3 octobre 1918

3 octobre 1918

 

J’ai oublié de te dire hier que le premier mot d’André Chaumeix arrivant à la rédaction fut de me dire que nous avions eu la veille un article fort intéressant sur la guerre sous-marine. Je n’ai pas cru pouvoir lui en dire l’auteur.

Tu as dû voir par les journaux de ce matin que l’affaire du Conseil général du Nord [1] s’était arrangée et qu’après deux jours de grève cette assemblée avait fini par envoyer l’adresse au président du Conseil. Le gouvernement, empoisonné, s’en est tiré en donnant une cravate à Trépont [2]. Quelle belle invention que la Légion d’honneur ! Et comme tous les échelons en sont utiles. Il n’y a jamais de fin et toujours quelque chose qui bat le grade précédent. Comme au poker.

Tout ne marche pas comme sur des roulettes dans le gouvernement comme on cherche à nous le montrer. Figure-toi que le compte rendu du Conseil des ministres nous est arrivé en blanc, censuré d’un bout à l’autre, sauf la dernière phrase comminatoire : Tout facteur qui n’aura pas repris son service, etc. Il y a donc eu une grève sans que la chose ait pu transpirer. La Petite Gironde a été mise en pénitence pour trois jours, nous n’en connaissons pas les motifs. Le brave Clemenceau tourne tout à fait au dictateur. Je crains qu’on ne lui fasse faire des imbécillités. Son entourage commence à mettre dans les journaux des notes qui ne lui feront pas de bien. L’autre jour, c’était Clemenceau allant goûter la soupe dans les casernes. Avant-hier, c’était la lecture de nombreuses lettres de poilus qui l’avait ému au plus haut point, et, quotidiennement, ce sont les mises à l’Havas des compliments des assemblées communales, ce qui donne une petite tournure plébiscitarde qui pourrait être très dangereuse si l’homme n’était pas aussi âgé. En tout cas, cela lui permettra de céder encore à un certain nombre de coups de tête dont les résultats précédents n’ont pas été très heureux.

Je vois dans certains milieux percer des inquiétudes au sujet de l’exécution des clauses de l’armistice bulgare. On se demande ce que signifie le silence que l’on garde sur les mesures qui, nécessairement, doivent être prises déjà. J’entends d’une part applaudir à l’idée que les Bulgares seraient autorisés à tomber sur les Turcs. Ce ne serait donc pas le désarmement complet, et les armes à feu ne sont pas des joujoux à laisser à ce peuple de trahison. Les nouvelles sont très confuses, on parle de partis bulgares qui résisteraient encore, de prisonniers faits qui ne sont pas tous allemands, mais rien de précis. André Gauvain ne se montre pas aussi sévère que d’habitude, la méfiance de Vesnitch dans les premiers jours serait-elle justifiée ? Attendons, peut-être tout cela s’éclairera-t-il, mais il faudra ouvrir l’œil.

Le stratège est venu ce matin. Il continue à trouver que les Boches ont toujours de la dent et qu’on va trop vite dans les impressions de victoire. Il semble que l’on va frapper un grand coup en Flandres. Quant aux Américains, ils sont carrément arrêtés. Les Allemands, se voyant menacés, ont fait le nécessaire pour résister, et, comme toujours jusqu’ici, ces départs rapides se trouvent paralysés. Sur ce point-là, c’est la répétition exacte de toutes les offensives précédentes. Les Américains, pour leur début, ont eu une veine exceptionnelle, ils sont tombés en plein sur un mouvement de repli prévu et commencé, et cela a donné à l’opération l’aspect d’une grande victoire, mais la situation s’est rapidement stabilisée.

Mme de Noailles m’a téléphoné hier à propos de ces French homes dont Berckheim était venu me parler [3]. Dieu que cette femme parle vite, et, dans le téléphone, il faut écouter avec soin pour comprendre ce dévidage express de mots. Grand éloge de notre feuille. Elle a abandonné Le Temps pour nous, et patati et patata. De sa conversation il ressort clair comme le jour qu’elle adore le général qui est tout à fait gentil mais tout à fait idiot.

Good bye.

Et

 

On me téléphone que le gouvernement va prendre une décision pour le gouverneur militaire, ce soir probablement. On parle du général Moinier [4] ? illustre inconnu.

L’armée Gouraud aurait attaqué sur tout son front ce matin, et l’armée américaine serait en meilleure posture.

 

[1] Nalèche se trompe. Il s’agit du Conseil général de l’Aisne. Cf. lettre du 2 [sic] octobre 1918.

[2] Le 24 septembre 1918, Félix Trépont est mis en disponibilité sur sa demande.

[3] Cf. lettre du 7 septembre 1918.

[4] Non identifié.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.