29 mars 1916

29 mars 1916

 

Mon vieux Pierre,

 

Je crois que ma lettre sera un peu écourtée car je sors de chez Salandra-Sonnino et je vais à un rendez-vous que Pachitch [1] m’a donné de lui-même. Je t’écris entre mes deux visites. La première était faite en même temps que mon comité et s’est bornée à un échange de quelques paroles. Salandra [2] est un petit homme un peu gros, brun, d’aspect assez vulgaire mais à l’œil intelligent, et Sonnino [3] est grand, tout blanc, avec une figure souriante et aimable. Ils ne se distinguent pas énormément de nos hommes politiques et ont avec eux des analogies de manières, de tenue et de conversation. Ils sont supérieurs aux Trouillot [4], Mougeot [5], etc., mais pas beaucoup aux Briand, Bourgeois, Pichon [6], etc. Tout cela, c’est à peu près la même chose. Il y a une très grande différence entre ce personnel et le personnel anglais. En faveur de ces derniers l’apparence est très différente, ce qui ne veut pas du tout dire que l’intelligence corresponde parfois, loin de là.

La Conférence est terminée ; je souhaite qu’elle fasse de l’effet à l’extérieur et chez les neutres, mais n’es-tu pas frappé comme moi de l’irrésolution des résolutions ? Tout est renvoyé, les affaires militaires aux généraux, les affaires économiques à la prochaine conférence, rien n’a été décidé que des principes que l’on proclame. Ces principes semblent excellents, mais tant qu’aucune chose précise n’a été envisagée peut-on être sûr de maintenir les principes ?

Quelques esprits chagrins au courant de ces palabres, prétendent que la réunion n’a donné que des raisons d’embêtements. Ils ont convenu de l’impossibilité d’offensive sur tous les fronts avant longtemps. Par conséquent, durée de la guerre sans que l’on puisse entrevoir de limites, examen des situations financières peu réjouissantes, rien que des constatations désagréables.

Les optimistes, eux, trouvent que cette réunion n’avait rien à déterminer mais que son rôle était de cimenter l’union et que ce rôle elle l’a joué magnifiquement de façon à impressionner l’univers.

J’ai quitté Salandra avec Pichon et je disais à ce dernier que, malgré tout, il me semblait que cela s’avançait. Il m’a raconté qu’il avait déjeuné avec un secrétaire de légation neutre à Berlin [7]. Ce monsieur venait de quitter l’Allemagne. – Voulez-vous des huîtres ? – Ah oui, et j’en serais bien heureux, je n’en ai pas mangé depuis la guerre. – Après les huîtres, que mangeriez-vous ? Je vois un navarin ? – Un navarin, quelle joie, avec des pommes de terre. Je vais m’en régaler – Voici des mois que je n’en ai vu. Voyez-vous, à Berlin, nous n’avons de la viande qu’une fois ou deux par semaine. Encore nous, à l’ambassade, nous sommes privilégiés, mais quand nous en voulons il faut la commander deux jours d’avance. Quand je voyage en Allemagne, j’arrive dans un hôtel. On me répond : – Monsieur, nous n’avons pas de viande, ce n’est pas le jour. Dans une seconde ville, comme les jours sont alternatifs, on me fait la même réponse et je reste parfois huit jours sans viande. En Allemagne, voyez-vous, ils en ont par-dessus les épaules, il y a des émeutes à tout bout de champ et tous veulent la paix.

Voilà à peu près exactement ce que ce diplomate a dit à Pichon.

Au revoir, old chap, je me sauve.

Ton vieil affectionné

Et

[1] Nicolas Pachitch (1845-1926). Serbe. Homme politique. Dirigeant du parti radical. Premier ministre de Serbie (1904-1917). Représentant de la Serbie à la Conférence de la Paix (1919).

[2] Antonio Salandra (1853-1931). Italien. Homme politique. Député libéral. Membre du gouvernement. Premier ministre (29 mars 1914). Président du Conseil (1914-1916).

[3] Giorgio Sidney Sonnino (1847-1923). Italien. Homme politique. Premier ministre. Il est alors ministre des Affaires étrangères (1914-1919).

[4] Georges Trouillot (1851-1916). Avocat. Bâtonnier. Homme politique radical. Ancien ministre des Colonies (1898 ; 1909-1910) et de l’Industrie (1902-1905 ; 1905-1906).

[5] Léon Mougeot (1857-1928). Avocat. Homme politique. Député (1893-1908) puis sénateur (1908-1920) gauche progressiste de la Haute-Marne.

[6] Stephen Pichon (1857-1933). Journaliste. Homme politique. Député radical de la Seine (1885-1893). Sénateur radical du Jura (1906-1924). Ministre des Affaires étrangères (1906-1911 ; 1913 ; 1917-1920). Franc-maçon.

[7] Non identifié.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.