28 septembre 1918

28 septembre 1918

 

Rien de bien intéressant aujourd’hui. J’étais allé chez Pichon ce matin pour l’inviter à un déjeuner que notre comité donnera à Melvil Stone [1], le président de l’Associated press et que je serai obligé de présider. Malheureusement, le ministre venait de se rendre chez le président du Conseil avant la séance du faubourg Saint-Honoré et je n’ai pu recueillir d’impression directe sur l’affaire bulgare.

Néanmoins, j’ai recueilli quelques précisions sur l’initiative bulgare et la façon dont elle fut accueillie. Les Anglais ont commencé par se montrer favorables à un armistice, cependant on les a convaincus et ils marchent maintenant d’accord avec nous. Ce que l’on n’a pas dit dans les journaux et que tu garderas pour toi jusqu’à ce qu’on puisse en parler, c’est que la réponse a été faite directement par Franchet d’Espérey. Refus complet d’armistice et conditions que tu connais pour entrer en pourparlers.

– 1° Désarmement immédiat.

– 2° Livraison des canons et matériel.

– 3° Occupation des chemins de fer serbes et bulgares.

Ce sont ces conditions que les parlementaires bulgares ont emportées à Sofia, car on n’a donné dans la presse que la première partie de l’affaire, mais Franchet d’Espérey a réellement reçu les envoyés de Ferdinand et leur a courtoisement fait la déclaration qui précède. Il n’y a donc plus qu’à attendre la réponse de Sofia.

Comme je reprends ma lettre dans la soirée, j’ai vu entre temps un titre censuré de L’Intransigeant indiquant le séjour des parlementaires dans les lignes alliées.

Je me suis rendu hôtel Lotti rue Castiglione pour faire visite à l’Américain mentionné plus haut. Congratulations, salamalecs et dix minutes de conversation. Il estime les Débats au plus haut point, et, à ce qu’il m’en dit, il paraît réellement les connaître.

Il s’enquiert de nos difficultés de presse actuelles, des prix du papier, etc. Et lorsque je lui dis que nous payons cent quatre-vingts francs les cent kilos il lève les bras au ciel. Mais il vous est impossible de faire un journal dans ces conditions-là. Comme c’est dommage que nous ne puissions vous venir en aide. Mais il faut transporter des troupes et cependant la propagande serait si importante. J’espère que cet hiver il y aura un ralentissement dans ces transports et nous pourrons alors venir à votre secours pour l’année prochaine. Et Stone ajoute une chose qui me fait plaisir dans la bouche d’un Américain aussi informé : « Peut-être, après tout, à ce moment-là n’y aura-t-il plus de guerre car le Boche me paraît au bout. »

J’ai enregistré cette péroraison.

Et

[1] Melvil Stone (1848-1929). Américain. Président directeur général de l’Associated Press.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.