23 septembre 1918

23 septembre 1918

 

Journée presque tout entière prise par les occupations professionnelles. Cependant, je t’ai parlé de ma conversation avec d’Ambert [1] qui m’engage à signaler toutes les plaintes que je reçois au sujet du service de Santé [2]. Comme je lui dis que je redoute, en plaçant ces choses dans le journal, d’inquiéter les familles, il me répond que c’est cependant le bon moyen de faire aboutir les réformes. J’en conclus que, tout en étant au pouvoir, il leur est bien difficile de faire avaler les réformes par tous les gros personnages en fonction. Chaque fois, me dit-il, que Mourier [3] va faire une inspection par lui-même, tout le monde est prévenu on ne sait comment et tout marche comme sur des roulettes. Il lui est très difficile de connaître la vérité, tandis qu’un bon filet de journal lui indique de suite les lacunes.

Je lui parle d’une autre lacune, celle qui laisse les familles dans l’incertitude du sort des leurs, et je lui raconte un fait dont je viens d’être témoin puisque c’est à moi qu’on s’est adressé. Un brave officier blessé, baladé d’ambulance en ambulance, avait dû finir par échouer dans un hôpital dont il était impossible de connaître la région. La famille affolée cherchait partout son malade, et, au bout de dix jours, n’avait encore pu savoir où il avait été transporté. D’Ambert me dit : « Mais c’est que là, pour les renseignements, le service de Santé n’est pas compétent. On a créé tout un service qui a pour titre « Les renseignements aux familles ». Trois mille employés y travaillent, mais c’est au bout de trente ou quarante jours seulement que l’on peut savoir si un homme a été tué. Abrami a été mis à la tête de ce service [4] et les bureaux fonctionnent comme tous les bureaux, avec la plus solennelle lenteur. J’ai un système que je voudrais voir employer, et là vous pouvez beaucoup m’aider. » En effet, le système qu’il m’explique me paraît assez rationnel. Il ajoute qu’il craint beaucoup qu’éclate un scandale quelque jour. Un père, affolé par toutes ces démarches inutiles et ces renvois de bureau à bureau, pourrait bien, un de ces matins, se livrer à des voies de fait.

De même, pour les retards de trains sanitaires, il y a un enchevêtrement de pouvoirs qui paralyse tout. Le train sanitaire appartient bien au service de Santé, mais les machines, les horaires, etc., lui échappent complètement. C’est une autre direction, un autre ministère qui en a la charge. Alors on voit d’ici les conflits !

On m’écrit de Brest aujourd’hui que la grippe espagnole faisait encore des ravages parmi nos jeunes troupes. On y compte près de trois cents morts. Là aussi il y a des faits regrettables. On a mélangé, sans souci de la contagion, les malades de la grippe avec les blessés sans prendre garde à la contagion toujours si menaçante sur des tempéraments débilités.

À notre Syndicat, ce soir, Cassagnac, qui est capitaine et chargé de la mission de presse, est venu avec un autre officier du GQG pour l’organisation des Informations.

Je te passe tous les détails concernant la profession, mais j’ai retenu de ses explications qu’on ne comptait rien arrêter pendant l’hiver et que la bataille se poursuivrait sans souci de la saison. Il voit la victoire approcher.

J’ai reçu ce soir une lettre de Franchet d’Espérey qui me répond sur une question privée, mais qui me demande de tâcher d’organiser un service de propagande et d’information orientale qui serait attaché à son état-major. Les Anglais, me dit-il, font d’immenses efforts dans ce sens. Il a tout à fait raison, je tâcherai de le faire comprendre, peut-être vainement, mais si on finit par se rendre compte de la nécessité d’un pareil organisme, on se demande, à la suite des exemples précédents, qui on enverra des genres Franklin-Bouillon.

Amitiés.

Et

[1] D’Ambert est chef du cabinet de Mourier à la Santé.

[2] Cf. lettre du 21 septembre 1918.

[3] Louis-Frédéric Mourier (1873-1960). Homme politique. Sous-secrétaire d’État à la Santé (5 février 1918-18 janvier 1920).

[4] Léon Abrami (1879-1939). Homme politique. Sous-secrétaire d’État à la Guerre chargé des effectifs et des pensions (1917-1920).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.