29 septembre 1918

29 septembre 1918

 

J’ai l’impression, mon vieux Pierre, qu’en ces temps d’extraordinaires événements mes malheureux papiers n’ont aucun intérêt. S’ils t’inspirent les mêmes réflexions qu’à moi, tu me le diras et je ne te les infligerai plus, du moins momentanément.

Je suis allé ce matin de nouveau voir Pichon que j’ai trouvé dans le feu de la composition de ses dépêches avant de courir chez Clemenceau. Je n’ai donc pas causé avec lui mais j’ai pu bavarder quelques instants avec les subordonnés après ma courte entrevue.

Dans le fond, on ne sait encore pas du tout ce que feront les Bulgares. Une dépêche de Franchet d’Espérey [1] venait d’arriver, assez longue, mais elle n’était pas encore déchiffrée. Elle doit probablement être la cause du communiqué gouvernemental de ce soir.

Il y a une chose curieuse à noter depuis la demande de paix de la Bulgarie. Tous les gens qui étaient si hostiles à toute demande à l’Allemagne de précisions sur ces fameuses propositions de paix, voudraient qu’on accepte de suite les offres bulgares. Et que de raisons ils nous donnent pour cela ! Ne trouves-tu pas cet état d’esprit comique ? J’ai su également une chose que nous avions pressentie et qui fut réelle. Les Américains ont pris la forte tape. Ils étaient arrivés dare-dare, n’ayant rien devant eux, jusqu’à Dun. Mais là, ils ont trouvé le bec de gaz. Ils n’avaient rien voulu écouter et s’en sont mordu les doigts. Ils ont été ramenés jusqu’en deça de Montfaucon, et c’est grâce à notre intervention au point de vue état-major que les choses se sont rétablies, et, je dois dire, sérieusement rétablies. C’est du moins ce qu’a déclaré ce matin le général Alby [2] au ministère.

Quant aux Italiens, c’est toujours la même inertie, la même honteuse inaction. Ici, il semble qu’on commence à s’en rendre compte et Diaz a envoyé un manifeste glorieux aux troupes qu’il a adressé en même temps aux troupes italiennes en France. Il demandait que ce soit également publié dans les communiqués. Clemenceau aurait répondu : Connais pas.

Enfin, commencerait-on à se rendre compte.

Le neveu est venu ce matin. Il m’apporte une quantité de bonnes nouvelles que tu trouveras dans le communiqué de ce soir. Il me dit que la résistance allemande est terrible en Champagne. Ils ont mis là des divisions excellentes qui se battent admirablement.

Ce matin, les Anglais ont attaqué sur la Somme et tout va bien [3]. On défend d’en parler mais on est très content.

On peut dire que Clemenceau a de la veine. Ce sont les choses qu’il a le plus combattues qui réussissent et c’est lui qui va recueillir les bénéfices d’opérations qui n’auraient pas été entreprises si on l’eût écouté.

L’affaire d’Orient, si brillante, est due à la hâte avec laquelle Franchet d’Espérey, se sentant menacé, l’a engagée. Aux petites causes les grands effets.

À toi

Et

[1] Les armées de Franchet d’Espérey sont à Skopje. Les Bulgares sont terrorisés par les bombardements.

[2] Henri Alby (1858-1935). Général. Chef d’état-major général de l’armée, il succède au maréchal Foch.

[3] Le fort de Malmaison est repris. L’offensive est lancée sur Berry-au-Bac et l’Aisne. Les Allemands reculent derrière le canal Oise-Aisne et Cambrai.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.