30 septembre-1er octobre 1918

30 septembre-1er octobre 1918

 

On prétendait tous ces jours-ci que Guillaumat allait être envoyé en Orient, et une manchette de L’Œuvre, où il était question de la réconciliation d’Aristide et de Thémistocle [1], signifiait que, avec le général, partirait Briand. On disait même que Guillaumat était déjà en route depuis avant-hier. Rien n’était exact, Guillaumat est encore à Paris et même son voyage deviendrait problématique. Par conséquent, Briand est resté lui aussi.

Du reste, on se demandait quel effet pourrait produire sur Franchet d’Espérey l’arrivée du général qui, ayant conçu les plans d’offensive mais ne les ayant pas exécutés, semblerait le placer, lui, au second plan. Il est vrai que, toujours d’après la rumeur publique, Guillaumat n’avait reçu qu’une mission et, par suite, n’aurait rien à voir avec l’armée.

On me dit ce matin que le départ de Guillaumat avait bien été arrêté mais que depuis l’offensive il n’en avait plus été question. Je ne crois pas cela exact, on a certainement agité le voyage des deux personnages auxquels, peut-être, on a renoncé devant les difficultés qu’il créerait.

J’ai causé assez longuement ce matin avec notre stratège. Il ne trouve pas que l’affaire bulgare soit militairement d’une grande importance. La partie reste formidable sur notre front. Je lui demande s’il prévoit comment les clauses de l’armistice pourront être exécutées et ce qu’on fera des Allemands mêlés aux Bulgares. Il me répond que la question se pose à peine. Il n’y a pas d’Allemands en Bulgarie. Ce que l’on a pris pour une armée, et appelé la 11e armée, n’était qu’un état-major. Ce sont les Bulgares accourus de droite et de gauche qui ont cherché à soutenir le choc. Donc, l’occupation peut se faire assez facilement. Nous parlons des retraits des troupes de Scandinavie. Je lui suggère l’idée de faire un article sur la répartition des forces allemandes. Il me dit qu’on avait comme projet de lancer une armée sur la droite de Salonique. On n’a guère parlé de cette armée et on l’enverrait à Cavalla menacer la Turquie. Cela, c’était un premier projet. Bidou ne sait pas si on ne préférera pas occuper plus fortement Serbie et Bulgarie.

Je lui parle de notre front [2] et lui demande s’il croit que nous pourrons continuer l’immense effort consenti en ce moment. Il me répond que les Allemands ont eux-mêmes une disette d’effectifs très grande. Si la désorganisation n’est pas complète chez eux, ils se retireront sur une ligne préparée à l’arrière et y hiverneront. Si, au contraire, la désorganisation se complète, on ne peut prévoir ce qui arrivera. Je lui répète ce qu’on m’a dit au Grand Quartier que la bataille ne s’arrêterait plus. Oui, me répond-il, mais ce sera une bataille d’usure. C’est celle-ci que l’on fait en ce moment. Le GQG a pris une toute autre tactique qu’autrefois. Jadis on portait un grand coup, on gagnait du terrain, puis l’ennemi amenait ses réserves et l’avance « s’enkystait » en quelque sorte. Aujourd’hui, le plan est d’obliger l’ennemi à engager de suite ses réserves, puis, ses réserves engagées, de frapper un grand coup. Donc, deux actions puissantes, l’une au début de l’opération, la seconde pour la terminer. Le GQG ne désire pas qu’il fasse un article d’ensemble là-dessus malgré le désir qu’aurait l’opinion publique de savoir où l’on va et ce que l’on veut faire. Il préfère que Bidou procède par petits paragraphes qui, répétés, finissent par attirer l’attention sans éveiller par trop les curiosités.

Garde pour toi tout ce que je viens te dire, car je ne sais jusqu’à quel point ce n’est pas tout à fait confidentiel.

Comme tu le sais, nous sommes loin d’avoir la cote rue Saint-Dominique. Devant notre collaborateur habituel ce matin, ces messieurs ont dit qu’ils ne comprenaient pas les journaux qui insultaient à la Bulgarie, que maintenant elle s’était soumise et que des négociations étaient en cours, la censure devrait bien sévir contre ces feuilles rancunières. Quelqu’un, tout à l’heure, à propos de l’incendie de Cambrai, disait qu’on ne comprenait guère la mentalité allemande se livrant à de pareils forfaits alors que, déjà, le vent de la défaite souffle pour eux et que les représailles pourraient s’exercer.

– Détrompez-vous, répondit un autre, les Allemands savent que, quoi qu’ils fassent, nous serons assez poires pour ne pas toucher à leurs villes et qu’aucune représaille ne sera exercée.

Cet homme-là dit juste, il n’y a qu’à écouter les messieurs de la Guerre ci-dessus indiqués.

[1] Thémistocle (528-462 av. JC). Athénien. Homme politique et stratège mais dénué de scrupules – Aristide l’accuse de détourner l’argent public -, il joue un rôle important dans la victoire grecque lors de la deuxième guerre médique. Nalèche joue ici sur les mots entre Aristide l’Athénien et Aristide Briand et fait allusion au général Guillaumat comme à un nouveau Thémistocle.

[2] L’avance alliée se poursuit sur tout le front. Les faubourgs de Saint-Quentin sont repris. L’ennemi abandonne les plateaux entre l’Aisne et Reims. L’ennemi résiste entre Cambrai et Saint-Quentin.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.