2 octobre 1918

2 octobre 1918

 

On me dit ce matin, et d’une source assez sérieuse, que les Alliés seraient arrivés à Courtrai et que le 2e corps de cavalerie longeant la mer serait en route pour Ostende. On ne rencontrerait aucune résistance sur le parcours. Dans toutes ces régions, les troupes entreraient comme dans du beurre. ? ? . À l’appui de ces renseignements viendrait ce que m’a dit Cassagnac, capitaine et chef de la mission de la Presse au GQG. Il avait reçu l’ordre de prendre les correspondants de guerre, hier encore à Bar-le-Duc, pour les conduire cette nuit à Dunkerque. C’est donc que l’on s’attendait à leur faire voir ou, sinon voir, décrire des choses importantes [1].

Quant à la Turquie, malgré tous les racontars qui circulent, on ne sait absolument rien jusqu’ici et rien n’a été fait [2]. Il est plus que probable que si quelque événement surgissait, notre diplomatie en serait la première surprise comme elle l’a été par la capitulation bulgare. Malgré tout ce qu’on a pu dire, rien dans cette extraordinaire soumission n’avait été préparé à l’avance par nos soins. Nos hommes du Quai l’ont appris par la dépêche Franchet d’Espérey. Ceci ne veut pas dire que le ministre des États-Unis n’y ait été pour beaucoup. Il semble plus que probable au contraire qu’on ait agi sur Ferdinand avec des moyens de séduction de nature à le tranquilliser sur son avenir matériel et, sur le reste, avec des représentations montrant l’avantage de s’abandonner aux Puissances de l’Entente qui, ne revendiquant aucune enquête, arrangeraient les choses au mieux des intérêts des nationalités, la continuation de la guerre ne pouvant être pour la Bulgarie que la ruine et la destruction du pays. Du reste, du peu de choses que l’on sait sur l’exécution de l’armistice, il paraît que les Serbes s’occuperont de la Serbie, les Grecs seront chargés d’établir le régime de paix dans les pays d’indigénat grec et les Alliés seuls iraient occuper la Bulgarie.

De Londres, je reçois une longue lettre dont je te passe certaines dissertations politiques pour te donner ce qui a trait à notre ami Lytton. Voici.

La nomination de lord Lytton comme chef de la propagande britannique en France est une manœuvre adroite de Beaverbrook (ceci est d’autant plus curieux que Lytton n’a pas de grande sympathie pour le personnage). Par sa situation personnelle, par ses relations, par les moyens d’actions dont il disposera, par le caractère officiel qu’on lui donne, cet ambassadeur auprès des services de renseignements va mener une campagne énergique chez nous. Vraisemblablement cette campagne aura un double but : 1° faire valoir, en l’exagérant autant que possible, le rôle de la Grande-Bretagne dans la guerre, prôner son désintéressement économique et financier et la représenter comme animée du plus extrême altruisme ; 2° Amoindrir le rôle de l’Amérique et combattre l’influence américaine, non pas ouvertement bien entendu, mais par des moyens détournés. (Exemple : l’Amérique envoie en France, en plus du million et demi qu’elle y a, trois cents hommes par mois, c’est vrai, mais le gouvernement britannique importe les deux tiers de ces Américains, la Grande-Bretagne protège les routes maritimes qu’ils suivent, la Grande-Bretagne habille ces hommes une fois en Europe et dans la Grande-Bretagne pas d’Américains, donc la Grande-Bretagne est plus utile à la cause alliée que l’Amérique). La jalousie des Anglais à l’égard de l’Amérique est féroce au point de vue militaire, naval, économique et de la marine de commerce – liberté des mers.

Il faudra surveiller cela de près.

Ensuite, la propagande britannique en France aura un but économique insidieux pour gagner dans toutes les sphères pouvant agir sur l’opinion des adhérents, des défenseurs du régime des tarifs que les directeurs de la propagande veulent établir en Angleterre et qu’ils établiront grâce aux élections.

Voilà en deux mots ce que l’on veut, et le choix de lord Lytton, pour donner une nouvelle impulsion, est significatif.

Et qu’avons-nous, nous autres, pour remplir en Angleterre des fonctions correspondantes à celle de Lytton à Paris ! ! On ne pourrait, n’est-ce pas, faire la comparaison. C’est lamentable.

À toi.

Et

[1] L’ennemi se replie au nord et au sud du canal de La Bassée. Armentières et Fleurbaix sont délivrés. Saint-Quentin est reprise. L’ennemi évacue Lille.

[2] Le général Franchet d’Espérey dresse un plan d’attaque contre l’Autriche-Hongrie par la Serbie et la Bulgarie. Une opération secondaire est prévue sur Constantinople par la Thrace.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.