25 septembre 1918

25 septembre 1918

 

Tu as vu le joli trait de Berthoulat, la soi-disant dépêche de fabriquée rue Saint-Dominique pour juxtaposer le nom de Gauvain et celui de Mistral [1]. L’Action française a repris cela ce matin mais enlève le nom de Journal des Débats. Berthoulat y revient cet après-midi dans son coutumier et si intelligent éditorial. Tout cela c’est de la besogne Mandel. Il vous faut du courage, m’a dit l’autre hier.

J’ai su que tu avais téléphoné pour savoir ce que la censure avait caviardé dans L’Information. Je crois que c’était une allusion à l’offensive française, et tout à fait française [2], de Reims à Verdun avec les moyens les plus puissants. Je viens d’avoir quelques détails sur la préparation. L’attaque devait avoir lieu ce matin, et les concentrations d’artillerie sont formidables, surtout du côté de Souain. On prétend qu’il doit y avoir une diversion américaine un peu plus à l’est, mais l’attaque doit être, comme je te l’ai dit, faite avec nos propres forces.

Le filet que tu verras ce soir dans le journal sur les projets de Troëlstra a été écrit par André Chaumeix qui a vu ce matin des dépêches indiquant la manœuvre, et l’essentiel était de faire connaître cela de suite. André Chaumeix nous a dit également qu’on avait eu aujourd’hui des extraits d’une interview de Muehlon[3], au sujet des Turcs et des Bulgares, dans laquelle il déclare que l’Entente ne devrait pas se laisser aller à traiter avec les Bulgares [4].

D’autre part, l’Allemagne, devant les désastres infligés à ses alliés et ne pouvant pas les secourir tous deux, se déciderait à complètement lâcher les Turcs pour venir en aide aux Bulgares. Ils espéreraient qu’au règlement de comptes ils trouveraient bien toujours quelque chose à glaner en Turquie, tandis qu’ils veulent conserver les Bulgares pour l’avenir et, au besoin, pour les jeter sur les Turcs un jour ou l’autre.

Nous avons encore beaucoup de bulgarophiles ici, mais, qu’ils le veuillent ou non, nous serons bien obligés maintenant de marcher avec les Serbes.

On vient de balancer le préfet du Rhône, M. Rault, qui avait à Lyon beaucoup de sympathies. Je reçois, à propos de cette exécution, une lettre d’un de nos amis politiques qui est aussi une personnalité assez importante. Il juge cela assez sévèrement : « Le Tigre a jugé bon, sans motif sérieux, de mettre à la porte de la préfecture mon préfet Rault. Il s’est simplement vengé, sous l’empire d’un accès de fureur, de l’opposition politique du Conseil général du Rhône qui ne lui a pas voté d’adresse de confiance et qui a nommé vice-président un sieur Perret [5] qui a voté en faveur de Malvy. Il n’y a absolument rien [d’] autre ; vous sentez combien il est mauvais pour le personnel des fonctionnaires de voir que la bonne conduite au point de vue national, les services signalés ne sont absolument rien…, etc., etc. Les violences et les coups de nerfs de ce vieux, qui par ailleurs joue un si beau rôle patriotique, sont extrêmement regrettables. »

Au déjeuner d’hier, Tardieu me parlait de Gompers [6], et, à ce propos, nous avions soulevé la question ouvrière, rapports entre les ouvriers et le patronat. Tardieu m’a dit avoir eu affaire avec tous les gros bonnets de l’Armement et avoir été stupéfait de l’incompréhension de ces hommes qui, pour rien au monde, ne voulaient sortir de leurs routines. Et cependant, ajoutait-il, ce sont des gens très épris de l’intérêt général, ils seraient disposés à faire des sacrifices, pour lui peut-être plus que d’autres, mais ils ont une façon de le comprendre qui le ruine.

À toi.

Et

[1] Paul Mistral (1872-1932). Journaliste. Homme politique. Député socialiste de l’Isère (1910-1932). Il est l’auteur de nombreux rapports sur la production de guerre.

[2] Cette offensive a lieu en réalité avec les Anglais.

[3] Wilhelm Muehlon (1878-1944). Ancien directeur de la section d’armement des usines Krupp. Il quitte son poste au début de la guerre et s’installe à Berne où il tente de mettre en place un réseau d’intellectuels au service de la paix.

[4] La Bulgarie demande un armistice. Les Serbes prennent Vélès et Itchip. La cavalerie française pousse vers Uskub. Les forces britanniques pénètrent en territoire bulgare.

[5] Perret. Homme politique. Vice-président du Conseil général du Rhône.

[6] Samuel Gompers (1850-1924). Américain. Syndicaliste. Président de la Fédération américaine du travail.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.