5 octobre 1918

5 octobre 1918

 

Les nouvelles continuent à être très bonnes. Il semble que l’on prépare quelque chose de très considérable dans les Flandres [1]. On me confirme la prise de Courtrai, mais l’on désire garder le silence le plus complet jusqu’à un certain moment car il y aurait là une série d’opérations liées au sort de cette ville et sur lesquelles il est nécessaire d’observer la discrétion la plus absolue. Jusqu’ici, même état nébuleux sur les affaires d’Orient [2]. Je ne sais pas encore ce qui s’est passé au cours de la journée, mais, ce matin, il n’y avait qu’une seule dépêche de Franchet d’Espérey disant sans explication : « À tel endroit nous avons repris contact avec l’ennemi. » Quel ennemi ? Austro-Boche, Bulgare ?

Dans la journée, il y eut conseil à l’Élysée. On prétendait qu’il s’agissait de la Turquie [3], mais à cette heure-ci je ne sais encore rien.

Ces conseils mystérieux font beaucoup jaser et mettent en circulation une foule de bruits sans doute plus faux les uns que les autres. Hier, Pichon, qui était comme tu le sais à la commission des Affaires extérieures, a été subitement appelé faubourg Saint-Honoré. Il a précipitamment quitté la Chambre pour se rendre à l’invitation. Aussitôt, on a donné créance à cette fable qui se répète de l’ultimatum de l’Autriche à l’Allemagne qui devait aboutir à une paix séparée. On prétendait aussi que la Turquie aurait fait savoir qu’elle était prête à se retirer, mais que, redoutant les forces allemandes de la mer Noire, elle ne pourrait se prononcer qu’après le passage des Dardanelles par la flotte alliée. Aussi aujourd’hui, raconte-t-on que l’Angleterre prépare la grande expédition navale pour forcer les détroits, de connivence avec la Turquie, et démolir la flotte allemande.

Je te jette tout cela pêle-mêle, tu n’en garderas que ce que tu voudras, sans doute rien du tout. Il serait bon que nous ayions des saisies tous les jours, n’étaient nos abonnés de province et de l’étranger. Les argousins ont raflé dans les kiosques tous les numéros restants. Et ils les ont payés. Pour une fois nous avons eu une belle vente !

J’ai eu tout à l’heure la visite du malheureux censeur coupable d’avoir eu du bon sens. Il est durement frappé par Mandel qui était déchaîné. Mise à pied, renvoi à sa section où il trouvera trente jours d’arrêt de rigueur. Il paraît être un fort brave garçon. Il est directeur de la Société littéraire, se nomme Marcel Berger [4]. Très gentiment il s’excuse surtout de nous avoir amené un pareil embarras [5], il ne me parle de ses propres ennuis qu’après que je l’aie eu questionné. Il revenait le matin même d’enterrer son frère [6] médecin de la marine mort de la grippe espagnole à Toulon. Pauvre diable. C’est un désastre pour lui car, à la censure, il pouvait continuer ses travaux littéraires.

Albert-Petit nous lit une lettre de son fils qui interroge les prisonniers. Beaucoup de très jeunes, de toute profession. On leur parle de la prochaine défaite de l’Allemagne. Tous font à peu près le même geste en disant « Ganz egal » [7]. Ils se plaignent vivement de leur nourriture et paraissent enchantés d’être prisonniers.

Voilà pour ce soir. J’aurai peut-être des choses intéressantes tout à l’heure.

Ton

Et

[1] Les Allemands évacuent Lens et Armentières. Ludendorf a dû retirer 14 divisions alors que Foch compte sur les 22 divisions américaines.

[2] Le 4 octobre, le roi Ferdinand Ier de Bulgarie abdique en faveur de son fils Boris. L’armée bulgare est démobilisée.

[3] L’Allemagne, l’Autriche-Hongrie et la Turquie demandent un armistice sur le plan Wilson.

[4] Marcel Berger (1885-19). Journaliste. Romancier. Directeur de la Société littéraire. Censeur. Il relate ses souvenirs de la censure dans : BERGER, Marcel et ALLARD, Paul, Les secrets de la censure pendant la guerre, ed. des Portiques, 1932.

[5] « M. de Nalèche auquel je vais, deux jours plus tard, présenter mes regrets personnels, les accepte, sourit de l’incident, m’affirme que je ne suis pas le plus coupable. Il a bien voulu ne pas m’en tenir rigueur puisque, quelques années plus tard, il m’accueillait dans sa « rédaction d’élite » où je compte toujours. », BERGER, Marcel et ALLARD, Paul, Les secrets de la censure pendant la guerre, Éditions des Portiques, 1932, p. 356.

[6] Georges Berger (18-1918). Médecin. Engagé volontaire. Médecin auxiliaire dans les fusiliers marins puis à bord d’un bateau en Méditerranée. Il meurt de la grippe espagnole début octobre 1918. Son frère va l’enterrer à Marseille (et non à Toulon).

[7] En allemand : « totalement égal ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.