31 mars 1916

31 mars 1916

 

Mon bien cher Pierre,

 

Je ne sais pas pourquoi le communiqué de ce matin ne parlait pas de l’attaque de Malancourt dont je te parlais hier. Mes renseignements étaient exacts puisque aujourd’hui on se décide à annoncer la prise du village. Ces messieurs François-Ier ont jugé qu’il était meilleur de dire qu’aucune attaque n’avait eu lieu sur un point dont quelques heures après ils annoncent l’évacuation.

Je viens d’écrire au président du Conseil [1] pour le mettre au courant de nouvelles que j’ai reçues de Pétrograd par Athènes et qui indiquent des manœuvres graves destinées à faire se retourner contre nous les puissances balkaniques encore dans l’indécision. Je lui présente cela comme des bruits qui courent, j’ai malheureusement des précisions. Nous avons là-bas un déplorable représentant dont on ne sait s’il est diplomate ou homme de lettres. En tout cas, les deux qualités se nuisent l’une à l’autre car il est mauvais diplomate et faux homme de lettres. Je t’ai parlé dans une de mes précédentes lettres de son attitude pour faire mettre Saint-Sauveur [2] à la tête des usines Poutilov au lieu d’officiers techniques et sérieux, il a la même dans la grosse question qui me préoccupe aujourd’hui. Flatterie et légèreté, voilà le critérium. Ajoute à cela un tempérament d’une nervosité excessive, tantôt triomphant, tantôt dans le quatrième dessous.

Notre président dilettante tiendra-t-il compte de ma lettre, c’est fort peu probable. Il la passera à Berthelot en disant : Arrangez donc cela, Nalèche n’est pas content. Et Berthelot arrangera cela en tentant de l’arranger. Néanmoins, il sera bien obligé d’en tenir compte plus tard, car d’ici à quinze jours il recevra une communication.

[1] Il s’agit d’Aristide Briand.

[2] Non identifié.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.