28 [sic] septembre 1918

28 [sic] septembre 1918

 

Je laisse de côté les événements que le Journal t’apportera dans leur magnifique développement. Je suis allé hier en fin de journée chez Xavier Charmes qui était souffrant et très attristé par la mort d’un de ses neveux [1]. Les circonstances de cette mort avaient été pour la famille odieusement pénibles. Ce jeune officier blessé avait été transporté dans une ambulance qu’on n’est pas arrivé à connaître et il y a succombé sans que personne en ait été avisé. Le frère [2], accouru du front dix jours [après], est parvenu à savoir qu’il s’agissait d’une ambulance de Villers-Cotterêts et il arrivé pour apprendre que son malheureux frère était enterré déjà depuis dix jours.

J’ai naturellement été amené à parler des lacunes du service de Santé où les gradés élevés dans la franc-maçonnerie joueraient un rôle prépondérant, mettant même en échec le sous-secrétaire d’État. Charmes m’a raconté alors un fait de maçonnerie dont il a été témoin pendant qu’il était directeur au ministère de l’Instruction publique. Il m’a fait ce récit confidentiellement, je te le répète dans les mêmes conditions.

Un beau jour, Bourgeois vint lui demander de nommer un M. X [3] inspecteur général des Archives. Cet X était archiviste. Non, répond Charmes, je ne puis pas faire cela, ce X est un brave homme mais un fou et je ne le nommerai pas. – insista très vivement et Charmes résista quoi qu’il pût lui en coûter car Bourgeois était ministre.

X ne fut pas nommé.

Quelque temps après, Bourgeois avait changé de ministère, il était à l’Intérieur. Il mande Charmes. Il lui explique qu’il voudrait révoquer le même X. Charmes lui répond que cet X est un archiviste consciencieux et qu’il est père de famille sans fortune, que l’on ferait une mauvaise action. Le préfet avait reçu l’ordre de révoquer ce malheureux et il s’y était refusé sous menace de révocation pour lui-même. Bourgeois expliqua à Charmes que c’était Doumer qui exigeait cette révocation au nom des loges. Il pria Charmes de s’entendre avec le préfet pour tâcher d’arranger la chose. On se borna à déplacer le pauvre diable.

Voici ce qui s’était passé, car il paraissait bien extraordinaire que les mêmes gens qui exigeaient pour un individu un avancement scandaleux demandassent quelques jours après sa révocation.

X était franc-maçon, mais, tout à coup, il se défroqua et écrivit un livre sur la maçonnerie. D’où fureur des francs-maçons et scandale à la loge. Il nous faut sa tête !

Charmes me raconta également qu’au début de juillet il déjeunait chez Melle de Reinach avec Guillaumat. Le général s’ouvrit à lui de ses projets orientaux. Charmes lui avait demandé pourquoi là-bas on ne faisait rien, combien la situation paraissait dangereuse si cette inaction continuait. Guillaumat lui répondit que c’était bien son avis, mais que tout ceci allait cesser et que l’armée d’Orient allait marcher en avant, qu’il s’était mis d’accord avec les Grecs et les Anglais, qu’il y avait en réalité six cent mille hommes à Salonique largement pourvus de tout, matériel, munitions, etc., que le seul petit écueil était l’essence avec laquelle on avait parfois des accidents ; mais qu’en dehors de cela, il ne restait qu’à se mettre en route, tout était paré.

– Oui, reprend Charmes, mais il y a quelqu’un qui a été nettement opposé jusqu’ici. Avez-vous son assentiment ?

– Vous voulez parler du président du Conseil ? Je suis arrivé maintenant à le convaincre et j’ai son assentiment.

On m’a téléphoné tout à l’heure de la Chambre le petit récit suivant.

Outrey [4] avait dit hier à nos journalistes qu’il tenait de bonne source que les Bulgares et les Turcs étaient sur le point de demander la paix. On ne voulut pas y croire et on lui dit que les Affaires étrangères n’étaient pas du tout informées. Outrey se rendit au Quai où, en effet, on lui dit que c’était prématuré et que, jusqu’ici, rien ne pouvait le faire supposer. Outrey revint à la Chambre en disant : Vous aviez raison, il n’y a rien.

Ce matin, les événements lui donnent raison. Outrey, questionné sur son renseignement turc, répondit : Les Turcs, c’est bien autre chose. Voici trois semaines qu’on négocie avec les Vieux-Turcs et la paix est très proche avec la Turquie. C’est du moins ce qui m’a été dit à la même source.

À toi.

Et

 

On me dit que le gouvernement français ferait aux demandes de paix de la Bulgarie la réponse la plus nette et la plus catégorique [5].

1° La Bulgarie mettrait bas les armes.

2° Elle livrerait tout son matériel de guerre, canons, munitions, etc.

3° Les Alliés occuperaient le chemin de fer. Ces trois conditions ne souffrant aucune discussion.

Et

[1] Marcel Delzons (1880-1918). Neveu à la mode de Bretagne de Xavier Charmes. Lieutenant d’infanterie. Il meurt pour la France dans l’ambulance de Villers-Cotterêts (Aisne) des suites de ses blessures le 9 septembre 1918.

[2] Pierre Delzons (1874-1937). Frère de Marcel Delzons. Lieutenant de vaisseau.

[3] Non identifié.

[4] Georges Outrey (1863-1941). Résident supérieur en Indochine. Député gauche démocratique de Cochinchine (1914-1936).

[5] La Bulgarie capitule et signe la paix avec les Français à Salonique. Les Alliés sont oubliés.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.