14 septembre 1918

14 septembre 1918

 

J’ai eu ce matin une assez longue conversation avec notre stratège [1] que je suis allé cueillir au saut du lit. Je ne l’ai pas trouvé très emballé, et il m’en a expliqué les raisons sur la carte. Du reste, dans son article de ce soir, il laisse transparaître sa pensée quand il parle d’objectif limité. Il ne voit guère la possibilité d’aller très avant avec les canons de Metz dans le flanc droit, et si l’on essayait quelque chose par la Lorraine, on les aurait dans le flanc gauche. Il croit assez volontiers que les décisions s’obtiendront sur les anciens champs de bataille. Du reste, en le lisant, tu comprendras facilement à ce qu’il a dit ce qu’il aurait pu dire. Il semble trouver que les Américains deviennent insupportables d’orgueil, et il ajoute que Saint-Mihiel [2] a été pris par les troupes françaises et que les Américains sont venus derrière pour récolter. Somme toute, il observe ici, chez nos alliés, le même développement psychologique que Lechartier. a découvert chez le président Wilson. Pour le moment, l’essentiel c’est de battre les Allemands. Ceux-ci, me dit Henry Bidou, semblent bien ne plus compter que sur une carte, celle de la classe 20. Que sera-t-elle, nul ne peut le dire, mais il est vraisemblable qu’elle ne sera pas dans l’état le plus florissant.

J’ai téléphoné tout à l’heure qu’on prétend une grosse action engagée par Mangin depuis hier. Le BIM, questionné, répond qu’il ne peut rien dire mais que tout va supérieurement. En rapprochant cela du bruit qui circulait du soi-disant départ de Mangin pour l’Est, on peut conclure qu’il y a quelque chose autour de ce général. Quant au bâton, ce sont ses amis qui lancent cela pour préparer l’avenir.

À notre dîner d’hier où nous t’avons regretté, il y [avait] une partie du personnel ordinaire : Bompard, Gontaud [3], Wendel, La Boulinière, d’Arenberg, Grandidier, Sommier, Pépin, Kergorlay et moi. D’Andigné a fait une chute de cheval et garde le lit. Plusieurs autres étaient absents. Je ne serais pas étonné que nous fussions assez nombreux en octobre. Malgré le lieu de notre réunion, celle-ci eut un caractère plus intime que la dernière fois. Je ne sais si c’est un effet de l’accoutumance, mais j’ai moins senti ce que tu avais si justement observé. Nous verrons si, au cours des suivants, cette impression se maintient ou disparaît.

On a surtout parlé des événements du jour. Grandidier nous a dit que Mandel et Mordacq se mangeaient le nez, et c’est le général qui va s’en aller. On lui donnera sans doute une armée. Comme je disais, et c’est certain, que c’est Degoutte qui est entré à Saint-Mihiel, François de Wendel nous dit avoir dîné dimanche avec le général et que ce dernier ne savait absolument pas où il allait [4]. Il a dit à ses convives : Je ne suis plus rien et j’ignore si je vais être quelque chose. Sans doute il aura reçu ses ordres le lendemain. J’avoue que j’ai été un peu surpris de voir que l’on place ainsi un général à la tête de troupes que, forcément, il doit peu connaître, comme on fait monter un cheval par un jockey dans une course. Après tout, cela n’a pas si mal réussi.

J’ai interrogé Bompard sur les projets russes et les nouvelles fonctions qu’on avait voulu lui donner au ministère, centralisation des affaires de ce pays. Il m’a répondu que c’était exact mais que jusqu’ici il avait refusé, désirant, avant de s’embarquer dans une histoire comme celle-là, savoir au juste ce qu’on désirait faire, mais il n’a pu obtenir d’explications claires à ce sujet. Cela ne t’étonne pas, ni moi non plus. Bompard se félicite de la nomination de Regnault [5] à Vladivostock où il est arrivé. Regnault, dit-il, est un bon esprit, très calme, très pondéré, et son choix a ceci de bon, c’est qu’il a écarté les politiciens qui étaient candidats à ce poste.

Gontaud nous donne d’assez mauvaises nouvelles de la santé de Thierry. Comme tu le sais, l’ambassadeur a été opéré d’un abcès intérieur. L’opération avait semblé avoir bien réussi lorsqu’une rechute serait survenue, et la sœur de Gontaud vient d’arriver à Paris avec les plus fâcheuses impressions. Si un malheur arrive, ce sera un gros à-coup pour la politique française, car Thierry avait acquis une excellente situation.

Contrairement à tous les gens de son milieu, Gontaud ne me paraît pas à genoux devant Clemenceau. Il semble juger l’homme et les actes même assez sévèrement.

Quant à notre ami Sommier, je t’assure que les succès américains, anglais ou autres ne le grisent pas, tu peux en être certain. Il m’entreprend après dîner pour me morigéner au sujet de l’article de Gauvain sur le discours de l’empereur. Il trouve ce factum beaucoup trop violent, le mot de « menteur couronné » l’afflige spécialement. Sommier devrait se rendre compte qu’il n’y a en ce moment qu’une politique à faire et que notre rôle est de veiller à ce qu’on n’entre pas dans la voie des bêtises, et on n’y manquera pas.

Je ne crois pas t’avoir parlé d’une visite que nous a faite Nolhac avant-hier. Il arrivait de Royat où il s’était promené pendant un mois avec Bourget et Mgr Touchet [6]. Ce prélat, qui généralement nous aime beaucoup, ne décolérait pas contre nous à cause de nos articles sur la Chine et le Vatican.

– Quelles raisons donnait-il ? ai-je demandé.

– Mon Dieu, celles de l’Osservatore Romano, pas beaucoup autre chose.

– Alors, ai-je repris, pour Mgr Touchet les intérêts du Vatican passent après ceux de la France. Quelle réponse voudra-t-il que nous fassions à ceux qui accusent notre clergé de prendre son mot d’ordre à Rome, c’est-à-dire à l’étranger, et sur quoi s’appuiera-t-il lorsqu’il viendra nous dire que les francs-maçons ont leur grand-maître hors de France ?

Après un moment, Nolhac nous dit : « Je ne crois pas que Mgr Touchet soit véritablement intelligent. Il est très séduisant et vous donne l’impression première d’une grande intelligence. Mais lorsqu’on a causé comme moi très longuement avec lui, on s’aperçoit qu’il est très superficiel. Dans cette occasion il le prouve. Je lui ai demandé si je devais vous transmettre son mécontentement, et il m’a dit qu’il m’y autorisait absolument. »

J’ai répondu à Nolhac que ce mécontentement ne m’émotionnait guère car il disparaîtrait lorsque le bon évêque, qui aime la réclame, aura besoin de me recommander quelque chose de son cru.

Amen.

Et

 

[1] Il s’agit d’Henry Bidou.

[2] L’offensive franco-américaine continue. Les Américains entrent à Saint-Mihiel et surprennent les 12 divisions allemandes en plein repli.

[3] Nalèche se trompe d’orthographe. Il s’agit du comte Bernard de Gontaut-Biron. Diplomate.

[4] « Journée consacrée au général Degoutte et à son armée, la 5e. Le quartier général du général est à Château-Thierry. […] Nous fûmes invités matin et soir à partager son repas. […] En attendant, son armée est dissoute et incorporée dans l’armée Berthelot (6e). Il devait abandonner son commandement le soir même et ignorait complètement, semblait-il, sa future destination. » François de Wendel, Journal, dimanche 8 septembre 1918.

[5] Eugène Regnault (1857-19). Diplomate. Ministre plénipotentiaire à Tanger (1912-1913), puis au Japon (1914-1918). Il est nommé haut-commissaire en Sibérie en septembre 1918.

[6] Mgr Arthur-Stanislas-Xavier Touchet (1848-1923). Évêque d’Orléans.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.