17 octobre 1918

17 octobre 1918

 

J’ai eu un peu tort de te remettre mon papier inachevé hier, il me semble que j’avais encore pas mal de choses à te dire… tant pis, tout va si vite en ce moment que les faits de la veille datent déjà le lendemain.

Aujourd’hui, que de nouvelles ! Lille, Ostende, Wassigny [1]. La carte consultée semble dire que les Allemands sont obligés d’aller sur la Meuse…

À 1h, tout plein de ce que l’on venait de m’annoncer, je rencontre Hallays rue de Bellechasse. Je lui dis que nous sommes à Lille. Il rayonne. – Hein, qui avait raison de vous ou de moi ? me demande t-il. – C’est incontestablement vous, mais je n’avais pas tort de demander la prudence. – J’ai toujours eu confiance dans l’armée, reprend-il, nous avons un million cinq cent mille soldats qui, individuellement, sont bien meilleurs que les Allemands et même, à Château-Thierry, j’étais sûr que nous reprendrions. – Vous avez raison, mais nous avions contre nous la proximité de Paris, etc. – La proximité de Paris ! cela ne signifiait rien. Paris eût-il été bombardé, eût-il même été pris, cela ne signifiait rien. Il nous restait l’armée et celle-ci ayant un chef, la victoire était sûre. Aujourd’hui on a cela et vous voyez où on en est.

Paris ne signifiant rien, c’est un peu risqué de dire cela. Paris sous le canon ennemi, on a beau dire, c’était la fin.

Je laisse de côté les événements guerriers et je passe aux petites choses de la vie.

Les petites choses de la vie, je les reprends un peu tard en attendant le communiqué du soir.

Dans le monde politique, on raconte que Clemenceau a placé le procès Caillaux en janvier parce qu’il espère que le Sénat sera présidé non par Antonin mais par de Selves. On intrigue beaucoup au Sénat pour renverser Dubost du fauteuil et lui substituer l’ancien préfet de la Seine [2]. Ce serait pour ce dernier une belle vengeance car il serait ainsi appelé à juger l’homme qui lui avait joué un si vilain tour au moment où il était aux Affaires étrangères. Tu dois te souvenir des incidents.

 

[1] Une attaque anglaise enlève la ligne de la Selle. Le roi des Belges entre à Ostende, les Anglais à Lille et à Douai et atteignent Roubaix et Tourcoing. La cavalerie est aux portes de Bruges. Les Français progressent vers Guise.

[2] Il s’agit probablement de Marcel Delanney (1863-1944), préfet de la Seine du 30 juin 1911 au 27 avril 1918.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.