22 septembre 1918

22 septembre 1918

 

Causé ce matin avec une compétence orientale au sujet de l’offensive salonicienne et du succès obtenu [1]. Voici à peu près le résumé de sa conversation :

Si les Bulgares sont tout à fait démoralisés, notre action peut avoir des résultats importants. L’essentiel serait de couper les communications de l’Est à l’Ouest. Si on y arrive, on pourrait débarrasser la rive droite du Vardar et établir un bout de royaume dans la partie de Serbie reconquise. Mais il serait impossible d’entreprendre quelque chose sur Sofia. Ces attaques frontales seraient vouées à l’insuccès.

Le gros problème des armées de l’Entente est aujourd’hui le ravitaillement, c’est le point noir. L’installation du prince de Serbie dans une des villes reconquises serait un événement considérable. C’est cela dont Sarrail n’a jamais voulu. Il craignait qu’un semblant de royaume serbe reconstitué, sa personnalité devint de second ordre, et à tout prix il a voulu l’empêcher. À ce propos, on verra plus tard l’ignominie que fut l’affaire de Monastir où tout fut sacrifié avec intention. Quoi qu’il en soit, il serait imprudent pour les Alliés de chercher à s’emparer des régions du Nord.

Un note dans les journaux a dû te montrer que le torchon brûlait à l’agence Radio. La grande âme qu’est Turot se retire et cède la place. Il le fait sans bonne grâce. Il vient de m’écrire un mot personnel dans lequel il me donne le texte de son adieu à ses collaborateurs. Dans ce factum, il déclare se retirer pour ne pas compromettre la situation des employés hommes et femmes, mais que l’avenir jugera. La réalité est autre. Turot a fait un chantage terrible. Il demandait pour se retirer un million cinq cent mille francs. Il en obtenu huit cent mille et cède la place à Galmot qui, depuis onze mois, payait cent cinquante mille par mois. Galmot reprendrait Radio, paraît-il, avec un groupe puissant de métallurgistes ou autres gros fabricants. Ce sera Gabion qui restera le gros manitou. Pauvre Galmot ! Je ne sais si ce sont de gros industriels qui participeront avec lui, mais je suis bien sûr que c’est lui qui paiera et que cela coûtera encore cher avec des gens comme Astruc et consorts.

Le neveu est venu. Guy de Wendel aurait voulu le voir et m’avait prié de le faire téléphoner à Saint-Germain. Ils ont communiqué. Guy de Wendel lui a fait part de ses appréhensions au sujet de Mangin et dont je te parlais hier. Il semble que cela lui tienne au cœur, et Guy de Wendel n’est pas son cousin franc-maçon, il est dans les allants mais il voit clair et juste. Le neveu ne croit pas qu’on puisse continuer longtemps où on travaille en ce moment, il pense qu’on devrait trouver un autre théâtre d’offensive car, me dit-il, nous voici de nouveau aux lignes Hindenburg et il s’agit de réfléchir et de voir si l’on veut de nouveau ne plus songer qu’à la défensive.

André Chaumeix, causant avec Dutasta, a recueilli de ce dernier l’idée que la paix était proche et que les Allemands auraient de la peine à aller plus loin que mai prochain. ? ?

Il va sans doute s’ouvrir une grosse et pénible affaire d’espionnage. On fait tout ce qu’on peut pour l’étouffer. Il s’agirait du fils d’un gros industriel de Lyon qui, ayant fait du contre-espionnage, nous vendrait aussi. On ne dit rien car on espère pincer tout le bibelot. Mais la chose pourrait bien éclater.

À toi.

Et

[1] Les Alliés arrivent sur le Vardar.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.