30 mars 1916

30 mars 1916

 

Mon vieux Pierre,

 

Je t’ai quitté hier pour courir chez Pachitch. J’ai d’abord été reçu par Jovanovitch [1] avec lequel j’ai causé un bon bout de temps. Pendant notre conversation, le prince [2] est venu lui-même et, avec beaucoup de franchise et de rondeur cordiale, nous a serré la main en nous remerciant de tout ce que la France avait fait pour la Serbie et m’a déclaré combien il était heureux de son voyage et de sa visite au front d’où il revenait absolument enthousiasmé de ce qu’il avait vu. Puis nous avons parlé de la fin de la guerre. Les conditions de paix, a-t-il dit, doivent donner satisfaction aux peuples, aux nationalités pour que cette paix soit durable. En France on connaît peu la question yougoslave et c’est là la question importante. Nous avons rappelé quelques souvenirs de Belgrade, et le prince m’a quitté.

Jovanovitch me dit alors que les quelques mots dits par son prince au sujet de son impression de nos armées ne traduisaient qu’imparfaitement sa pensée. Chaque jour, il leur parle à table de Verdun et juge tout cela au point de vue militaire. Quand ils avaient traversé l’Italie c’était le début des affaires de Verdun, et ils sont arrivés en France inquiets et impressionnés de tout ce qu’ils avaient entendu dire, mais cette inquiétude s’est transformée en pleine confiance et en admiration.

J’ai été après cela introduit chez Pachitch. La nuit commençait à tomber et le salon où nous causions a fini par devenir tout à fait obscur et le bon vieux ministre ne songeait pas à allumer. Nous devinions nos physionomies plutôt que nous ne nous voyions et le vieillard continuait à m’exposer ses vues.

Je ne te fais pas la description physique de Pachitch. Tu as vu ses photographies, tu connais sa grande barbe blanche, somme toute une assez belle tête. Il s’exprime un peu difficilement en français et les mots qui ne viennent pas sont précédés d’un bégaiement assez accusé. Cependant, malgré cette difficulté d’élocution, la pensée sort très ferme et très nette.

Il m’a exposé ses idées politiques, ses plans d’avenir, le désir de la Serbie d’arriver à la mer, mais uniquement pour avoir un débouché commercial et non pas de port de guerre. La Serbie aura bien trop besoin de faire des routes, des chemins de fer, élever des écoles, etc., pour employer ses ressources à autre chose qu’à des œuvres de paix. Il est entré lui aussi dans un développement de la question des Serbes de Dalmatie, de Croatie, ou d’ailleurs.

À Corfou, ils auront à peu près cent vingt mille combattants, plus trente mille hommes environ pour tous les services d’arrière. Il faudrait, m’a-t-il dit, que cette armée de cent vingt mille hommes soit employée contre les Bulgares. Ils rendront là plus de service que contre les Autrichiens et les Allemands. Si tout marche bien, si notre programme, a-t-il ajouté, s’exécute, la guerre devrait finir à l’été. Le jour où on aura coupé le cordon qui unit l’Orient à l’Allemagne, les choses seront bien avancées. La guerre sur ce terrain-là coûtera moins cher que sur le front français et les résultats seront plus faciles à atteindre.

Après avoir ainsi très longtemps causé, nous nous sommes séparés et il a gardé longtemps mes mains dans les siennes en me disant combien il était touché et combien les Serbes étaient reconnaissants de ce que les Débats avaient fait pour eux. Ils vont partir pour Londres et comptent repasser par Paris.

En sortant, j’ai eu un nouvel entretien avec Jovanovitch qui m’a félicité sur les Débats d’une façon générale et je crois que ses compliments étaient sincères et non pas pure politesse. Il est vrai que l’on a tendance à trouver les personnes qui vous soutiennent les plus intelligentes du monde !

Avant d’entrer dans les appartements réservés aux Serbes, j’avais croisé l’excellent Vesnitch. – Êtes-vous content de la Conférence, lui ai-je dit ? – Très content, vraiment, tout s’est fort bien passé. – Ne trouvez-vous pas cependant que l’on a fait assez peu de chose ? (Je lui répétais les propos des esprits chagrins dont je te parlais hier). – « Évidemment, quand on fait quelque chose on regrette toujours de ne pas faire plus, mais, tel que c’est, c’est beaucoup et on a accompli une bonne besogne qui fera grande impression. »

Pendant que j’attendais à l’hôtel Continental et que l’on passait ma carte, j’ai feuilleté le livre d’inscriptions. J’ai vu là un tas de noms de gens qui doivent se faire inscrire régulièrement chaque fois qu’un personnage important est de passage. Il y avait en grosses lettres le nom de la mère Adhéaume [3], immédiatement suivi de celui de Francis de Croisset [4] et une foule d’autres constituant ce que nous avons de mieux comme vertu et « honnêteté » au sens ancien du mot, dans notre Tout-Paris. Si, après avoir reçu les hommages de tous ces gens-là les princes en déplacement n’emportent pas une idée exacte de notre pays et s’ils ne sont pas contents, c’est qu’ils seront difficiles !

Merci de ton intéressante lettre. Je vois avec plaisir que l’on s’y met enfin, et tant mieux si les résultats sont efficaces. Ce que tu dis est exact pour Briand, je crois t’y avoir déjà fait une allusion. J’ai insinué auprès des gens qui voient les défauts de chaque côté et qui sont dans la place, de profiter de cette entente pour que certaines réformes soient faites d’accord afin d’éviter qu’elles le soient contre.

On me téléphone que l’on se bat furieusement à Malancourt. Les Allemands auraient engagé des forces très importantes et seraient même arrivés à prendre la presque totalité des maisons de ce village, mais la bataille continuerait. Bidou nous disait depuis quelques jours que l’on aurait du mal à garder Malancourt. Nous verrons. En tout cas, je crois que l’importance est très inférieure à celle de notre occupation d’Avocourt.

À toi d’affection.

Et

[1] Jovan Jovanovitch (1869-1939). Serbe. Diplomate. Ministre plénipotentiaire de Serbie à Vienne.

[2] Pierre Ier, prince de Serbie.

[3] Laure de Sade (1859-1936). Arrière-petite-fille du marquis de Sade. En 1879, elle épouse le comte Adhéaume de Chevigné. Mère de François de Chevigné et de Marie-Thérèse, épouse de Francis de Croisset.

[4] Francis de Croisset (1876-1937). Belge. Homme de lettres. En 1910, il épouse Marie-Thérèse de Chevigné, fille d’Adhéaume de Chevigné et de Laure de Sade. C’est le beau-frère de François de Chevigné.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.