24 septembre 1918

24 septembre 1918

Les bruits de la journée ont concerné les importants événements qui se prépareraient sur notre front. D’aucuns prétendaient même que quelque chose était commencé en Champagne [1]. C’est inexact, rien n’a bougé aujourd’hui. Mais les permissionnaires de l’Est ont été retenus, cela nous en sommes sûrs. Comme tu le sais puisque nous venons d’en parler au téléphone, il semblerait bien que le choléra ait fait sa sinistre apparition sous notre climat. Je ne crois tout de même pas que la grande mortalité de Brest soit due complètement au terrible fléau. Beaucoup de nos jeunes soldats ont bien réellement été victimes d’une maladie à forme pneumonique. Malheureusement, des cas paraissant certains ont été constatés. On m’a parlé tantôt de Dijon ? Nous avons encore bien des joies sur la planche.

J’ai eu ce matin une entrevue avec Tardieu qui, installé à l’hôtel Langham, 24, rue Boccador, me semble être au centre d’un mouvement très intense. J’allais le voir pour une petite question à régler comme président du Syndicat, celle des correspondants aux armées américaines et les détails d’une réception qu’il avait le désir de nous voir organiser en faveur de je ne sais quelle grosse légume de presse qui fut très fêté en Angleterre. Il s’agissait de ne pas être trop en retard.

J’en ai profité pour l’entretenir d’une question qui agite beaucoup les milieux bien pensants et au sujet de laquelle on m’avait prié de glisser un mot. Les Américains ont besoin de trouver des locaux dans lesquels mettre des lits, et ce n’est pas une petite affaire. En cherchant ces bâtiments, on a trouvé des établissements d’enseignement libre, entre autres, à Neuilly, celui de Mme Daniélou [2]. Après une série de pourparlers, Tardieu a fait dire que tout serait réglé d’accord avec Mgr Amette. Il n’en a pas fallu plus pour affoler tout le monde car l’archevêque n’aime pas beaucoup la boîte Daniélou et l’on a su qu’il ne s’en occupait pas pour porter son intérêt sur une foule de petits établissements qui ont tout son cœur. Tardieu m’a répondu qu’il ferait de son mieux mais qu’il était obligé de trouver des locaux car d’ici à x mois il lui fallait cent quatre-vingt mille lits. Quelques minutes après cette interview, je retrouvais mon Tardieu à un déjeuner Vesnitch-Pachitch au Cercle interallié. Le vieux président du Conseil, que je n’avais pas vu depuis deux ans, c’est-à-dire depuis les grands malheurs de sa patrie, m’a paru rajeuni avec les succès orientaux. Sa grande barbe blanche avait perdu l’air d’une barbe de pauvre vieil exilé, elle semblait plutôt la barbe d’un boyard opulent. J’ai peu causé avec lui, si tant est qu’on puisse appeler conversation le fait de l’écouter sans trop bien le comprendre. J’étais, comme d’habitude, obligé de filer aussitôt le café avalé. Le déjeuner, le second de la série, comprenait un mélange de presse et de politique. Marin, Franklin-Bouillon, de Fontenay, Gabion, Albert Thomas, Gauvain, un colonel anglais, un colonel américain, Géraud (Pertinax), Roels, Paul Louis, etc. J’étais entre Tardieu et Roels. J’ai donc causé beaucoup avec le haut-commissaire. Sans lui dire de qui je le tenais, j’ai répété un peu la lettre de Lechartier. Il ne m’a trop dit ni oui ni non, mais j’ai noté ceci : Tardieu prétend que, en France, beaucoup de gens se font des idées fausses de Wilson qui est la simplicité même et parfois « rigolo », bien que toujours un peu prédicant. Il a eu autrefois des histoires de femmes assez retentissantes. On lui attribue l’honneur d’avoir voulu mener son pays à la guerre depuis le début et d’avoir procédé avec la plus grande habileté et le plus beau machiavélisme. Rien n’est moins vrai. Wilson a été très longtemps hostile à l’intervention et ce n’est qu’à la fin qu’il s’est lancé dans l’affaire quand il a vu qu’il le fallait absolument.

Notre ami Tardieu a-t-il voulu dire par là que c’est lui qui a déclenché le président, c’est possible. Il faudrait revoir les dates, je ne voudrais pas faire de jugement téméraire.

Tardieu croit bien que l’Américain se créera maintenant un état d’esprit militaire, mais je ne sais pas s’il a très bien compris ma question car il m’a répondu que l’Américain s’assimilait très rapidement les choses et qu’en trois ou quatre mois il devenait un autre homme. Je crois qu’il a compris que je lui demandais si les Américains deviendraient de vrais soldats. Hall, au contraire, avait très bien compris ma question lorsqu’il m’a répondu qu’il ne croyait pas à cette mentalité militaire dans l’avenir. À propos de Hall, il m’a fait de ce journaliste le plus grand éloge et m’a affirmé que c’était un des hommes qui connaissait et jugeait le mieux l’Amérique. Il le voyait presque chaque jour là-bas et s’en félicitait beaucoup. Il a ajouté que Hall connaissait presque trop bien le pays car, très au courant des petites choses des gens, cela lui faisait peut-être perdre un peu de vue les grandes lignes d’ensemble. Cela ne m’a pas paru, et à toi non plus sans doute.

J’ai interrogé Tardieu sur ce refus de tonnage nouveau à l’Angleterre par l’Amérique. C’est tout à fait en voie d’arrangement, m’a-t-il dit. C’est pour cela que je vais à Londres la semaine prochaine, puis, quelques jours après, j’irai passer une semaine en Amérique et nous comptons que le tonnage entier de l’Entente sera réuni pour ne faire qu’un. Amen.

Au moment où je m’en allais, Arthur Meyer m’a pris à part et m’a dit : « Je viens de faire à Gauvain mon compliment, je dois vous le faire aussi pour moitié. Vous avez beaucoup de courage. » Comme je le remerciais, il m’a dit : Je comprends les choses, il vous faut un courage que moi je ne pourrais pas avoir.

À toi.

Et

C’est toujours Barthou dont on parle pour Madrid.

[1] Le village de Vendeuil, qui s’arrête aux abords de la Fère, est pris. La voie ferrée Paris-Avricourt est libérée par les batailles de l’Ourcq, du Soissonnais, du Tardenois et par celle de Saint-Mihiel. L’armée française avance à l’est du canal de Saint-Quentin et sur l’Oise au nord de la Fère.

[2] Les collèges Sainte-Marie.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.