16 octobre 1918

16 octobre 1918

 

La note Wilson est accueillie partout avec la plus grande faveur. Elle n’a pas été trop bien traduite comme d’habitude. Il est inconcevable qu’on ne puisse arriver aux Affaires étrangères à avoir un service de traduction convenable. Quelques mots prêtent à équivoque.

Si en France tout le monde est heureux de cette fin de non-recevoir, je doute qu’il en soit de même en Italie car voici ce que je reçois de Naples.

« La note austro-boche (il s’agit de la demande des Centraux) a fait pavoiser les fenêtres à Florence et crier « vive la paix » à Naples. À Florence on a fait fermer les boutiques en signe de joie, joie bien prématurée. C’est assez dire combien on veut que cela finisse – et bien vite. Quand on parle avec d’infinies précautions oratoires du silence sur le front italien, tout le monde a l’air de trouver cela naturel à Rome comme à Naples. À Rome, des gens très bien m’ont dit : « Rien à faire, nous avons quinze divisions et mille canons de moins que les Autrichiens ! »

Si la demande de paix a été prise comme cela, on s’imagine facilement l’effondrement causé par la réponse négative.

Massigli, un de nos agents de Berne et un des meilleurs, est venu me voir ce matin. Il se demande quelle sera la réaction allemande. Il est bien certain qu’elle va au début causer un profond découragement car les Allemands s’étaient imaginés – ce qui prouve bien encore une fois leur manque de psychologie – qu’enfin ça y était et que Wilson allait se prêter à la conversation. Ce premier moment passé, que fera le peuple allemand ? Subira-t-il une dépression telle qu’il fera une révolution plutôt que de continuer la lutte, ou y aura-t-il chez lui une explosion de rage qui l’amènera à tenter un coup militaire avec lequel ses gouvernants essaieraient de reprendre le dessus, ce qu’ils sont en état de faire assez vite. Supposons par exemple que, réunissant leurs forces, ils cherchent à écraser l’armée américaine, ce qui est dans l’ordre des choses possible, il est certain que le peuple reprendrait courage et que la guerre pourrait durer. Il faut attendre et voir quelle va être la réaction.

En tout cas, ce que me dit Massigli, c’est qu’au Quai d’Orsay on est en plein désarroi. Ces messieurs voient maintenant la paix toute proche alors qu’ils comptaient encore sur quinze ou dix-huit mois de guerre, rien n’est prêt, personne ne sait ce qu’il doit faire. Les affaires d’Alsace-Lorraine surtout sont en plein bafouillage. Quel sera le régime adopté ? Des masses de questions se posent auxquelles on est incapable pour le moment de donner une solution. Le mot de Tristan Bernard, je crois, est terriblement vrai : « Si la paix venait à éclater demain, serions-nous prêts ? » Eh bien, nous ne le sommes pas, et en rien.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.