire aux plénipotentiaires qui négocieront. Autrefois, dans les ministères, il y avait des directeurs compétents qui auraient fait cette besogne chacun dans sa partie, aujourd’hui, il n’y a plus personne. Jonnart me raconte alors les difficultés qu’il a eues au moment de son départ pour la Grèce et l’absolue incapacité des Affaires étrangères à le documenter alors que lorsqu’il présida la commission des Douanes ou celle des Sucres autrefois, il avait trouvé des directeurs compétents.

Après avoir causé avec Clemenceau, Jonnart dit à Briand qu’il devrait bien prendre en main une affaire de ce genre, que lui-même accepterait bien volontiers de faire partie d’une commission de ce genre et qu’il pourrait mettre Briand en rapport avec une foule de gens comme Isaac, les grands métallurgistes, etc., etc., que tout ce monde ne demanderait ni ministère ni crédits et serait heureux de travailler à la reconstitution du pays.

Briand fit son profit du discours de Jonnart et il alla en parler à Clémentel. Ce dernier, trouvant l’idée très intéressante, proposa à Briand de créer une commission de quarante-quatre membres et de demander à Jonnart s’il en accepterait la présidence. Jonnart répondit qu’il était prêt à donner tout son concours au pays mais que pour rien au monde il ne voudrait faire partie d’une commission de ce genre qui était bien la négation de tout travail sérieux. Briand, évidemment, et c’est ce que Jonnart ne sait pas, a dû en parler aussi à Clemenceau, ce qui aida à se répandre le bruit qu’il allait venir aux Affaires étrangères, et celui de la création du petit comité dont je t’ai parlé avec Briand, Tardieu, Bourgeois et Jonnart. Entre temps, Clémentel avait tout de même fait quelque chose et avait créé un service à la tête duquel il mit Landry. Tu sais qui est Landry. Ce dernier demanda immédiatement un crédit de cinquante ou soixante mille francs, s’attribua des appointements sous le prétexte qu’il abandonnait son cabinet et ses affaires personnelles et appela auprès de lui des jeunes gens qui n’ont même jamais eu les moindres connaissances économiques. Voilà où cela en est et tu vois comme les affaires de ce malheureux pays sont en bonnes mains et comme l’on se prépare à la paix. Du reste il n’y a à cela rien d’étonnant, car Clemenceau, dans la conversation dont je te parlais plus haut, n’a cessé de revenir à son leitmotiv. « Toutes ces questions économiques, c’est très joli, mais pour le moment il n’y a qu’une chose qui nous intéresse, c’est la victoire. Quand nous aurons la victoire, nous verrons. Faisons d’abord la guerre. »

Et voilà ce que nous allons opposer aux diplomaties alliées qui toutes vont faire d’énormes efforts. Jonnart dit avec raison que tous les autres pays vont pouvoir reprendre, dès la fin de la guerre, leurs fabrications, leur trafic, etc., tandis que nous, dont tout l’outillage sera à refaire, nous ne serons prêts que les places déjà prises. Tout cela mériterait l’étude la plus suivie et la plus sérieuse, et on appelle pour cela des tas de margoulins en quête de situations et d’appointements !

Tu as su que notre pauvre Milewski, qui est parti pour la Suisse afin de pouvoir régler des questions d’intérêt, avait eu la promesse de Pichon qu’il pourrait rentrer librement en France. Arrivé à la frontière, la sûreté lui a opposé un refus absolu. Du moment qu’il était parti, il ne pouvait plus rentrer. Je crois bien que ce sont ses propres compatriotes du Comité national qui lui jouent ce tour. Il est, pour eux, coupable d’avoir du bon sens et ils ne lui pardonnent pas certaines oppositions. Il est vraiment curieux que ces nouveaux venus fassent la loi à un homme qui habite la France depuis soixante-huit ans.

Il m’a fait parvenir une longue lettre-mémoire dans laquelle il m’expose ses déboires. Je vais aller trouver Pichon, mais celui-ci est tellement incapable de volonté qu’il n’osera peut-être rien contre le comité. Si je n’obtiens rien du côté du ministre, je verrai Zamoÿski et lui ferai comprendre que si, avant même d’avoir un gouvernement, les Polonais jouent leur rôle historique en se dévorant entre eux, cela nous donne une piètre idée de l’avenir et que pareille iniquité ou tyrannie est de nature à changer mes sentiments vis-à-vis d’eux. Je les ai beacoup aidés jusqu’ici, peut-être cela leur fera-t-il une certaine impression mais je n’y compte pas trop.

Mon conseiller de préfecture, Lacroix, est venu ce matin et nous a apporté quelques détails sur les choses de l’Aisne. Il nous a décrit l’enthousiasme des gens de Bohain à l’arrivée des Français. Ce fut un spectacle inoubliable, nous dit-il. Les randonnées ne sont pas très agréables. Les routes sont semées de cadavres presque tous allemands car on fait du Boche une consommation énorme. Comme les arrière-gardes ne se défendent qu’à la mitrailleuse, il y a beaucoup de blessures légères chez les Alliés et relativement peu de tués. Il me cite un régiment qui a poursuivi pendant cinq kilomètres sans avoir un blessé. Les Allemands ont admirablement organisé leur retraite. Les routes sont coupées tous les deux cents mètres par des entonnoirs causés par les explosions qui retardent la marche de nos armées. L’infanterie seule peut passer ; pour les tanks et l’artillerie, on est obligé d’attendre que le génie ait réparé. Mais il ne faut plus parler aux soldats d’armistice, ils veulent absolument chasser l’Allemand et le rejeter chez lui. Pour ça, tout est changé, ceux qui flanchaient il y a quelques mois sont maintenant plein d’ardeur.

Lacroix est persuadé que les Allemands sont tout à fait au bout et incapables maintenant d’un effort qui pourrait rétablir, légèrement même, leur situation. Les gens de Bohain lui ont même raconté le fait suivant : Il y a quelques jours, un officier, revenant de permission, arrive dans la ville qui était un lieu de triage pour savoir où rejoindre son régiment. On lui indique où il doit se rendre. « Ce n’est pas là que je vais aller, déclare l’officier, mais à Berlin où sont nos véritables ennemis. » Il a été immédiatement arrêté, a passé en Conseil de guerre et n’a été frappé que d’une peine relativement légère.

Il paraît qu’en Belgique il existe des camps où sont enfermés des milliers de ces hommes qui ont refusé de se battre. Et on n’ose plus rien faire car on ne fusille pas des milliers d’individus.

À toi.

Et

 

De même en Russie, combien y a t-il de soldats et même d’officiers qui ont refusé de se rendre sur le front français. Aucune sanction.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.