4 octobre 1918

4 octobre 1918

 

J’ai su ce soir les différentes étapes de la saisie des Débats [1]. Pichon, qui a déjeuné avec nous, nous avait justement dit qu’il devait aller cet après-midi devant la commission des Affaires extérieures. Là il était hermétique et ne répondait pas aux questions des députés sur les conditions de l’armistice bulgare, lorsque, tout à coup, un des parlementaires présents s’écrie : « Vous ne voulez rien dire et voici cependant un journal qui publie le texte des conditions. » Pichon bondit. Quel journal ? On lui tend les Débats. Il lit et s’écrie : J’avais cependant donné les ordres les plus formels ! Le reste, tu le connais, mes coups de téléphone avec Nuzillard [2], Mandel et Cie. J’ai su que la saisie s’est opérée dans les kiosques. Les braves agents se sont promenés partout pour rafler ce qui restait. C’est ennuyeux, et surtout, Bidou avait un article bien intéressant.

Comme tu le sais, nous avons eu au Plaza un déjeuner qui ne manquait pas d’intérêt, qui en aurait eu beaucoup plus encore pour moi si je n’avais pas présidé. Quand on a cet honneur, on est obligé de s’occuper du récipiendaire qui est à votre droite. Et comme, en l’espèce, ce récipiendaire ne parlait pas français et que son autre voisin, le père Strauss, ne connaît pas l’anglais, j’ai été obligé de réveiller tous mes vieux souvenirs anglais pour discuter dans le plus pur charabia les questions politiques, sociales ou religieuses les plus épineuses.

Pichon, qui était en face de moi, m’a paru bien raplapla. Son nez dégringole de plus en plus sur son nombril. Le pauvre homme, du reste, a bien le droit d’être fatigué, mais il l’était déjà avant son entrée au ministère et sa besogne actuelle n’est pas spécialement reposante [3]. À ma gauche, j’avais Tardieu qui occupait surtout ses mandibules car le déjeuner était bon et notre haut commissaire ne dédaigne pas la nourriture du corps, s’il est friand de celle de l’esprit.

J’ai demandé à Pichon s’il avait des nouvelles de Bulgarie. Il m’a affirmé que l’exécution des conditions se passait normalement et que tout y allait bien. Mais j’ai eu l’impression qu’il ne voulait pas trop s’ouvrir en la matière.

Quant à Stone, tu retrouveras sans doute dans son discours beaucoup des choses qu’il m’a dites. Il ne paraît en tout cas pas du tout se préoccuper d’échecs actuels de l’armée américaine. On croirait même qu’il les escompte, le résultat final étant absolument certain pour lui. Ce doit être l’état d’esprit général en Amérique. Je te recommande en tout cas le passage sur le citoyen, cela correspond à toute une doctrine dont nous avons longuement causé.

Un de nos confrères, Baschet, de L’Illustration, ne nous est arrivé qu’à 1h20. Il s’est excusé en nous informant qu’une grève avait éclaté chez lui et qu’à midi les délégués s’étaient présentés à son cabinet. Il avait bien été obligé de les recevoir et de discuter avec eux. Dans les détails que me donnait Baschet, j’ai saisi deux choses, c’est que : 1° Cette grève a éclaté en dehors du Syndicat du livre et que Keufer consulté a répondu que, malheureusement, il n’y pouvait rien car ces grévistes étaient des dissidents. 2° Cette suspension de travail est due à des mesures patronales prises par Baschet qui s’est avisé de vouloir, chez ses ouvriers, récompenser le mérite.

Mon confrère n’est du reste pas découragé par cet essai malheureux qui vient après plusieurs autres également infructueux, notamment une tentative de participation aux bénéfices. Depuis la guerre, les bénéfices n’existant plus, les ouvriers qui s’étaient habitués à considérer ce supplément comme un dû, s’étaient mis en grève il y a deux ans. Baschet m’a dit : Je continuerai et j’arriverai à mes fins et à supprimer l’immoralité d’un salaire égal pour le fainéant ou l’incapable et pour l’ouvrier habile et zélé. Je dois dire que l’excellent Baschet est têtu.

Ne trouves-tu pas considérable cette affaire de Scheidemann [4] ? On a beau dire que ce socialiste n’est qu’un domestique du pouvoir, il n’en est pas moins vrai que ce domestique, en tout cas, s’assied à la table de ses maîtres. Ces derniers doivent faire une drôle de tête. De plus, si Scheideman est soumis, il en viendra un autre après lui qui le sera moins. C’est l’engrenage fatal, d’aucuns diraient la gangrène. Mais ça y est et ça y est bien. Ceux qui veulent s’obstiner à croire qu’avec Beaunier, Capus et même Le Temps, on arrivera à endiguer la poussée socialiste sont servis à souhait.

Je disais cela ce matin à deux présidents de grosses affaires industrielles qui estimaient la campagne du Temps excellente et qu’il fallait attaquer vigoureusement le socialisme car c’était lui qui régnait en maître sur le gouvernement actuel, bien que ce gouvernement ait un rôle excellent au point de vue militaire. Je leur répondais que je trouvais le calcul très mauvais. Attaquer à tout bout de champ les socialistes ne fait que les irriter et les grandir en importance. À l’heure actuelle, ce sont des points précis qu’il faut discuter et non pas donner l’impression qu’on est résolument opposé à tout ce qui est présenté par le parti socialiste. Ce dernier joue de cela avec beaucoup d’habileté.

Il commence à être tard, mon vieux, et je t’emb…

Ton

Et

[1] Les Débats sont saisis car la censure a laissé passer un article sur les conditions de l’armistice bulgare d’après le Times qui les reproduit lui-même du Secolo. Le censeur est Marcel Berger. Cf. lettre du 5 octobre 1918.

[2] Nalèche se trompe d’orthographe. Le commandant Nusillard dirige la censure de 1916 à 1918.

[3] Stephen Pichon est alors ministre des Affaires étrangères. Il a 61 ans.

[4] Philipp Scheidemann (1865-1935). Allemand. Homme politique. Socialiste. Il s’oppose au traité de Brest-Litovsk et rejoint le gouvernement du prince Max de Bade en octobre 1918.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.